enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Hors Normes » (2019) d’Eric Toledano et Olivier Nakache
Hors Normes affiche critique avis film 2019

[Critique] « Hors Normes » (2019) d’Eric Toledano et Olivier Nakache

Hors Normes d’Eric Toledano et Olivier Nakache est dans les salles de cinéma depuis le 23 octobre 2019. Le film avec Vincent Cassel et Reta Kateb sur l’autisme a fait la clôture du Festival de Cannes en mai 2019. Découvrez la critique film et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Bruno (Vincent Cassel) et Malik (Reda Kateb) vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés « d’hyper complexes ». Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes. 

Hors Normes, condensé des atouts de la filmographie des réalisateurs

Deux ans après Le Sens de la fête, le duo Toledano/ Nakache revient à ses premiers amours avec un film résolument social. Après avoir fait exploser le box office français avec Intouchable, oeuvre traitant du handicap, les deux artistes s’intéressent aujourd’hui à l’autisme dans leur dernière réalisation. Hors Normes est belle réussite puisqu’elle est un condensé d’atouts des précédents films des deux comparses. On retrouve dans ce dernier film la touche sensible d’Intouchable, la formation d’un duo de choc de Je préfère qu’on reste ami, l’aspect associatif de Samba et la note chorale du Sens de la fête. Hors Normes a en plus de ces réalisations un supplément d’âme. On sent que les réalisateurs ont à coeur la problématique. Il faut dire que les deux comparses ont été longtemps en observation en faisant la connaissance en 1994 de Stéphane Benhamou et de son association Le Silence des justes, dont est tiré l’histoire. C’est quelques années plus tard que les cinéastes ont réalisé un court-métrage de six minutes pour présenter la structure associative. Cette fiction courte est à l’origine de l’envie de se lancer dans un long métrage. 

Un film à la lisière du documentaire

Avec Hors Normes, Toledano et Nakache sont des observateurs. Le film est à la limite d’une construction documentaire plurale où on suit le parcours de plusieurs malades. Pour renforcer cette relation avec le réel, certains acteurs sont eux-mêmes des autistes, recrutés dans des ateliers théâtre réservés aux personnes présentant des troubles de la communication. Ce casting bien particulier donne lieu à la découverte de petits prodiges comme Benjamin Lesieur, incarnant le rôle de Joseph dont l’objectif est de se réinsérer dans la vie professionnelle. Marco Locatelli fait également parti de ces comédiens en herbe, jouant d’une manière très engagée un jeune autiste hospitalisé. Son personnage, souffrant de crises d’automutilation, est l’un des plus travaillé dans le scénario. Il est également celui qui a le plus grand axe de progression au cours de l’histoire avec un potentiel empathie indéniable pour les spectateurs. La connexion avec le réel tient aussi à des situations qui se sont vraiment passées et que les réalisateurs ont souhaité mettre à l’image. Au cours de leurs période d’observation, Eric Toledano et Olivier Nakache ont pu notamment assister à la fugue d’un jeune, donnant lieu dans le film à la fuite de Valentin. Il ne faut pas oublier les prestations de Vincent Cassel et Reta Kateb qui incarnent avec une grande justesse des professionnels en mouvement se battant avec altruisme. 

Avec Hors Normes, les réalisateurs ont frappé fort en s’attaquant aux faiblesses du traitement de l’autisme en France. Nul doute que le film attira l’oeil des politiques sur le statut difficile de ces associations, et des travailleurs sociaux qui donnent tout pour leur métier, pour proposer des réformes palpables sur la prise en charge de cette maladie. 

En savoir plus  :

  • Date de sortie France : 23/10/2019
  • Distribution France : Gaumont

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Un commentaire

  1. C est un film extraordinaire avec la réalité sur l’autisme .Je suis maman d’un autiste de 18ans et sincèrement l’émotion m’a envahie sur le vécu réel ,aussi bien de la part des familles représentées ,les jeunes accueillis.BRAVO !!!!!EN ESPÉRANT QUE ÇA FERA AVANCER LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE SUR LES PRISES EN CHARGE ET LES DIFFICULTÉS DES FAMILLES

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.