enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Marie-Thérèse d'Autriche de Miroslava Zlatnikova et Robert Dornhelm image épisode série télé
© Ceská televize / Julie Vrabelová

Critique / « Marie-Thérèse d’Autriche » (2017-2019)

Marie-Thérèse d’Autriche (Maria Theresia) de Miroslava Zlatnikova et Robert Dornhelm est une ambitieuse mini-série allemande, autrichienne, slovaque et tchèque sur la vie incroyable de cette célèbre souveraine. L’avis et la critique série de Bulles de Culture sur ce biopic historique diffusé sur ARTE à partir du mercredi 8 avril 2020.

Synopsis :

Vienne, 1732. Le Saint-Empire romain germanique attend avec de moins en moins d’espoir la naissance d’un héritier mâle au palais de la Hofburg. Même si en vertu de l’édit de la Pragmatique Sanction, la fille aînée de Charles VI (Fritz Karl), Marie-Thérèse (Marie-Luise Stockinger), peut lui succéder sur le trône des Habsbourg, l’empereur veut croire, envers et contre tout, que son épouse vieillissante (Zuzana Stivínová) peut encore lui donner un fils. Turbulente et passionnée, la jolie archiduchesse de 15 ans se moque bien de ses chances d’exercer le pouvoir. Seul compte pour elle son mariage annoncé avec François Étienne de Lorraine (Vojtěch Kotek), qu’elle aime depuis l’enfance. Mais un proche conseiller de l’empereur, Eugène de Savoie (Karl Markovics), juge ce dernier incapable de défendre l’empire contre les dangers qui le menacent. Il convainc Charles VI de rompre les fiançailles et de se concilier la Prusse en offrant à son prince héritier Frédéric la main de Marie-Thérèse. Révoltée, celle-ci sabote la négociation en dénigrant publiquement la belle-famille qu’on lui destine, en présence de l’ambassadeur prussien (Zoltán Rátóti)…

Marie-Thérèse d’Autriche : une mini-série internationale sur l’incroyable vie d’une célèbre souveraine

Marie-Thérèse d'Autriche de Miroslava Zlatnikova et Robert Dornhelm image épisode série télé
© Ceská televize/Julie Vrabelová

Avec un tournage notamment en Autriche, Italie, République tchèque et Slovaquie (Bratislava, Dobříš Castle, Kroměříž, Prague, Tachov, Toscane, Valtice Castle, Vienne…), un scénario de Miroslava Zlatníková, une image de Tomáš Juríček, un montage de Michal Lánský, Klaus Hundsbichler et Tomás Klímek, une réalisation de Robert Dornhelm et une musique originale de Roman Kariolou, Marie-Thérèse d’Autriche raconte en quatre épisodes la vie historique et romancée de la célèbre archiduchesse d’Autriche. Côté casting, Marie-Luise Stockinger et Stefanie Reinsperger l’incarnent tour à tour. Elles sont entourées d’une jolie brochettes d’acteur.rice.s que ce soit Vojtěch Kotek en frivole François Étienne de Lorraine, Fritz Karl en empereur peu enclin à voir sa fille lui succéder, Zuzana Stivínová en impératrice alcoolique, Karl Markovics et Zoltán Rátóti en intrigants Eugène de Savoie et maréchal Grumbkow ou Tatiana Pauhofová dans le rôle de l’habile Elisa Fritz pour n’en citer que quelques-un.e.s.

Marie-Thérèse d'Autriche de Miroslava Zlatnikova et Robert Dornhelm image épisode série télé
© ZDF / Jakub Hrab

Notre avis ? Avec une écriture et une réalisation de grande qualité, la série Marie-Thérèse d’Autriche est une très agréable surprise. Ces quatre épisodes sur le destin exceptionnel de la mère de Marie-Antoinette offre un récit enlevé — en particulier les deux premiers épisodes portés par Marie-Luise Stockinger en moderne, orgueilleuse et déterminée archiduchesse —, fourmillant aussi bien de nombreuses intrigues de cour, de suspense que de situations et de personnages drôles — telles que l’hilarante scène où l’empereur fait irruption dans la chambre de sa fille et de son époux pendant leur nuit de noces ou la caractérisation de l’impératrice en alcoolique.

En savoir plus :

  • Marie-Thérèse d’Autriche est diffusé sur ARTE le mercredi 8 avril 2020 à 20h55 et le jeudi 9 avril 2020 à 20h55. La série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur arte.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

10 Commentaires

  1. Quel est la raison de changer d’actrice pour les deux derniers épisodes? pour quoi Marie-Luise Stockinger n’a pa continuer?

  2. Martine Bignolais

    Dommage que l’actrice qui incarne Marie Thérèse d’Autriche n’ait aucune ressemblance avec la première…. notamment en matière de couleur d’yeux!!!!

  3. Pour moi aussi c’est un grande déception les épisodes 3 et 4 avec une actrice qui n’a pas le pétillant et la finesse de Marie-Luise Stockinger et que l’on peine à trouver convaincante tant du point de vue physique, même si les canons de beauté de l’époque ne sont pas forcément ceux d’aujourd’hui, que du point de vue du jeu… Enfin cela laisse la part belle à son époux François-Étienne de Lorraine, incarné par Vojtěch Kotek, qui lui est de plus en plus séduisant !!

  4. C’est un copier/coller de la série Victoria

  5. Je suis d’accord avec Valentine. J’ai enregistré les épisodes 3 et 4 mais quand j’ai vu que l’actrice avait changé pour le rôle de Marie Luise je n’ai plus eu envie de les regarder. Dommage!

  6. La déception est partagée mais il faut savoir que Marie Thérèse (la vraie) a pris du poids avec l’âge.

  7. Il eu peut-être été nécessaire de trop d’adaptation de la silhouette, du visage de l’actrice incarnant Marie-Thérèse. Songez, être une femme au XVIIIème siècle avec 16 maternités. Les possibilités de la médecine à l’époque où l’on ne parlait pas gynécologie ni obstétrie à endigué les dégâts qui ont certainement occasionné d’importantes modifications chez Marie-Thérèse éprouvant tant de maternités.
    S’ajoutant à cela l’épuisement à exercer son Pouvoir quotidiennement. Quand à la diététique… Il s’agit d’une femme qui avait un bon coup de fourchette d’une cuisine très riche. Sans oublier qu’elle devait consommer du vin. Il eu sans doute été nécessaire, trop fastidieux de maquillage pour adapter la silhouette et le visage de cette Grande Dame.

  8. Quelle déception ce changement d’actrice… D’habitude je ne mets que très rarement de commentaire où que ce soit mais là, ayant découvert que Marie-Luise Stockinger n’apparaissait plus dans l’épisode 3, j’ai ressenti le besoin de partager mon profond désespoir. Les deux premiers épisodes de cette mini-série était pourtant vraiment géniaux…

  9. Quand on fait le calcul de l’intégralité de cette Production l’on parviens à 6h36mn.
    Quand l’on pense aux moyens de Production nécessaire, à la qualité, à la véracité des faits historique se déroulant au cours de ces 4 épisodes, couvrant une partie des 40 ans de son existence.
    Qualifier de mini-série cette magistrale diffusion me semble réducteur.
    Moult critique envers le rôle de Marie-Thérèse incarné par deux actrices différentes, me semble injuste. Voir mon précédent commentaire sur la difficulté technique à présenter physiquement l’Impératrice au regard de ses 16 maternités. Abstraction faite de 2 acteurs différents. Résultat magistrale.
    Car il est difficile de rencontrer une telle œuvre cinématographique de même niveau de qualité.

  10. Tout à fait raison; voir mes deux commentaires. Bravo cette Production comme l’on souhaiterai qu’il y en est plus souvent; a alliée véracité et romanesque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page