enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Un pays qui se tient sage affiche critique avis

Critique / « Un pays qui se tient sage » (2020) en DVD le 2 mars 2021

Le documentaire de Davis Dufresne Un pays qui se tient sage sort en vidéo le 2 mars 2021. Le long métrage, constitué en grande partie d’images d’amateurs tournées durant la mobilisation des Gilets Jaunes, évoque la thématique des violences policières. La critique film et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus brutale. Un pays qui se tient sage invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État.

Un pays qui se tient sage, un film collectif

David Dufresne est avant tout un lanceur d’alerte qui se consacre depuis plusieurs années au sujet des violences policières. Il se lance tout d’abord via le réseau social Twitter en interpellant fréquemment le ministère de l’intérieur avec ses messages commençant tous pas « Allo @place_Beauveau« . Fort de son expertise, l’auteur publie en octobre 2019 son premier roman Dernière Sommation où il questionne l’usage de la violence étatique dans une démocratie. 

Avec son premier documentaire pour le cinéma, David Dufresne s’appuie sur des images d’amateurs tournées pendant le mouvement des Gilets Jaunes. Un pays qui se tient sage est donc un film collectif où le réalisateur a fait un immense travail de compilation pour donner sens à des vidéos isolées, dont il a pris soin de rechercher un par un les vidéastes afin de les rétribuer. 

Le long métrage est également un lieu d’échanges où divers protagonistes commentent et débattent des images avec des points de vue différents. Le montage choisit d’ailleurs de ne pas indiquer par un bandeau le nom et la qualité des intervenant. Leurs identités ne sont révélées qu’au générique de fin. Le spectateur est à l’instant davantage fixé sur leurs propos, comprenant naturellement leur positionnement et devinant ainsi lors rôles pendant les manifestations. 

Au delà de la simple critique des violences policières, une réflexion philosophique

Un pays qui se tient sage va cependant au delà de la simple critique de ces violences policières. Le film laisse la place à une réflexion philosophique autour de la phrase de Max Weber « l’état détient le monopole de la violence légitime« . Les interventions très marquantes des sociologues Fabien Jobard, Sebastian Roché et surtout de la professeure de droit public Monique Chemillier-Gendreau vont dépasser la vision purement choquante des images pour s’interroger plus en profondeur sur la légitimité de la violence étatique dans un état de droit. Cette enseignante émérite a d’ailleurs la phrase marquante du documentaire : « la démocratie, ce n’est pas le consensus. C’est le dissensus. Nous ne pouvons pas être tous d’accord » . 

Au poids des mots, il y a aussi le choc de certaines vidéos. L’une des plus percutantes inspire le titre du film. On y voit une classe d’adolescents mise à genoux les mains sur la tête par les policiers. L’un de ces derniers commente : « voilà une classe qui se tient sage« . Là où on s’attendait à un pur pamphlet contre la police, Un pays qui se tient sage creuse le débat autour de cette notion floue et subjective de cette usage modérée de la force permise aux policiers. 

Un pays qui se tient sage montre enfin que les citoyens ont désormais une arme fatale, complètement légale, pour riposter face aux abus policière : celle du téléphone portable !

En savoir plus  :

  • Disponible en DOUBLE DVD et VOD chez Jour2fête à partir du 02/03/2021
  • Les suppléments : scènes complémentaires, conversation David Dufresne et Philippe Mangeot, avant-première au cinéma les 7 Parnassiens, bande-annonce et teasers
  • Livret : Sur les routes d’un pays (qui se tient sage), carnet de bord d’avant-premières et de rencontres en temps de corona par David Dufresne
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.