enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Les Traducteurs affiche film 2020

Critique / « Les Traducteurs » (2019) de Regis Roinsard

Après la comédie Populaire (2012) appréciée du public ainsi que de la critique, Regis Roinsard signe un huit clos. Mélange de plusieurs genres cinématographiques, Les Traducteurs est inspiré de la traduction du best-seller littéraire Inferno (2013) de Dawn Brown. L’avis et la critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l’extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d’un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu’un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d’où vient la fuite ?

Pour passer de Populaire (2012) à Les Traducteurs, il faut de l’audace, car il s’agit d’œuvres bien différentes. Un parti pris réussi dont nous essayerons d’en expliquer les causes.

Les Traducteurs, un mélange de styles bien fagoté

Pour sa deuxième réalisation, Regis Roinsard s’est ingénié à mélanger plusieurs genres cinématographiques : le film d’enquête, d’arnaque à l’Ocean’s Twelve (2004) et de vengeance. Le tout sans engourdissement ni incohérence : le scénario millimétré, nourrit l’intrigue jusqu’au dénouement et maintient le spectateur en haleine.

Afin de faire vivre son œuvre, le réalisateur a sélectionné ses acteurs avec soin. Ainsi nous retrouvons Lambert Wilson (Au bout des doigts, 2017 ; L’Empereur, 2017 ; L’Odyssée, 2016 ; Des hommes et des dieux, 2010 ; Matrix Revolutions, 2003 ; Matrix Reloaded, 2003) dans la peau de l’éditeur Eric Angstrom. Personnage au centre de l’intrigue, il promeut la sortie du livre qui suscite un engouement international, au même titre qu’Harry Potter (1997) de J.K. Rowling.

Le spectateur s’apercevra, par l’intermédiaire du jeu impeccable de Lambert Wilson, que son personnage s’attache davantage à la valeur pécuniaire de l’œuvre dont il a la charge, qu’à sa vertu culturelle. Son obsession sera le fil conducteur suivi par le réalisateur tout au long de la narration. Elle contribuera en outre, à alimenter l’oppression et l’atmosphère angoissante qui s’étoffe durant de la projection.

D’autres acteurs talentueux et remarqués à travers des séries notables tels The End Of The F***ing World – saison 2 (2019) ou Black Mirror – saison 3 (2016) pour Alex Lawther, Borgen, une femme au pouvoir pour Sidse Babett Knudsen, ou encore Le CaméléonPatrick Bauchau incarnait Sydney, viennent enrichir le casting de Regis Roinsard. Un choix hétéroclite donnant du crédit à Les Traducteurs.

Un plaidoyer pour Les Traducteurs d’œuvres

En filigrane de Les Traducteurs, s’immisce un sujet sociétal. Celui de la rémunération des traducteurs. La France fait exception parmi les autres nations. En effet, ces derniers sont considérés comme co-auteurs et reçoivent des droits d’auteur sous forme de pourcentages de ventes (en moyenne 2 %). Imaginez-vous traduire des best-sellers comme Harry Potter (1997) ou Da Vinci Code (2003) et les conséquences sur votre existence.

Dans le premier cas, vous contribuez à construire un nouvel imaginaire. La transposition dans une autre langue nécessite parfois d’inventer un nouveau vocabulaire. En revanche, dans la plupart des autres pays, le traducteur est un technicien payé au feuillet, une situation qui peut être très précaire Cette réalité sera également exploitée dans la construction du scénario.

Les Traducteurs est donc une réalisation française réussie et réfléchie, n’ayant rien à envier aux productions américaines à gros budget. Son inspiration émergeant de faits réels, ne manquera pas d’interroger le spectateur sur la valeur d’une œuvre littéraire : le profit ou la culture avant tout ? La condition humaine dépend parfois de peu de choses…

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 29/01/2020
  • Distribution France : Mars Films
Pierre L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page