enfr
Sur Bulles de Culture, chaque jour, la culture sort de sa bulle.
La commode aux tiroirs de couleurs livre Olivia Ruiz couverture

Critique / « La commode aux tiroirs de couleurs » (2020) d’Olivia Ruiz

La commode aux tiroirs de couleurs signe l’entrée de la chanteuse Olivia Ruiz dans le milieu littéraire. La femme chocolat s’inspire en 2020 de l’histoire de sa propre famille d’origine espagnole pour proposer un premier roman passionné sur l’exil, l’amour et les liens maternels. La critique et l’avis livre de Bulles de Culture. 

Synopsis :

À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, sa grand-mère, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations  de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

Olivia Ruiz dans un récit passionné

On connaissait la belle plume d’Olivia Ruiz à travers ses paroles enjouées et retranscrivant les doux parfums d’ambiance du Sud et des petits bonheurs du quotidien. Chaque mot y est teinté de souvenirs mélancoliques et passés de jeunesse avec les membres de sa famille. La fille de Carcassonne a abordé très vite les sentiments en clamant « J’aime pas l’amour » en titre de son premier album sorti en 2003 et resté confidentiel. Puis, son deuxième album, La Femme chocolat (2005) et le titre J’traine des pieds, qui lui ont fait rencontrer le succès, ont raconté ses moments passés à la brasserie du village, tenue par ses grands parents et dans laquelle « les vieux à la belote braillaient ».  

A travers La commode aux tiroirs de couleurs, que la narratrice ouvre un à un pour se plonger dans le passé de sa grand-mère, on retrouve ainsi aisément l’ambiance et le phrasé des chansons de l’artiste. Il n’y a qu’elle pour écrire « les pensionnaires et les habitués étaient devenus une seconde famille » en écho à son « joyeux bordel » dans J’traine des pieds. En lisant ce doux roman, on imagine donc la voix d’Olivia Ruiz nous le conter avec son bel accent du Sud. 

Complètement conquis par La commode aux tiroirs de couleurs

L’audace du tempérament sanguin de la compositrice transparait également dans ce premier ouvrage. En effet, connue pour son franc parlé, celle-ci construit sa Rita comme un personnage fort et courageux, prêt à affronter tous les obstacles de la vie. Le livre, bien que très court, regorge ainsi de péripéties qui forgent le caractère et la carapacede cette femme espagnole très touchante. Car si la vie de celle-ci est une succession de pertes (celles de l’être aimé, de son nourrisson, de l’amour de son mari…), chaque épreuve surmonté est un gain et un espoir pour l’avenir.

On est donc complètement conquis par La commode aux tiroirs de couleurs qui, bien plus qu’un premier essai en littérature pour Olivia Ruiz marque plutôt une évolution majeure dans sa carrière artistique. On la connaissait chanteuse, actrice (dans le téléfilm Etats d’Urgence diffusé sur France 2 en 2019), elle est désormais écrivaine.

En savoir plus :

  • La commode aux tiroirs de couleurs, Olivia Ruiz, Éditions JC Lattès, 3 juin 2020, 208 pages, à partir de 14.99 euros
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page