enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Joker » (2019) : l’initiation à la folie
joker critique film affiche 2019

[Critique] « Joker » (2019) : l’initiation à la folie

Après Tim Burton (Batman, 1989), Christopher Nolan (The Dark Knight, Le Chevalier Noir, 2008) puis David Ayer (Suicide Squad, 2016), c’est au tour du réalisateur de la trilogie Very Bad Trip d’ajouter un chapitre à l’histoire de l’antagoniste du justicier Batman. Avec Joker, Todd Phillips, nous propose l’incipit de sa vie. L’avis et la critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck (Joaquin Phoenix), un homme sans concession méprisé par la société.

Plusieurs générations ont été marquées par le Joker, incarné à plusieurs reprises au cinéma. Personnage emblématique du 9ème art, les interprétations offertes Jack Nicholson (Les Infiltrés, 2006) Heath Ledger (L’imaginarium du Docteur Paranassus, 2009) ou encore Jared Leto (Blade Runner 2049, 2017), sur grand écran, nous ont émerveillé, fasciné ou bien déçu. Dorénavant connu pour son immersion totale dans ses rôles et ses interprétations de personnages marginaux, le talent de Joaquin Phoenix (Les Frères Sisters, 2018 ; Marie Madeleine, 2018 ; A Beautiful Day, 2017, L’Homme irrationnel, 2015 ; Her, 2013) se hissera-t-il à la hauteur du charismatique Joker et des attentes des spectateurs ?

Joker, plaidoyer pour la folie

C’est l’histoire d’un homme refoulé par une société agonisante, celle d’Arthur Fleck. Individu maigre, l’esprit encombré par des idées noires, essayant tant bien que mal de s’intégrer dans le moule du conformisme social. Alors que tout est morne et que rien ne prêtre à sourire, ironiquement, le personnage de Joaquin Phoenix (Les Frères Sisters, 2018 ; Marie Madeleine, 2018 ; A Beautiful Day, 2017, L’Homme irrationnel, 2015 ; Her, 2013) souffre de rire pathologique. Ses accès de rire s’immiscent brutalement dans des situations inappropriées, le marginalisant davantage.

Chaque incarnation du Joker est la personnification d’une déviance : la criminalité avec Jack Nicholson, tantôt l’anarchie avec Heath Ledger. Le réalisateur plaide ici pour la folie.

Todd Phillips (War Dogs, 2016 ; Very Bad Trip 3, 2013 ; Very Bad Trip 2, 2011; Very Bad Trip, 2009; Starsky et Hutch, 2004) a articulé son film sur l’état d’esprit de son personnage principal. Tandis qu’il refoule son Moi destructeur à l’aide de médicaments et de thérapie, c’est une succession d’abandon, de trahison et de violence, dont sont responsables son entourage et la société, qui le conduit à s’exprimer tel qu’il est : le Joker.

L’allégorie de l’escalier

Ce qui apparaît être une descente aux enfers pour les spectateurs conventionnels que nous sommes, se présente en réalité pour le protagoniste comme une libération, l’expression de son Moi. Au regard de cela, l’escalier, présent sur l’affiche du film, peut est être interprété comme une allégorie de l’état psychique du personnage, interprété par Joaquin Phoenix (Les Frères Sisters, 2018 ; Marie Madeleine, 2018 ; A Beautiful Day, 2017, L’Homme irrationnel, 2015 ; Her, 2013).

Dans son trajet quotidien, Arthur Fleck gravit un grand escalier pour rentrer chez lui. Une longue ascension qui paraît symboliser une difficile remontée à la surface, vers une vie artificielle, contrainte. Au fil de la projection, au fur et à mesure que les supercheries se dévoilent, on s’aperçoit que monter les marches s’avèrent de plus en plus rude. Jusqu’au jour où le clown descend vers les enfers, mais avec une gaieté tangible, libéré de sa mue.

Joaquin Phoenix, la carte maîtresse de Joker

Le jeu d’acteur que nous propose Joaquin Phoenix contribue à la qualité du film. L’interprète offre une véritable symbolique du corps, qui exprime physiquement l’état psychique de son personnage. Initialement tordu, contorsionné, inquiétant et triste dans la peau d’Arthur Fleck. Puis libéré, souple et dansant dans le costume coloré du Joker. Il aura réussit, par son talent, à ajouter une nuance supplémentaire à la palette du super-vilain de DC Comics.

Mais la subtilité et l’audace dont à fait preuve Todd Phillips dans son œuvre, est également une valeur ajouté. Car il réussit, malgré la tension qui nous habite tout au long du film, à nous faire rire devant des scènes totalement macabres.

Si vous souhaitez forger votre propre avis, n’hésitez pas à vous rendre dans les salles obscures.

En savoir plus :

  • Date de sortie France :09/10/2019
  • Distribution France : Warner Bros. France

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.