enfr
Accueil / KIDS / [Critique Avignon Off] « Démodés » de la Cie La Tal et Leandre Ribera
DÉMODÉS de TAL - Cie Jean-Louis Bihoreau affiche clown

[Critique Avignon Off] « Démodés » de la Cie La Tal et Leandre Ribera

Où sont passés les clowns d’antan de La Piste aux étoiles ? Leandre Ribera et la Cie La Tal les ont fait ressusciter sur scène dans Démodés au Festival OFF d’Avignon 2019. Avis et critique.

Synopsis :

Enric Caso, Jordi Magdaleno et Leandre Ribera incarnent trois anciens clowns. Leur univers est délabré, leurs gags volontairement désuets. Un hommage tendre et nostalgique à une époque de cirque révolue. Pourtant, ils sont encore si drôles. Que vont-ils devenir ?

Démodés au Festival OFF d’Avignon 2019 : entre rire et poésie

« Démodés », fatigués, usés, ces trois clowns nous touchent. L’univers de Leandre Ribera, Jordi Magdaleno et Enric Caso est toujours baigné de poésie. Dès l’ouverture du rideau, on reconnaît la signature lumière de Marco Rubio. L’éclairage rase le sol. Ce n’est qu’un tapis mais le rendu est incroyable. On y est ! La piste circulaire de cirque est reconstituée. Et la boîte à musique de David Moreno nous projette en enfance.

La Cie La Tal nous fait voyager dans le temps. Même un peu désabusés, nos trois clowns ont encore du charme. Même « démodés » — d’ailleurs qui les a décrété démodés ? —, ces trois dinosaures sont encore terriblement beaux. Surtout, ils connaissent encore très bien les ressorts du rire. Trois canettes de soda secouées et les jets valsent au rythme de la musique. Leur monde est troué, à l’image de la chaussette du clown blanc. Chaussette jaune, bien sûr, bel hommage à l’autre spectacle de Leandre Ribera, Rien à dire. Un peu de solidarité et les trous sont vite raccommodés ! Mais de nos jours, qui raccommode encore ses chaussettes ?

Un cirque disparu

Que sont-ils devenus ? « Les petits nenfants » se sont tus ! En début de spectacle, nos trois comparses poussent chacun leur brouette. Tous leurs souvenirs sont là : tout un bric à brac défoncé. Ils tournent en rond sur cette piste sans étoiles. Mais cette métaphore ne prouve-t-elle pas que leur temps est révolu ? Ils sont usés, tout comme leurs accessoires : un ballon de foot dégonflé et rapiécé, une table rafistolée avec de la ficelle, un vieux matelas défoncé. Nous avons pitié d’eux. Même les maquillages n’ont plus la superbe d’antan. Ils sont défraîchis à souhait !

Leandre Ribera, Enric Caso et Jordi Magdaleno dénoncent ici la mort du cirque traditionnel. A l’heure des ordinateurs, se donner des coups sur la tête avec un énorme marteau gonflable fait-il encore rire ? A l’heure de la vidéo, quel est l’intérêt de la touffe de cheveux qui tournent sur la tête ? A l’heure des cirques sans animaux, l’éléphant est gonflable… beau symbole ! Quel est encore l’intérêt de ces clowns à l’ancienne et leurs chaussures ENORMES ? D’ailleurs le clown blanc déchire l’affiche de leur petit cirque ambulant.

C’est la fin d’une époque. Les grandes poches à secrets d’Enric Caso, Jordi Magdaleno et Leandre Ribera se sont vidées. Ils ne se font plus rire qu’eux-mêmes ! C’est pathétique et la Cie La Tal le dénonce avec une douceur féroce. Ils posent une question cruciale : qu’est-ce que le cirque moderne ? Pendant le spectacle, un ballon est renvoyé sur scène par le public. Et là, nos trois comparses réalisent que leur public est revenu… et qu’il est hilare ! Mais comment faire déplacer les foules ? Les maîtres mots du succès : faire perdurer la mémoire, l’humanité et la simplicité. Le talent de Leandre Ribera et de la Cie La Tal s’y attelle. Un très bel hommage !

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, la chroniqueuse Fred Chavot.

En savoir plus  :

Bulles de Culture invite

Rédacteurs invités / Guest editors chez Bulles de Culture
Ouvert sur l'extérieur, Bulles de Culture accueille les écrits de rédactrices et rédacteurs extérieurs.
Bulles de Culture invite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.