enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Charité : en guerre saison 2 affiche série documentaire
© MDR ARD Degeto 2019

♥ Critique / « Charité : en guerre » : une fiction historique bouleversante

Dernière mise à jour article : 16 février 2021 à 00:35

Le temps a passé dans l’hôpital berlinois de la Charité. Le voilà plongé maintenant dans les années charnières de la Seconde Guerre mondiale, de 1943 à l’arrivée de l’armée russe. Charité de Dorothée Schön et Sabine Thor-Wiedemann revient donc sur Histoire TV avec une deuxième saison palpitante et dans laquelle le régime nazi devient central. C’est un beau pari ! L’avis et la critique série de Bulles de Culture sur Charité : en guerre, un drame historique coup de coeur diffusé à partir du jeudi 11 février 2021.

Synopsis :

La jeune doctorante Anni (Mala Emde) est enceinte du docteur Artur Waldhausen (Artjom Gilz) et elle est sur le point d’accoucher. Son sujet de thèse : les auto-mutilations des soldats allemands sur le front.
Son petit frère, Otto (Jannik Schümann), revient du front pour finir son examen de médecine. Mais si la confiance d’Otto dans le Reich bat de l’aile dès le départ, c’est surtout celle d’Anni qui vacille quand l’enfant qu’elle met au monde s’avère être handicapée et qu’elle découvre que les sujets d’expérimentation de son mari ne sont autres que des enfants handicapés.

Charité : en guerre : une série historique extrêmement bien construite

Charité : en guerre saison 2 image série documentaire
© MDR ARD Degeto 2019

Comme sa grande soeur, la saison 2 de Charité emploie des personnages historiques dont le parcours est habilement retracé mais avec un changement d’époque, de contexte et donc de têtes. Seul lien avec la saison 1 : les tests de vaccin antituberculeux du Dr Waldhausen. Et si la fin de la saison 1 montrait la montée de l’antisémitisme, nous voici cette fois en plein régime hitlérien…

Charité : en guerre retrace ainsi les destinées croisées du directeur de l’hôpital, le docteur Ferdinand Sauerbruch (Ulrich Noethen), de son épouse Margot (Luise Wolfram), de la doctorante Anni (Mala Emde), du mari de celle-ci, le docteur Artur Waldhausen (Artjom Gilz), et du frère de celle-ci, Otto (Jannik Schumann). L’ensemble des personnages principaux se trouvent ainsi également être des personnages historiques.

Comme dans la saison 1, la grande Histoire rencontre les histoires personnelles à travers différents axes : l’adhésion ou la non-adhésion des grands professeurs de médecine au régime nazi ; les expérimentations médicales sur les handicapé-e-s et leur extermination ; la traque envers les homosexuel-le-s ; les auto-mutilations des soldats sur le front.

Les destins individuels viennent ici se frotter à l’Histoire avec brio et s’entremêler entre elles avec une maîtrise évidente, une bonne dose de pertinence et un recul qui mène à la réflexion et à la mise en perspective.

Des parcours personnels sidérants

Charité : en guerre saison 2 image série documentaire
© MDR ARD Degeto 2019

Il est un vrai écueil quand on s’attache à montrer la vie en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, et celui-ci réside dans la façon de stéréotyper, de caricaturer les choix faits par chacune ou chacun, en connaissance ou en méconnaissance des faits.

Charité : en guerre échappe à tout caricaturisme excessif.

Participation active ou passive au régime nazi, résistance active ou passive au régime nazi, par connaissance ou méconnaissance des conséquences, tous les cas de figure sont envisagés. Ni diabolisme, ni idéalisation. Charité : en guerre fait un choix audacieux, l’un de ces choix que l’on observe maintenant régulièrement en France, celui-ci d’éviter les caricatures et de montrer tout le panel de réactions possibles à un régime autoritaire.

De la conviction idéaliste à celle qui nait des circonstances, de la participation active à celle qui est intéressée par des intérêts personnels, de la résistance idéologique à celle qui naît d’une prise de conscience lente, tous les cas de figure sont envisagés et conduisent à un état des lieux compliqué, nuancé, explosif, conflictuel.

Qu’est-ce qui fait que l’on se trouve dans un camp plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce qui nous décide ? Qu’est-ce qui nous oblige ? Qu’est-ce qui nous en dissuade ? Qu’est-ce qui garde nos yeux ouverts ou fermés ?

Charité : en guerre a le courage d’affronter ces questions, et surtout, de ne pas les éluder…

Exit le manichéisme…

Charité : en guerre saison 2 image série documentaire
© MDR ARD Degeto 2019

Ce qu’on apprécie dans la série, c’est qu’en dehors des quelques personnages (minoritaires) qui sont très tranchés, on voit en fait comment les mentalités évoluent face aux actualités et face à ce qui les touche personnellement surtout.

Pas de manichéisme donc, pas d’angélisme pour autant. Entre ce que l’on sait, ce que l’on entrevoit et que l’on ne veut pas voir, Charité : en guerre prend parti et montre qu’un certain nombre d’informations circule, notamment dans certains postes plutôt bien placés. Sans exalter exagérément la résistance allemande, la série montre qu’elle a existé, montre aussi quels risques elle impliquait, et montre aussi le revirement de circonstances qui s’observe en fin de guerre.

L’ensemble de l’équipe de comédien-ne-s campe en tout cas avec brio cette équipe d’hôpital forcément divisée en ces temps troubles, et les nuances qui existent entre les choix qui s’opèrent.

Elles manquent à l’appel ces séries si efficaces dans la description de ce qu’était l’Allemagne de la Seconde Guerre mondiale, celle du régime hitlérien, celle des choix cruciaux et mortels…

Charité : en guerre compte parmi celles-ci et pour cela mérite amplement le détour. C’est une série coup de coeur Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • Charité : en guerre est diffusé sur Histoire TV les jeudis à 20h50 du 11 au 25 février 2021. La série est également disponible en replay pendant 60 jours
  • Les 6 épisodes de la saison 2 font 52 minutes chacun
Morgane P.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.