enfr
Informations

Critique / « La Daronne » (2020) de Jean-Paul Salomé

Dernière mise à jour : juin 3rd, 2021 at 12:06

La Daronne est le nouveau film de Jean-Paul Salomé dans les salles depuis le 9 septembre. Le réalisateur d’Arsène Lupin a fait appel à l’actrice Isabelle Huppert pour incarner une dealeuse de drogues. La critique et l’avis film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Patience Portefeux (Isabelle Huppert) est interprète judiciaire franco-arabe, spécialisée dans les écoutes téléphoniques pour la brigade des Stups. Lors d’une enquête, elle découvre que l’un des trafiquants n’est autre que le fils de l’infirmière dévouée qui s’occupe de sa mère. Elle décide alors de le couvrir et se retrouve à la tête d’un immense trafic ; cette nouvelle venue dans le milieu du deal est surnommée par ses collègues policiers « La Daronne ».

La Daronne, adaptation du roman d’Hannelore Cayre

la daronne isabelle huppert
© Lydie Nesvadba

Dans le « multiverse » Isabelle Huppert, l’actrice avait déjà incarné des personnages farfelus comme une reine mère machiavélique dans Blanche comme Neige (2019), une professeure dotée de pouvoirs dans Madame Hyde (2016)… Une trafiquante de drogues donne donc une nouvelle palette à la carrière impressionnante de cette actrice qui n’arrête pas de tourner.

La Daronne est l’adaptation du roman du même nom d’Hannelore Cayre, grand succès littéraire de 2017. Jean-Paul Salomé en fait une retranscription fidèle en reprenant tous les détails de ce polar léger et divertissant. Cependant, en passant à l’image, l’histoire abracadabrantesque du livre aurait mérité un travail plus fourni pour proposer une pâte encore plus déjantée.

Trop pris au sérieux, certains rouages de l’intrigue initiale ne passent pas au cinéma. C’est par exemple un trop heureux hasard que l’un des trafiquants écouté par l’héroïne se trouve être le fils de l’infirmière qui s’occupe de sa mère en EHPAD. De même, on comprend mal que cette traductrice honnête vrille tout d’un coup et devient la plus grosse dealeuse de Paris.

Un rôle à contre-emploi pour Isabelle Huppert

La Daronne Isabelle Huppert
© Lydie Nesvadba

Avec Isabelle Huppert en « daronne », on a cependant un début de proposition originale, forgée par le contre-emploi de l’actrice, déguisée avec de grosses lunettes noires, un foulard recouvrant ses cheveux et flanquée d’un chien renifleur rescapé des stups.

Mais la dérision autour de ce rôle décalé aurait pu aller bien plus loin que quelques répliques molles, tels que « la galèrance, elle est finie« , ou des courses poursuites banales dans le quartier du 10e arrondissement.

Heureusement que le scénario a su retranscrire la personnalité affirmée de cette Daronne qui donne quelques scènes savoureuses, notamment quand se faisant appelée Madame Ben Barka, elle engueule ses vendeurs à l’arrière d’une voiture, les traitant d’amateurs de vouloir la payer en coupures de 20 euros.

Plus réussi encore est le rôle de la mère de Patience, jouée par l’excellente Liliane Rovère, aperçue dans la série France 2 Dix pour cent, dont les apparitions donnent au film ses moments les plus drôles.

D’autres personnages n’auront pas le bénéfice de cette saveur comme Madame Fo, interprétée par Jade-Nadja Nguyen, Chinoise caricaturale qui vient aider Patience pour blanchir son argent.

Notre avis ?

La Daronne est une comédie plaisante mais qui ne va pas au bout de l’exercice de l’adaptation. En restant trop fidèle au livre, le réalisateur en oublie de s’arroger des codes du polar alors qu’il avait dans les mains une histoire dont les ficelles scénaristiques auraient pu donner une œuvre beaucoup plus délirante.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 09/09/2020
  • Distribution France : Le Pacte
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.