enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Le Kiosque image photo film
© D.R.

Critique CEFF 2020 / « Le Kiosque » (2020) d’Alexandra Pianelli

Le Champs-Élysées Film Festival 2020 continue de proposer sa programmation en ligne avec la présentation le jeudi 11 juin du long métrage documentaire Le Kiosque d’Alexandra Pianelli en compétition officielle. La critique et l’avis film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Le Kiosque est le journal filmé d’Alexandra, jeune plasticienne venue prêter main forte à sa mère, vendeuse de journaux dans un quartier chic de Paris. De la découverte du métier à la complicité qui se noue avec la clientèle, la réalisatrice joue à la marchande, comme dans un vieux rêve d’enfant. Derrière la caisse, où se succèdent depuis un siècle les membres de sa famille, Alexandra s’amuse à enregistrer le monde comme il va avec son téléphone. Mais la presse papier est en crise et ce petit jeu s’avère finalement plus compliqué que prévu…

Critique Le Kiosque : une belle curiosité

Dans ce documentaire, la réalisatrice est en immersion dans l’univers très particulier des kiosques de Paris. Ces petits abris hébergeant les vendeurs de presse sont un symbole de Paris. On y croise une clientèle nombreuse et variée qui constitue autant de personnages atypiques pour la narration du film.

Il y a la retraitée coquette, Christiane, l’émouvant Damien, le SDF qui a le cœur sur la main. La plus belle scène du film est d’ailleurs lié à un geste de ce dernier. Alors qu’il vient chercher sa revue, le gentil sans-abri propose d’aider une touriste à acheter son ticket de métro en lui donnant sa monnaie. Puis, il y a tous ces inconnus ponctuant la vie de kiosque aux allures de melting-pot de rencontres : le père qui doit ramener à son fils le dernier album panini de football, les adeptes des cartes postales…

Filmé avec un téléphone portable, Alexandra Pianelli décrit à travers Le Kiosque le quotidien de sa mère montrant l’ouverture matinale dans un Paris encore endormi, les livraisons en tout genre mais également l’arrière caisse avec des dessins à l’effigie des plus fidèles clients. 

Le Kiosque est acte de revendication au soutien des kiosquiers, marqués par de nombreuses crises.  Ces derniers sont les victimes collatérales entre une presse papier en crise qui vend de moins en moins et les volontés de JC Decaux, propriétaires de ces kiosques, qui souhaitent les multiplier pour accroître sa surface d’affichage publicitaire, au détriment de l’intérêt de ces vendeurs de journaux qui subissent de ce fait une concurrence accrue entre eux. Pour exposer ces diverses problématiques, la réalisatrice a la bonne idée de confectionner des maquettes, à la manière de C’est pas sorcier sur France 3, pour expliquer très explicitement le malaise de cette profession. 

Le Kiosque, créé avec quelques bouts de ficelles, est une démarche didactique qui permet de découvrir les dessus d’une vie parisienne méconnue.Une belle curiosité !  

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.