enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique Avignon Off] « Rien ne saurait me manquer » de la Cie Avant l’Aube en tenue d’Avignon
RIEN NE SAURAIT ME MANQUER (J'AI DÉCOUVERT PIERRE RABHI SUR MON IPHONE7) photo théâtre
© Nicolas Pintea

♥ [Critique Avignon Off] « Rien ne saurait me manquer » de la Cie Avant l’Aube en tenue d’Avignon

La Cie Avant l’Aube présente au Festival OFF d’Avignon 2019 une version corrigée de leur pièce Rien ne saurait me manquer. Et cette mouture encore plus magistrale est à nouveau un immense coup de cœur pour Bulles de Culture. Notre avis et notre critique théâtre.

Synopsis :

Comment définir cette génération Y, celle qui est née avec la chute du mur de Berlin, qui a vu s’écrouler les tours jumelles et qui a assisté, effarée, à l’incendie de Notre-Dame en se demandant si ce n’était pas là le seuil du grand effondrement du monde que nous connaissons.

Rien ne saurait me manquer, une réécriture audacieuse au Festival OFF d’Avignon 2019

RIEN NE SAURAIT ME MANQUER (J'AI DÉCOUVERT PIERRE RABHI SUR MON IPHONE7) photo théâtre
© Nicolas Pintea

C’est à Paris que nous avions découvert Rien ne saurait me manquer en mars 2018. Nous avions adoré, applaudi, fait l’éloge de cette création talentueuse et emportée. La pièce s’est jouée ; un an a passé ; Agathe Charnet a corrigé certains passages, ajouté, déplacé ; Maya Ernest a précisé sa mise en scène.

Puisque nous avions été convaincue à 200% par leur première version, c’est un peu fébrile, impatiente et presque inquiète que nous avons découvert la version 2019 de Rien ne saurait me manquer. Or le résultat est sidérant ! Le trio Vincent Calas, Lillah Vial, Agathe Charnet a mûri encore dans cette création et est aujourd’hui éblouissant. La Cie Avant l’Aube nous a habitué-e-s à très très bien et a pourtant réussi à faire encore mieux !

Beau défi. Grand talent. Jolie prouesse. Et superbe succès puisque la salle, comble au fil des soirs, applaudit, rit, vibre, et regrette de devoir quitter l’équipe aussi vite, tempo avignonnais oblige. Toutes les générations sortent convaincues par cette incroyable équipe et la lecture qu’elle propose du rapport au monde qu’entretiennent les presque trentenaires.

À la quête des aubes

RIEN NE SAURAIT ME MANQUER (J'AI DÉCOUVERT PIERRE RABHI SUR MON IPHONE7) photo théâtre
© Nicolas Pintea

Rien ne saurait me manquer, dans sa version réécrite, gagne en gravité et en densité. On rit encore beaucoup et franchement ; le second degré, l’autodérision, l’ironie fonctionnent à plein régime autour des questionnements que la pièce ouvre sur les doutes existentiels d’une génération qui ne sait que faire face au monde dont elle perçoit l’écroulement prochain.

Est ainsi posée la question de l’entrée dans le monde du travail, qui n’a plus la valeur de réussite et de fin en soi qu’elle a pu avoir pour les générations d’avant. Mais qui au contraire devient de plus en plus menaçante et oppressante. Cette pression pousse paradoxalement les jeunes actifs au bord du burn-out.

Est également posée, de façon plus prégnante encore qu’il y a un an, la question des relations amoureuses, de la complexité qu’elles revêtent dans une société qui pousse en même temps au couple et aux relations sexuelles libres, avec le risque d’attachement qu’elles comportent paradoxalement.

La version 2019 de Rien ne saurait me manquer ouvre la porte, et c’est cela qui participe à lui donner davantage de gravité, à la révolte, à l’engagement, à l’envie de tout faire exploser du vieux monde et de ses impasses pour espérer faire naître après lui l’aube, le seuil d’un nouveau qui puisse être meilleur, plus juste, plus humain. C’est donc à nouveau une pièce coup de coeur de Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • Rien ne saurait me manquer se joue au festival Avignon Le Off 2019, au Théâtre du Train Bleu, du 5 au 24 juillet à 19h20. Relâche les 11 et 18 juillet
  • Durée du spectacle : 1h30
  • Site officiel de la Cie Avant l’Aube
  • Rien ne saurait me manquer est dans notre TOP départ du Festival OFF d’Avignon 2019

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.