enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Josep critique avis photo film 2020
© Les Films d’Ici Méditerranée

Critique / « Josep » (2020) d’Aurel

Le film de dessins Josep d’Aurel est sorti dans les salles de cinéma le 30 septembre 2020. Il retrace l’histoire vraie du dessinateur, subissant La Retirada en étant parqué dans un camp français suite à la fuite du régime franquiste. L’avis et la critique film de Bulles de Culture

Synopsis :

En Février 1939, des espagnols débarquent en nombre pour fuir la dictature franquiste. Le gouvernement français, dépassé par cet exode, décide de les parquer dans des camps. A l’intérieur de cet endroit infâme, un gendarme s’attache à un dessinateur, Josep. Le film raconte l’histoire vraie Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d’exception.

Chaque Festival de Cannes révèle des petites pépites d’animation. J’ai perdu mon corps ou encore Les Hirondelles de Kaboul l’année dernière, cette année Josep aurait bien pu faire l’évènement sur le croisette. Ce film « labellisé 2020« , premier film d’Aurélien Froment, dit Aurel, dessinateur notamment pour le journal Le Monde, devra faire sa vie directement en salles de cinéma. 

Josep, une oeuvre aux valeurs à la fois historique et de transmission

A travers Josep, le journaliste décide de rendre hommage à l’artiste-peinte espagnol, Josep Bartolí, confronté à un pan de l’histoire française passé sous silence : La Retirada. En 1939, des réfugiés espagnols fuient le franquisme et décident de s’installer en France. Une fois la frontière franchie, ils sont arrêtés par la police tricolore et parqués dans des camps d’internement où ces étrangers sont humiliés, violés et brimés. Josep fait parti de ces réfugiés. 

Le film raconte le quotidien atroce de l’artiste peintre dans ces camps, dessinant à la fois les évènements qui s’y déroulent tout en tentant de s’évader en pensant à sa fiancée qui l’attend quelque part. Grâce au co-scénariste Jean-Louis Milesi, cette histoire vraie va s’enchevêtrée avec la fiction à travers le personnage de l’ancien gardien de camp qui raconte à son petit-fils sur son lit de mort les terribles évènements qui se sont déroulés contre les espagnols. Le récit alterne donc entre passé et présent faisant de Josep une oeuvre aux valeurs à la fois historique et de transmission. 

La voix charismatique de Sergio Lopez

Josep critique avis photo film 2020
© Les Films d’Ici Méditerranée

Pour interpréter l’artiste peintre, les producteurs ont choisi la voix charismatique de Sergio Lopez. Il n’est pas le seul artiste célèbre à avoir pris part à cette aventure sensible. Bruno Solo, Gérard Hernandez ou François Morel sont également de la partie. On s’attache particulièrement à la voix lumineuse de Valérie Lemercier, qui insuffle dynamisme et comédie dans cette oeuvre tragique, dans le rôle de la fille de ce gardien de camp. 

Josep est en effet un film sombre qui creuse l’enfer d’un passé que la France a tenté de passer sous silence. La puissance de la narration rend l’oeuvre éblouissante mais en limite l’accessibilité, notamment aux plus jeunes qui peuvent être heurtés par la dureté du propos. Heureusement que le film retrouve un peu de gaité lorsque l’artiste s’exile au Mexique, là où il rencontrera le couple iconique et très libéré, Frida Khalo et Diego Rivera.

Le côté très auteur du film Josep est également renforcé par le fait que l’oeuvre n’est pas majoritairement animée. Composée de dessins statiques, c’est au public de s’imaginer les mouvements. On retrouve ici la fibre journalistique d’Aurel qui fait prendre à son film une allure de dessin de presse, l’auteur fût d’ailleurs formé par les dessinateurs de Charlie Hedbo au début de sa carrière.

Josep est un écrin poétique et sensible sur le parcours hors norme d’un artiste résilient en proie aux pires atrocités humaines. Autant qu’un devoir de mémoire, le film porte en lui les valeurs de la transmissibilité inter-générationnelle. En revanche, l’oeuvre reste exigeante.

En savoir plus  :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page