enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Les femmes et le pouvoir image série documentaire
© Matchlight Production

Critique / « Les femmes et le pouvoir » (2015) de Rupert Edwards

Intégré dans le cycle Nous, les femmes de la chaîne Histoire TV, le documentaire Les femmes et le pouvoir (Suffragettes Forever! The Story of Women and Power) de Rupert Edwards, traite en trois épisodes de la lente et difficile marche des femmes britanniques vers le pouvoir. L’avis et la critique de Bulles de Culture.

Synopsis :

La lutte pour le droit de vote des femmes en Grande-Bretagne est-elle née avec les suffragettes ? Il serait restrictif de le penser. Nous suivons Amanda Vickery, professeur à la Queen Mary University of London, de 1649 à la deuxième moitié du XXe siècle.

Les Femmes et le pouvoir : à la découverte des pionnières

Les femmes et le pouvoir image série documentaire
© Matchlight Production

Trois épisodes d’une heure environ, c’est le format choisi par Rupert Edwards pour le documentaire Les femmes et le pouvoir qui retrace la lutte des femmes britanniques pour l’accession au droit de vote et à l’égalité. Loin de se contenter du seul mouvement des suffragettes, qui prend son essor dans à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’historienne Amanda Vickery nous invite à lui emboiter le pas pour trois périodes : de 1649 à 1837 sur les traces des pionnières, de 1837 à 1909 durant l’époque victorienne, et de 1909 à nos jours, soit des paroles aux actes.

Ce qui fait la richesse du documentaire Les Femmes et le pouvoir, c’est de découvrir des figures féminines de lutte peu connues et qui ont sombré dans les pages oubliées de l’Histoire, comme c’est souvent le cas pour les femmes d’après ce que l’on reconnaît aujourd’hui comme « effet Mathilda ».
De Mary Hilton, suppliciée de façon atroce parce qu’elle a tué son époux et qui doit servir d’exemple, à Mary Wollstonecraft, première femme à militer pour éduquer les filles et obtenir l’égalité politique ainsi que l’égalité devant la loi, en passant par Hannah More, autrice et créatrice de sociétés féminines dans l’épisode 1. De Caroline Norton qui s’engage pour le droit des femmes à obtenir la garde de leurs enfants, propriétés exclusives du père, à Harriet Taylor qui entraîne le philosophe John Stuart Mill dans la lutte pour le droit de vote des femmes, en passant par Josephine Butler qui œuvre pour que l’âge du consentement passe de 13 à 16 ans dans l’épisode 2.
D’Emmeline et Christabel Pankhurst, les célèbres suffragettes, à Maria Wallas Dunlop, première femme à employer la grève de la faim comme outil de protestation, en passant par Emily Davison, qui se jette sous les sabots du cheval du roi lors d’une course hippique, des premières votantes aux premières élues, dans l’épisode 3.

Un triptyque riche en portraits inspirants, édifiants et sidérants. 

Une histoire politique des femmes éclairante

Les femmes et le pouvoir image série documentaire
© Matchlight Production

L’angle adopté par le documentaire Les femmes et le pouvoir est celui de l’histoire politique, et Amanda Vickery parvient à la rendre particulièrement lumineuse. Se pencher sur la lutte pour les droits des femmes, c’est en effet étudier comment les femmes passent du statut d’objet à celui de sujet. Et l’âpre lutte s’enlise parce que les dominants refusent longtemps de renoncer au pouvoir et aux avantages évidents dont ils peuvent jouir avec cette domination.

Au XIXe siècle, les femmes sont ainsi encore pur objet aux mains de leur époux libre de les vendre sur le marché pour quelques shillings quand ils veulent s’en défaire. 1882, c’est l’année qu’il faut attendre pour qu’une femme puisse posséder quelque chose en son nom propre. Et qui mieux que les femmes comprend l’intérêt de défendre l’abolition de l’esclavage, autre bastion de la domination masculine ?

La lutte politique rencontre évidemment l’histoire sociale, et Amanda Vickery excelle à démontrer leur intrication, ne négligeant aucun aspect de la contestation féminine. On oscille ainsi entre les revendications émanant de l’aristocratie et les réseaux féminins qui naissent autour des foyers industriels, notamment ceux de la filature. On découvre de cette façon que la lutte pour les droits politiques est un combat qui englobe toutes les classes sociales.

Une approche chronologique intéressante

Ce qui fait encore la force du documentaire Les Femmes et le pouvoir, c’est sa stricte construction chronologique. La division en trois périodes nettes facilite nettement le suivi et établit des repères précis aisément identifiables. Le choix de Rupert Edwards est pertinent et percutant. On regarde le documentaire avec le même intérêt qu’une série. On se prend ainsi vite au jeu de cette Histoire que l’on traverse sur une longue période. On retrouve des événements majeurs : les aspirations révolutionnaires du XIXe, les premiers grands mouvements de grève, la Première Guerre mondiale, l’accession au trône de la reine Victoria ou celle au poste de Premier ministre de Margaret Thatcher.

L’approche chronologique permet encore de mettre en lumière les répercussions parfois surprenantes des actions de luttes et le mouvement perpétuel d’avancées et de reculs qui caractérise l’Histoire de façon générale et les combats politiques pour des droits civiques en particulier.

Amanda Vickery parvient également à montrer dans Les Femmes et le pouvoir que nul droit n’est définitivement acquis et que le combat pour l’égalité est loin d’être remporté, que la vigilance et l’engagement des femmes ne doivent pas s’user avec le temps, ni sombrer dans l’oubli. Parce qu’il est important que toutes celles qui ont lutté durement ne se soient pas sacrifiées en vain.

En savoir plus :

  • Les Femmes et le pouvoir est diffusé sur Histoire TV le vendredi 24 avril 2020 à 22h25, 23h25 et 0h25 ; le jeudi 30 avril 2020 à 9h45, 10h45 et 11h45 ; le mardi 5 mai 2020 à 10h15, 11h15 et 12h15 ;  le vendredi 15 mai 2020 à 10h25, 11h25, 12h25. Le documentaire est également disponible en replay
  • Les Femmes et le pouvoir comporte trois épisodes d’une heure : 1649-1837, les pionnières ; 1837-1909, l’époque victorienne ; Depuis 1909, des paroles aux actes
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.