enfr
ENNIO MORRICONE
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Underwater affiche film 2020

Critique / « Underwater » (2019) de William Eubank

Underwater est le nouveau film du réalisateur William Eubank (The Signal). Ce long métrage, thriller de science fiction, avec Kristen Stewart et Vincent Cassel est dans les salles de cinéma depuis le 8 janvier 2020. Avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Une équipe scientifique sous-marine fait face à un tremblement de terre. Sous l’eau, ils vont devoir essayer de survivre.

Underwater : une histoire qui manque de contexte

On apprend, à travers des extraits de dossiers exposés au générique de début, qu’un mystérieux site de forage à 11 kilomètres de fond est un lieu de disparitions inexpliquées. Puis, on découvre immédiatement Kristen Stewart en train de se brosser les dents au coeur d’une station aquatique en pleine introspection. Son personnage se pose en voix off des questions existentielles sur ses pertes de repères au fond de l’océan.

Comme elle, cet Underwater nous perd un peu dans une histoire qui manque de contexte. On se résigne à s’immerger dans cette fosse abyssale sans savoir véritablement à quelle époque se situe l’intrigue et sans connaitre les raisons de cette mission sous les mers. Seul un bref dialogue nous donne des pistes sur la situation écologique de ce monde pas si futuriste lorsqu’un scientifique évoque l’hypothèse que les secousses pourraient être liées à une sur-exploitation des ressources aquatiques par l’homme. 

Quelques scènes haletantes

Le réalisateur fait ainsi le choix de sacrifier le fond préférant travailler davantage la tension. Sur ce point, Underwater réussit quelques scènes haletantes quand notamment l’équipe ramène dans la station une créature inconnue sans savoir si elle est encore vivante. La référence est toute trouvée avec la célèbre séquence d’Alien quand la petite bestiole sort pour la première fois de la cage thoracique  de l’un des expéditeurs. N’allons cependant pas chercher d’éléments novateurs dans Underwater. Celui-ci s’inscrit trop proprement dans les codes de la saga lancée par Ridley Scott, déjà maintes fois repris, on pense là-dessus au très moyen  Life – Origine Inconnue. Underwater n’apportera pas d’aspect novateur au genre.

On était évidemment curieux de découvrir l’acteur Vincent Cassel, dont le choix est étonnant dans un tel film. Son interprétation restera, à l’instar de l’ensemble des seconds rôles, complètement anecdotiques. L’acteur n’est pas là pour livrer une prestation à la hauteur de son talent mais plutôt pour être un exécutant qui s’aligne sur les directives stéréotypées d’un blockbuster américain. Quant au parfum de girl power, en vogue à Hollywood, pulsé ici par Kristen Stewart en tête d’affiche, on peut remarquer que sa prestance héroïque est certes grandement mise en avant, sans perdre pour autant un côté femme objet pour plaire au public masculin souhaitant la voir en sous-vêtements pendant une partie du film. 

Là où la connexion avec Abbys (James Cameron) aurait pu se faire dans la promesse du film, on trouve finalement dans ce Underwater une oeuvre relativement peu soignée qui ne captive pas. 

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.