enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Sous les étoiles de Paris de Claus Drexel photo film cinéma
© Carole Bethuel

Critique / « Sous les étoiles de Paris » (2019) : Catherine Frot en sans-abri émouvante

Dernière mise à jour article : 29 octobre 2020 à 15:31

Au départ prévu pour avril 2020, le film Sous les étoiles de Paris fut décalé à cause de la période de confinement imposé par la pandémie de coronavirus. Un moment cinéma poétique à retrouver dès le 28 octobre 2020 dans les salles obscures. Catherine Frot y incarne une sans-abri abîmée qui fait la rencontre d’un jeune garçon. L’avis et critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Depuis de nombreuses années, Christine (Catherine Frot) vit sous un pont, isolée de toute famille et amis.
Par une nuit comme il n’en existe que dans les contes, un jeune garçon de 8 ans fait irruption devant son abri. Suli ne parle pas français, il est perdu, séparé de sa mère…
Ensemble, ils partent à sa recherche. A travers les rues de Paris, Christine et Suli vont apprendre à se connaître et à s’apprivoiser. Et Christine à retrouver une humanité qu’elle croyait disparue.

Sous les étoiles de Paris : voyage intime d’un corps invisible dans une ville géante

Catherine Frot se glisse facilement dans la peau de Christine, son personnage. Ce dernier est sur la lisière vulnérable entre existence (car pas encore morte) et invisibilité pour la plupart des riverains. Un corps tiré vers le bas, celui de la déchéance sociale, celui des insécurités. Dans Sous les étoiles de Paris, la voix de la comédienne est méconnaissable et le spectateur prend alors connaissance des particularités de la vie dehors, à force de ne plus adresser la parole à quiconque, même plus pour mendier.

Un gobelet ou un autre objet suffit à montrer qu’on a tout perdu. Christine va cependant, elle, bientôt se retrouver à parler à quelqu’un qui veut l’écouter même s’il ne parle pas la même langue. Un enfant perdu qui a été séparé de sa mère dans Paris et sa région. Mais où ? Un vrai labyrinthe, tout le monde en conviendra. Paris fait cet effet à quiconque.

Une image lyrique et sensible

Sous les étoiles de Paris de Claus Drexel photo film cinéma
© Carole Bethuel

Les perspectives, les filtres sur l’image, la lumière qui éclairent Paris, … C’est un sans-faute pour Sous les étoiles de Paris. Le visuel n’est nullement en-dessous de la splendide affiché proposée par le distributeur. La dimension sonore nous séduit aussi. Les bruits de la ville, pas ceux qu’on entend quand on gambade d’une rue à l’autre, d’un arrondissement à l’autre avec suffisamment de vêtements de rechange jour après jour et de l’argent pour satisfaire ses besoins primaires. L’émotion y est aussi présente, sans complaisance, sans effet pathos sur le spectateur. La détresse du personnage de Catherine Frot et de celui de Mahamadou Yaffa qui incarne le petit Suli sont palpables.

On espère à présent des prix pour saluer la performance de Catherine Frot.

En savoir plus :

  • Sous les étoiles de Paris, un film de Claus Drexel
    Date de sortie France : 28/10/2020
  • Date de sortie Belgique
  • Distribution France : Diaphana Disitribution
  • Distribution Belgique : Athena Films
Luigi Lattuca
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page