enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / [Critique & Interviews] « Temps de chien ! » (2019) avec Philippe Rebbot et Pablo Pauly
Temps de chien d'Édouard Deluc image téléfilm
© The Film TV / Arte France

[Critique & Interviews] « Temps de chien ! » (2019) avec Philippe Rebbot et Pablo Pauly

Récompensé du Prix de meilleur téléfilm au Festival de la Fiction TV de La Rochelle en 2019, Temps de chien ! d’Édouard Deluc est une fiction unitaire interprétée par Philippe Rebbot, Pablo Pauly, Laure Calamy, Élodie Bouchez et Solène Rigot. L’avis et la critique de Bulles de Culture sur cette comédie sociale, diffusée sur ARTE le vendredi 1er novembre 2019, ainsi que notre interview de l’équipe.

Synopsis :

Fringuant dans son uniforme de capitaine de bateau-mouche, Jean (Philippe Rebbot), quinqua fraîchement divorcé, vit néanmoins un vertigineux naufrage. Florence (Élodie Bouchez), son ex, menace de lui faire retirer la garde alternée de ses enfants. Las de son ivrognerie, son patron (Jean-Luc Bideau) lui refuse une avance sur salaire. Même ses enfants râlent : ils en ont marre de céder leur chambre aux clients Airbnb. Seule sa collège Judith (Laure Calamy), un peu amoureuse, lui apporte sa bonne humeur. Un jour, Jean est expulsé de son appartement. Il se réfugie avec ses enfants dans celui de sa filleule, partie faire le tour du monde. Là, il tombe sur le jeune Victor (Pablo Paul), un musicien dans la mouise…

Temps de chien ! : une comédie sur la précarité

Temps de chien ! est à la fois la drôlerie et la mélancolie de Philippe Rebbot et la gravité d’une trajectoire dans la violence du monde d’aujourd’hui.
— Édouard Deluc

Avec un tournage sur Paris, dont au Muséum national d’Histoire naturelle, un scénario d’Édouard Deluc, Chloé Larouchi et Laura Piani, une image de Renaud Chassaing et une réalisation d’Édouard Deluc, Temps de chien ! est une comédie sur la précarité qui suit le trajet de deux loosers dont les destins vont se croiser. « C’est un projet que je porte depuis longtemps, nous a confié l’auteur-réalisateur Edouard Deluc. Deux ‘images’ se sont superposés : le témoignage sonore d’un homme pendant la Journée internationale de la pauvreté en 2012. C’est dans le journal de France Culture que cet homme a témoigné de sa descente aux enfers et de son déclassement, et j’avais été très touché par son témoignage. C’est un livreur qui en deux ans, c’était retrouvé à vivre dans sa voiture avec ses enfants. Il parlait de ses enfants avec beaucoup de dignité pendant que ceux-ci faisaient leurs devoirs à l’arrière. A la même époque, je promenais ma fille au bord du canal Saint-Martin et il y avait une écluse où j’ai eu le temps de regarder les bateaux-mouches, les équipages et y voir un univers, des personnages… et le visage de Philippe Rebbot m’est apparu avec une chemise à galons. Cette image s’est superposée au témoignage que j’avais entendu ».

Un casting qui « déborde » ses personnages

Le fantôme de Pierre Richard traverse tout mon travail parce que j’ai été biberonné à ses films dans les années 70 et 80. Et ce n’est pas pour rien que Philippe Rebbot est une muse pour moi. Il y a du Pierre Richard en lui alors qu’il voudrait être Patrick Dewaere.
— Édouard Deluc

Côté casting, la fiction unitaire Temps de chien ! s’appuie sur des comédiens qui apporte souvent leur grain de folie aux films dans lesquels ils jouent. C’est ainsi le cas de l’excellent et burlesque Philippe Rebbot qui interprète ici un père de famille divorcé et alcoolique. « Ce qui m’a séduit dans le personnage est qu’il n’est pas si loin de moi, nous a dit l’acteur. Ce n’est pas un mauvais gars. Il est un peu en difficulté mais c’est un gentil mec. L’alcoolisme est une maladie mais lui n’est pas vraiment méchant et je comprend que les filles soient gentils avec lui et aient plus envie de le sauver que de l’enfoncer. On est des gars [NDLR : son personnage et celui de Pablo Pauly] tendres et chargés de poésie ».

A ses côtés, l’électrisant Pablo Pauly apporte sa touche avec son personnage de musicien qui galère. « Au début, le personnage de Pablo Pauly était plus romantique et un peu laborieux, nous a expliqué l’auteur-réalisateur Édouard Deluc. Pablo a électrisé toutes les scènes et a apporté une vie qui a ‘débordé’ le personnage et l’a emmené ailleurs, alors que moi, j’avais probablement dessiné au départ quelque chose de plus fermé ».

Les deux acteurs sont entourés de très beaux personnages féminins, que ce soit l’intense Élodie Bouchez dans le rôle de l’ex du personnage de Philippe Rebbot — pour Édouard Deluc, « le personnage d’Élodie Bouchez est un peu vindicatif mais ils sont quand même dans le même bateau, c’est le cas de le dire, et elle veut sauver l’équipage. Même si c’est son ex, c’est aussi le père de ses enfants » —, la drolatique Laure Calamy en amoureuse ou l’étonnante Solène Rigot qui va faire une brusque et belle irruption dans la vie du personnage de Pablo Pauly.

Un téléfilm social drôle, touchant et résolument optimiste

 

Dans ma petite carrière, je travaille sur la tragi-comédie avec toujours l’envie de traiter de sujets un peu importants, que ce soit le déclassement, la paternité et la fraternité, des thèmes qui me sont proches. Et la comédie, c’est vers quoi j’ai envie d’aller instinctivement.
— Edouard Deluc

Avec ses deux personnages de pieds nickelés portés par Philippe Rebbot et Pablo Pauly« Ce qui m’a séduit est de voir que deux générations peuvent se rencontrer et s’entraider, nous a glissé Pablo Pauly. Je trouve ça assez beau » et une réalisation d’Edouard Deluc contrebalançant une réalité sociale dure avec des scènes très amusantes — telles que la séquence du vol de la défense de mammouth, inspirée d’une histoire vraie et ponctuée par irrésistible fou rire de l’inspecteur joué par Stéphan Wojtowicz, ou l’interprétation de la chanson haïku Motus par le personnage de Pablo Pauly devant un jury RATP —, Temps de chien ! est un téléfilm social drôle, touchant et résolument optimiste.

Et Édouard Deluc de conclure : « Je pense que le mouvement général de ce téléfilm me portait…

Cliquez pour afficher spoiler sur la fin du téléfilm Temps de chien !
… vers le happy end parce que j’aime mes personnages et que j’ai envie de les sortir la tête de l’eau. J’avais donc envie de voir la scène d’anniversaire parce que je savais que c’était ce qui tenait le film en profondeur : le désir de cette petite fille de fêter son anniversaire et l’empêchement du père. Du coup, même si elle était fragile, j’avais envie qu’elle ait lieu. C’est donc une sorte de happy end car c’est quand même un très beau père : il donne à ses enfants tout ce qu’il a et tout ce qu’il est. Les personnages m’emmenaient vers cet happy end ».

Propos recueillis au Festival de la Fiction TV de La Rochelle le samedi 14 septembre 2019.

En savoir plus :

  • Temps de chien ! est diffusé sur ARTE le vendredi 1er novembre 2019 à 20h55, puis le lundi 4 novembre 2019 à 13h35. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur arte.tv
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.