enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « J’ai perdu mon corps » (2018) de Jérémy Clapain
J'ai perdu mon corps affiche film 2019

[Critique] « J’ai perdu mon corps » (2018) de Jérémy Clapain

J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapain est un long métrage d’animation sorti le 6 novembre 2019 dans les salles de cinéma. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire…

J’ai perdu mon corps, bouleversant et transgressif

« Personne n’y croyait » confie le réalisateur en présentant son film à la presse. Il faut dire que J’ai perdu mon corps, adapté du roman de Happy Hand de Guillaume Laurant, scénariste et collaborateur régulier de Jean-Pierre Jeunet, est difficile à mettre dans une case. Du coup, les investisseurs, tels que les chaines de télévision ou le CNC, sont réticents à mettre de l’argent dessus. Le film est un long métrage d’animation, oui mais pas pour enfant. Pourtant, le producteur Marc de Pontavice, en voyant les courts métrages de Jérémy Clapain, a tout de suite cru au projet. Et il a eu raison puisque l’oeuvre ne fait que multiplier les récompenses et les louanges depuis sa découverte à la Semaine de la Critique à Cannes. 

L’intérêt principal du film n’est pas dans le mystère de cette main coupée. La fine enquête policière qui devra faire le spectateur pour « recoller les morceaux » sera vite résolue grâce à une construction dramatique construites autour de nombreux flashback. Il faut plutôt voir dans cette belle adaptation une grande réussite à raconter avec beaucoup de simplicité une histoire de coeur (plus que de main !).  Il y a tout d’abord cette quête effrénée de cette main pour retrouver son corps. La connexion perdue avec son hôte est un supplice pour ce membre à 5 doigts, prêt à parcourir des kilomètres pour retrouver son propriétaire. Ce dernier est lui même absorbé par une passion amoureuse dévorante. Celle-ci démarre alors qu’il livre une pizza. Ce jeune individu tombe d’abord sous le charme d’une voix à travers un interphone. Le réalisateur montre bien qu’il sait s’amuser avec les cinq sens.Puis la curiosité est trop forte. Elle pousse le protagoniste à rencontrer de visu cette jeune femme à la voix si douce qui le fascine. 

La technique d’animation y est précieuse dans J’ai perdu mon corps. Le metteur en scène utilise aussi bien le dessin pur pour donner du caractère à son oeuvre que de la 3D, mis en oeuvre par les studios Xilam et Gao Shan, pour l’aspect plus réaliste des actions.  Le réalisateur a notamment travaillé sur un outil d’animation 2D qui lui permettait directement de travailler sur des éléments 3D. Le rendu se veut très personnel. On est dans une animation indépendante de qualité. 

Le film est une magnifique ôde à la construction de soi, malgré le démembrement physique qui s’y traduit. La mise en scène n’épargnera certes pas les âmes sensibles. Les images animées n’atténueront aucune douleur, ni physique au moment de l’accident qui provoque la section de la main, ni morale quant aux souffrances intérieures du personnage principal. De notre côté, J’ai perdu mon corps est bouleversant. Il est une grande réussite pour une animation française qui se veut non consensuelle et transgressive. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 06/11/2019
  • Distribution France : Rezo Films

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.