enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Star Wars Les Derniers Jedi Affiche épisode 8

Critique / « Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi » (2017): enfin le renouveau !

Dernière mise à jour article : 25 octobre 2020 à 11:40

Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi (Star Wars: Episode VIII – The Last Jedi) est le huitième épisode d’une saga mythique qui a débuté en 1977 sous l’égide de George Lucas. Trente ans après, c’est Rian Johnson qui reprend le flambeau, succédant à J. J. Abrams et son Star Wars : Episode VII – Le Réveil de la Force. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Les héros du Réveil de la Force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé…

Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi : de l’humour et de l’audace

Très circonspect par le retour de la saga épique Star Wars : Episode VII – Le Réveil de la Force (2015) qui n’avait pas osé prendre plus de recul vis-à-vis des épisodes originaires, on attendait donc cette suite avec une certaine impatience. Mais Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi ne va pas tout donner dès les premières minutes. C’est même tout le contraire car le début du film de Rian Johnson est un peu laborieux avec une intrigue qui semble reprendre les arcs narratifs de Star Wars : Episode V – L’Empire contre-attaque.

C’est qu’il en faut du temps au réalisateur pour oser se détacher de ce monument cinématographique, dans un contexte où J. J. Abrams avait relativement échoué. Pourtant, on sent d’emblée une pâte intrinsèque à ce nouvel entrant dans la famille Star Wars. Le cinéaste insuffle en effet un vent d’humour assez inédit, permettant de mettre du décalage dans des scènes façonnées pour être grandioses.

On peut parfois reprocher à Star Wars de se perdre dans des intrigues secondaires au détriment de la grande histoire qu’on souhaiterait voir davantage avancer. Mais si Star Wars : Les Derniers Jedi a des intrigues fermées, généralement anecdotiques et qui ne durent que le temps d’un épisode, il a aussi la particularité d’avoir un dynamisme fou, permettant de répondre à de nombreuses questions de fond.

Et il bouleverse très souvent le schéma narratif a priori souhaité par J. J. Abrams. Il va en effet y avoir des révélations dans cet opus, mais pas forcément celles qu’on attendait.

De nouveaux personnages et une nouvelle peluche pour Noël

Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi est donc le renouveau d’une saga qui doit trouver son tournant pour perdurer. Pour cela, Rian Johnson introduit de nouveaux personnages pour renforcer la fine équipe de l’épisode VII.

Rey (Daisy Ridley), Finn (John Boyega) et Poe Dameron (Oscar Isaac) vont ainsi faire la connaissance de nouveaux compagnons de route comme la jeune Rose (Kelly Marie Tran) dans l’équipes de maintenance de la Résistance, ou le bandit DJ (Benicio Del Toro) qui a un petit air de Han Solo.

Un Star Wars n’en serait aussi pas un en l’absence de nouvelles bestioles attachantes. En particulier les Porgs, petites créatures dociles issues d’un croisement entre macareux, chouette et bébé phoque, qui sont les nouvelles coqueluches de la franchise. On aura forcément envie d’en avoir une peluche pour Noël.

Des imperfections plein de charme

Comme toujours, derrière ces scènes épiques, il se cache toujours quelques moments un peu too much. Impossible de les décrire par peur de spoilers. Il règne en tout cas sur ce Star Wars : Episode VIII – Les Derniers Jedi un vent de féminisme depuis qu’il est pressenti que la jeune Rey détient en elle la Force.

Et du côté obscur, mention spéciale aux méchants Kylo Ren (Adam Driver) et au leader Supreme Snoke (Adam Sirkis) qui prennent de l’ampleur et de la complexité, là où l’héritage de Dark Vador n’était peut-être pas encore très bien assuré.

Au final, le très attendu Star Wars : Les Derniers Jedia cette imperfection qui en fait tout le charme. Moins dans le respect évangéliste de son prédécesseur, il est plus audacieux, étonnant et c’est de bonne augure pour la suite.

On espère que J. J. Abrams s’inspirera de cette mouvance pour Star Wars : Episode IX – L’Ascension de Skywalker qui sortira en décembre 2019 et dont il sera le réalisateur.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page