enfr
Informations
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Philippe Sands critique avis la filière

Critique / Philippe Sands : De « Retour à Lemberg » à « La Filière »

Philippe Sands, juriste international franco-britannique, spécialisé dans la défense des droits de l’homme, après le succès de son livre Retour à Lemberg chez Albin Michel en 2017, récidive fin 2020 chez le même éditeur avec la publication de La Filière. Critique et analyse comparée de ces deux ouvrages. 

Cet article vous est proposé par un rédacteur-invité, le chroniqueur Chris L..

Synopsis :

Deux livres passionnants, dans la même lignée, avec une enquête approfondie sur des évènements relatifs à la seconde guerre mondiale, appuyées sur des recherches fouillées dans les archives, la rencontre de toute personne susceptible d’apporter des informations ; descendants des principaux protagonistes, scientifiques, historiens et autres. Évènements historiques se mêlent aux histoires familiales, le tout tressé entre passé, bien avant le conflit de 1939-1945, et l’actuel présent.

Philippe Sands, sur les traces de son grand-père dans Retour à Lemberg

Dans Retour à Lemberg, Philippe Sands sur invitation de l’Université de droit de Lviv en Ukraine, découvre la ville dont son grand-père, Léon, dont il est originaire et qu’il a fuie sans jamais en parler. Appelée Lemberg sous l’empire austro-hongrois, Lwów lors de son incorporation à la Pologne après la première guerre mondiale, Lvov sous les soviétiques au début de la seconde guerre mondiale, de nouveau Lemberg sous l’occupation allemande et enfin Lviv tel est le destin de cette ville au passé tragique.

Cette belle ville a vu des personnes remarquables fréquenter son université de droit, comme Raphael Lemkin (1900-1959) et Hersch Lauterpacht (1897-1960). Devenus d‘éminents juristes,  des exilés, américain et anglais, l’un est à l’origine du terme « génocide« , l’autre de l’expression « crime contre l’humanité« . Les deux hommes, qui se sont opposés sans jamais se rencontrer, furent présents au procès de Nuremberg en 1946, l’un dans un rôle subalterne, l’autre parmi les officiels. Le jugement final ne parle pas de génocide, ne retenant que partiellement les positions défendues par Hersch Lauterpacht.

Parmi les condamnés se trouvait Hans Frank (1900-1946), avocat de formation, Gouverneur général de Pologne, qui en 1942 depuis Lemberg annonça la mise en œuvre de la solution finale. Niklas Frank, seul enfant survivant de Hans, hait son père pour ce qu’il a fait. Lors de son travail avec Philippe Sands, il lui présente son ami d’enfance Horst Wächter. Histoires familiales et destins de deux juristes d’exception sont la trame de Retour à Lemberg.

La fuite des nazis orchestrée

Otto Wächter, évoqué dans Retour à Lemberg, est le personnage central de La filière, ainsi que sa femme Charlotte, consciente des crimes perpétrés par son mari. Son fils Horst, selon l’éducation maternelle reçue, perpétue le souvenir d’un père innocent. Il donne accès, à l’auteur, aux archives familiales dont certains documents, compromettants, ont été détruits préventivement par la maîtresse de maison. En qualité de gouverneur de Galicie, Otto, porte la responsabilité de la déportation massive vers les camps de la mort des juifs de Cracovie et de Lemberg. En fuite durant quatre ans, Otto, autrichien de naissance, avocat brillant, militant nazi de la première heure, créateur de la division Waffen-SS « Galicie », décède brutalement à Rome, sous un nom de couverture.

Horst est convaincu que son père a été assassiné. L’enquête longue et minutieuse menée par Philippe Sands permet de découvrir un réseau organisé pour exfiltrer les nazis vers d’autre terres, la concurrence active des services secrets étrangers pour embaucher ces renégats. Les échanges entre Horst et l’auteur révèlent deux points de vue irréconciliables ; pour l’un, l’amour pour un père et le refus de croire en sa culpabilité, pour l’autre, l’impossibilité de faire reconnaître une réalité historique démontrée et étayée.

Pour rédiger Retour à Lemberg et La filière, Philippe Sands a manipulé, lu, décortiqué des tonnes de papier, multiplié les déplacements là où les évènements se sont déroulés et là où se trouvent les personnes à interroger. L’ensemble est convaincant. Un talent de conteur avéré rend les enquêtes captivantes, avec les propres interrogations et réflexions de l’auteur. Des livres puissants, à l’écriture précise, à la narration parfaitement distillée, qui enrichissent le lecteur en le faisant entrer dans les arcanes de l’Histoire.   

En savoir plus :

  • Retour à Lemberg, Philippe Sands, Albin Michel, août 2017, 544 pages, 23 euros
  • La filière, Philippe Sands, Albin Michel, septembre 2020, 496 pages, 22.90 euros
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.