enfr
les-deux-papes-photo-anthony-hopkins-jonathan-pryce-avis-critique-scaled.
© Netflix

Critique / « Les deux papes » (2018) de Fernando Meirelles

Les deux papes de Fernando Meirelles est disponible sur Netflix depuis le 20 décembre 2019. Le film avec Anthony Hopkins et Jonathan Pryce raconte la rencontre entre le pontife Benoit XVI et le futur François. La critique et avis de Bulles de culture sur ce long métrage, nommé à la prochaine cérémonie des Golden Globes. 

Synopsis :

Dans cette histoire inspirée de faits réels, le pape Benoît XVI (Anthony Hopkins) tisse une amitié improbable avec le futur pape François (Jonathan Pryce) à un moment clé pour l’Église catholique..

Les deux papes, rencontre au sommet

A l’écran, le réalisateur de La Cité des Dieu raconte l’intime histoire d’une rencontre entre deux personnages complètement différents. D’un côté, il y a Benoit XVI, le pape volontaire qui a minutieusement préparé son élection dans une continuité conservatrice. De l’autre, le cardinal Jorge Mario Bergoglio est le représentant d’un courant réformateur. Premier cardinal d’Amérique du Sud a accéder au titre papal, l’argentin traine pourtant comme fardeau ses luttes de jeunesse lorsqu’il a été amené à collaborer avec la dictature argentine militaire de 1976. Le film relate d’ailleurs sous formes de flashback les moments les plus décriés de sa vie, comme le scandale autour de l’emprisonnement des deux jésuites travaillant pour lui.

A travers cette rencontre, le cinéaste travaille remarquablement bien les personnalités bien trempées de ces illustres personnages. On sent notamment le fort caractère de Benoit XVI, pourtant affaibli publiquement par le scandale Vatican Leaks. A l’inverse, le futur François se sent au bout de sa mission et se rend à la rencontre du pape pour lui demander sa mise en retraite en tant que cardinal. Bien sûr, le sens de l’histoire montre que cette démission anticipée a été ardemment refusée. 

L’intense Anthony Hopkins face à la lumière de Jonathan Pryde

Les deux papes adopte une narration lente donnant une envergure particulière aux entretiens des deux complices. Si la première rencontre dans les jardins de la résidence de vacances des papes est très froide, le film raconte, au delà de son aspect très solennelle, la naissance d’une belle amitié. Que ce soit dans les sublimes appartements privés du Vatican ou au milieu de la Chapelle Sixtine, les confidences donnent un fond incroyable à cette oeuvre percutante et instructive.

En plein débat autour de la transmission de la charge pontificale, le réalisateur construit des scènes plus ludiques où le caractère humain des deux protagonistes ressort davantage. On note notamment le moment où les deux amis partagent une pizza au petit déjeuner dans la réserve de la Chapelle Sixtine. Le réalisateur revient également avec humour sur l’anecdotique finale de la coupe du monde de football 2014 Argentine/Allemagne lorsque la divergence des deux papes était manifeste.

Abonné aux rôles mineurs depuis quelques années, on retrouve ici Anthony Hopkins dans une intensité de jeu qu’il n’a plus connu depuis 2013 pour son interprétation dans le biopic d’Hitchcock (Sacha Gervasi). Pour son binôme, l’acteur Jonathan Pryde, longtemps oublié d’Hollywood, est remis en plus haute lumière même s’il fût l’année passée le compagnon remarqué de Glenn Close dans The Wife

Après The Irishman (Martin Scorsese) le mois dernier, la suprématie de Netflix s’affirme de plus en plus en matière de longs métrages grâce à des films qualitatifs. A l’approche des diverses cérémonies de prix, la plateforme va sûrement rafler quelques statuettes avec Les deux papes

En savoir plus :

  • Les deux papes est disponible sur Netflix depuis le 20 décembre 2019
  • de Fernando Meirelles, scénario Anthony McCarten avec Anthony Hopkins et Jonathan Pryce – Durée 2h05
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.