enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Le Cheval Pâle de Sarah Phelps key art série télé
© 2020 Mammoth Screen

Critique / « Le Cheval Pâle » (2019) de Sarah Phelps

Après Témoin Indésirable et ABC contre Poirot, Sarah Phelps s’attaque à nouveau à l’adaptation d’un roman d’Agatha Christie. La critique et l’avis série de Bulles de Culture sur Le Cheval Pâle à voir en streaming et en replay sur Canal+. 

Synopsis :

Un an après la mort de sa première épouse dont il peine à se remettre, l’antiquaire Mark Easterbrook (Rufus Sewell) se retrouve au cœur d’une étrange affaire.

Le Cheval Pâle : meurtres, sorcières et malédictions

Le Cheval Pâle de Sarah Phelps image série télé épisode 1
© 2020 Mammoth Screen

L’histoire du Cheval Pâle nous plonge dans le Londres des années 1960. Mark (Rufus Sewell) vient de perdre sa première femme, Delphine (Georgina Campbell, vue dans Broadchurch et Black Mirror), morte d’un étrange accident dans sa baignoire. Dévasté par la douleur, Mark se console auprès de Hermia (Kaya Scodelario, que l’on avait découverte en Effy dans la série Skins), sa deuxième femme, et Thomasina Tuckerton (Poppy Gilbert) une danseuse de revue avec laquelle il a une affaire. Mais lorsque cette dernière meurt après une nuit passée ensemble puis qu’une liste contenant son nom est retrouvée sur un autre décès suspect, Mark commence à s’inquiéter pour sa propre vie. En effet, tous les noms sur cette liste meurent les uns après les autres, et seuls deux noms sont encore en vie : le sien et celui de Zachariah Osborne (Bertie Carvel, vu notamment dans Jonathan Strange & Mr Norrell et Doctor Foster), un homme persuadé que ces morts sont le fait de trois sorcières…

La mini-série Le Cheval Pâle, initialement diffusée sur BBC One, reprend les principaux ingrédients du roman d’Agatha Christie tout en s’éloignant assez distinctement du roman d’origine. S’inscrivant dans une longue lignée d’adaptations de la romancière britannique par la chaîne anglaise (ABC Contre Poirot, Témoin Indésirable, Les dix petits nègres…) et en particulier par la scénariste Sarah Phelps, cette nouvelle adaptation prend le parti pris de privilégier l’ambiance mystique au suspens de l’enquête. Mark va ainsi remonter le fil de la liste de noms et remettre en question sa propre rationalité lorsqu’il rencontre trois femmes dans la ville fictive de Much Deeping — le tournage de la série a notamment eu lieu dans le petit village anglais de Bisley dans le Surrey —, des diseuses de bonne aventure derrière lesquelles se cacheraient des sorcières qui tueraient sur commande. Persuadé par Zachariah qu’ils ont tous les deux été frappés d’une malédiction, Mark perd pied entre visions horrifiques, poupées vaudous et musique originale effrayante signée de la compositrice Anne Nikitin (La Disparition de Madeleine McCann, Mrs Wilson). 

La réalisation soignée, malgré quelques effets prévisibles, réussit ainsi efficacement à nous plonger dans cette atmosphère étrange, à défaut d’alimenter les rebondissements de l’enquête.

Une enquête sans grand suspens

Le Cheval Pâle de Sarah Phelps image série télé épisode 1
© 2020 Mammoth Screen

Esquissée en deux épisodes d’une heure, l’enquête policière de la série Le Cheval Pâle est finalement assez ténue et ne nous accroche pas autant que nous pourrions l’attendre d’une adaptation d’un roman d’Agatha Christie. En se concentrant sur le personnage de Mark et son angoisse croissante, nous nous détournons peu à peu de la recherche des coupables et des rebondissements potentiels. Les personnages de policiers — censés mener l’enquête à partir de la la liste des noms — disparaissent complètement de l’intrigue et ne réapparaissent que pour inquiéter Mark mais pas pour être actifs dans la recherche du coupable.

Tout est finalement résolu à la fin en une séquence un peu scolaire et une explication vite expédiée pour  nous révéler l’ensemble de l’intrigue policière. Mais si Le Cheval Pâle peine à planter des indices qui pourraient attiser notre curiosité, c’est qu’il s’agit surtout d’une mini-série d’ambiance qu’il ne faut surtout pas prendre pour un « whodunit car elle privilégie le psychologique au suspens. Sa conclusion — qui laisse la porte ouverte à l’interprétation — est à ce titre un peu floue, et pourrait même en frustrer quelques-uns…

En savoir plus  :

  • Le Cheval Pâle a été diffusé sur Canal+ le jeudi 30 avril 2020 à 21h. La série est disponible en streaming et en replay sur myCANAL
Cécile G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page