enfr
Les coulisses de l'UNESCO à Paris
© Jean-Christophe Nurbel / Bulles de Culture

On a visité la Maison de l’UNESCO à Paris

Depuis octobre 2019, il est possible de visiter le siège de l’UNESCO à Paris en dehors des journées du patrimoine. Retour et avis sur la visite de la Maison de l’UNESCO par Bulles de Culture.

Les coulisses de l’UNESCO

C’est depuis le 6 octobre 2019 qu’à l’image des sièges de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) à Genève et New York, celui de Paris propose avec l’agence de sorties culturelles Cultival des visites guidées et payantes au public pour découvrir l’intérieur et l’extérieur d’un lieu riche d’un patrimoine architectural et artistique. Ainsi, passé le sas de sécurité du côté de la Place de Fontenoy dans le 7e arrondissement de Paris, le visiteur a la chance de pénétrer l’intérieur d’une institution au travail où évènements, séminaires ou autres expositions temporaires se succèdent — ainsi, le jour de notre visite, des carabiniers italiens nous ont présentés une exposition sur des oeuvres volées qui ont été retrouvées afin de sensibiliser à la protection du patrimoine culturel.

Histoire, architecture, fonctionnement et missions

Au cours de la visite de la Maison de l’UNESCO, le visiteur en apprend donc un peu plus sur cette institution de l’ONU (Organisation des Nations unies) présidée depuis 2017 par la Française Audrey Azoulay et surtout connue pour sa protection du patrimoine culturel matériel et immatériel :

  • son histoire — une institution fondée par 20 pays après la Seconde Guerre mondiale et qui compte maintenant 193 états membres, dont ne font désormais plus partie les Etats-Unis et Israël depuis le 1er janvier 2019;
  • sa « maison » — construction d’un bâtiment en étoile à trois branches de 1956 à 1958 par les architectes Marcel Breuer, Pier Luigi Nervi et Bernard Zehrfuss ; commande d’oeuvres d’art pour l’inauguration à onze artistes telles que les scultpeurs Alexander Calder et Henry Moore, les peintres Joan Miró et Pablo Picasso ou le céramiste Joan Gardy Artiga ; acquisition d’une version de L’homme qui marche du sculpteur Alberto Giacometti en 1969 comme symbole d’une humanité fragile mais qui reste forte et avance ; ajout en 1995 d’une grande structure sphérique en aluminium (le Globe Symholique) par l’ingénieur Erik Reitzel;
  • son fonctionnement (états membres, secrétariats, observateurs, traducteurs…);
  • ses mission pour l’éducation, les science et la culture (dans les domaines de la biodiversité, de l’intelligence articifielle…).

L’intéressante visite d’une institution méconnue

En plus de voir d’autres oeuvres (intruments de musique, peintures, sculptures, tapis…), la suite de la visite donne l’occasion de découvrir différentes salles de conférence et de travail, de la grande salle de la conférence générale et ses plus de 1300 places à d’autres salles plus petites mais dont le mobilier, pas encore restauré, conserve tout le charme vintage des années 50 et qui replonge tout cinéphile dans l’ambiance des premiers James Bond. Puis petite incursion dans les sous-sols du bâtiment avant de découvrir à l’extérieur d’autres surprises telles que l’étonnant espace de méditation cylindrique et en béton de l’architecte Tadao Andō ou le magnifique jardin japonais du sculpteur Isamu Noguchi qui est entretenu par des jardiniers formés par l’artiste lui-même.

Cette intéressante visite de l’UNESCO se conclut enfin par le Square de la tolérance de Dani Karavan, inauguré en 1996 en hommage au Premier ministre israélien Yitzhak Rabin assassiné l’année précédente.

En savoir plus :

  • UNESCO
    7, place de Fontenoy 75007 Paris, France
  • Tarifs : A partir de 6 euros (individuel) ; A partir de 4 euros (groupe)
  • Langues de la visite : anglais et français (individuel) ; anglais, allemand, arabe, espagnol, français, italien et russe (groupe)
  • Durée de la visite : 1h30
  • Site de l’agence Cultival pour les réservations
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.