enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Le Meilleur Reste à venir affiche film 2019

Critique / « Le Meilleur Reste à Venir » (2019) de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière

Dernière mise à jour article : 9 décembre 2019 à 12:12

Le Meilleur Reste à Venir est le nouveau film des réalisateurs Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière. Ce long métrage, avec Patrick Bruel et Fabrice Luchini, est dans les salles de cinéma depuis le mercredi 4 décembre 2019. Avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Suite à un énorme malentendu, deux amis d’enfance, Arthur (Fabrice Luchini) et César (Patrick Bruel) chacun persuadé que l’autre n’a plus que quelques mois à vivre, décident de tout plaquer pour rattraper le temps perdu

Le Meilleur Reste à Venir, tiré de faits réels

C’est dire qu’on attendait impatiemment le retour du tandem Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière depuis le succès de leur film Le Prénom, sorti en 2012. Avec Le Meilleur Reste à Venir, le tandem prend le tournant de la comédie noire en racontant avec humour une histoire touchante sur la thématique du cancer. Les deux complices prennent ainsi la même direction que le duo à succès Eric Toledano et Olivier Nakache, qui, depuis Intouchable, a compris qu’on pouvait traiter de sujets délicats en faisant rire.

La genèse du film Le Meilleur Reste à Venir est pourtant loin d’être joyeuse. L’inspiration des réalisateurs nait de la perte de leur amie, et comédienne sur le Prénom, Valérie Benguigui juste après avoir reçu son César du meilleur second rôle féminin en 2013 pour cette comédie. Elle laisse les deux compères comme orphelins, selon leurs propres déclarations lorsqu’ils évoquent ce triste évènement.

Au cours de l’écriture du scénario, un fait va également alimenter l’intrigue de ce nouveau long métrage. Matthieu Delaporte apprend en effet qu’il doit se faire opérer d’un cancer de la peau, à l’issue incertaine. Dans l’attente des résultats de la biopsie, celui-ci décide de n’informer que son meilleur ami, Alexandre de la Patellière, de son incertitude autour du pronostic vital. Tout se finit bien mais cette péripéties alimente les moments les plus émouvant du film. Comme porte parole de cette douleur du cancer, la comédienne Zined Triki incarne avec justesse une malade en rémission qui parle avec douceur et attachement des affres de cette maladie.

Joie de vivre et positivité

Mais Le Meilleur Reste à Venir est surtout où comédie jouissive qui donne à Fabrice Luchini la pleine capacité pour faire surgir son art de l’exubérance, insupportable pour certain, mais si attachante pour aborder de sujets sensibles. L’acteur retrouve l’artiste à multi casquettes, Patrick Bruel. Il n’avait pas collaboré ensemble depuis le film P.R.O.F.S (1985, Patrick Schulmann) à une époque où leur degré de popularité n’était pas la même qu’aujourd’hui.

Le Meilleur Reste à Venir a dans certains aspects les gros traits d’une comédie populaire. Des situations sont parfois ubuesques comme celle où César emprunte la carte vitale de son meilleur ami, à l’heure où ce sésame de l’assurance santé dispose d’une photo d’identité. De même, alors que, dans la vraie vie, chacun aurait avoué rapidement le mauvais diagnostique à son proche, la terrible sentence n’arrive pas à sortir de la bouche de Fabrice Luchini, créant ainsi l’essence du potentiel comique du film. La joie de vivre et la positivité dominent dans ce long métrage jusqu’à une dernière partie sombre,  issue inévitable avec un tel pitch.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page