enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique Avignon OFF 2019] « Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri » de Virginie Lemoine
Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri par Virginie Lemoine affiche théâtre

[Critique Avignon OFF 2019] « Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri » de Virginie Lemoine

Bulles de Culture a assisté au très tendre Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri, un seul en scène avec Didier Constant au Festival OFF d’Avignon 2019. L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture.

Synopsis :

Milou n’est pas un enfant comme les autres. Il rêve de devenir princesse, reine. Quand il entend pour la première fois Nana Mouskouri, son cœur chavire et s’emballe. C’est elle qu’il veut devenir.

Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri : une adaptation splendide au Festival OFF d’Avignon 2019

C’est un seul en scène émouvant que Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri. Très émouvant. L’adaptation du roman éponyme de David Lelait-Helo est magistrale, transposée en un monologue dont l’écriture est soignée, poétique et simple.

La mise en scène de Virginie Lemoine est efficace. Une façade de caravane pour décor, qui se transforme au fil du spectacle grâce à de la vidéo-projection. Plus un fond musical qui nous fait voyager sur les terres de l’artiste grecque.

Didier Constant incarne avec brio ce petit garçon qui veut devenir princesse, puis reine, puis Nana Mouskouri. Il est drôle quand il s’empare des passions étranges d’un garçon singulier, touchant quand il épouse les traits du petit fils qui chérit sa grand-mère, qui se découvre et qui peine à trouver sa place.

Un éloge de la différence 

Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri par Virginie Lemoine image théâtre
© Chantal Depagne / Palazon

Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri est un hymne bienveillant au courage d’être soi. Ce petit garçon puis cet adolescent puis cet adulte qui ne renonce pas à cette passion étrange et irrépressible pour Nana Mouskouri est bouleversant.

À travers ce personnage se dessinent le pouvoir des rêves, la puissance de la passion, la force de la tendresse. On rit, on rit vraiment, on rit beaucoup, et pourtant sans ironie, sans méchanceté. La pièce porte sur le destin de ce personnage un regard attendri et amusé.

Jouant d’un savant équilibre entre humour et émotion, entre distance et proximité, entre recul et attachement, Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri est un spectacle plaisant, que Didier Constant fait vibrer avec merveille.

En savoir plus :

  • Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri se joue au festival Avignon Le Off 2019, au Théâtre du Chien Qui Fume, du  5 au 28 juillet à 20h45. Relâches les 10, 17, 24 juillet
  • Durée du spectacle : 1h15

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.