enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique Avignon Off] « La Théorie du Y » de Caroline Taillet : sans mauvais genre
La Théorie du Y de Caroline Taillet image théâtre contemporain
© Edouard Outters

♥ [Critique Avignon Off] « La Théorie du Y » de Caroline Taillet : sans mauvais genre

Bulles de Culture a découvert au Festival OFF d’Avignon 2019 le dynamique et touchant La Théorie du Y du jeune collectif belge Canine Collectif. L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture sur ce spectacle coup de cœur.

Synopsis :

On suit Anna (Léone François), de l’enfance à l’âge adulte, dans la construction de son identité, dans la découverte de la vie affective et sexuelle, et dans l’acceptation qu’elle se trouve autant attirée par les hommes que par les femmes. 

La théorie du Y, dynamisme et inventivité au Festival OFF d’Avignon 2019

La théorie du Y, ce sont quatre comédien-ne-s sur le plateau : Léone François dans le rôle d’Anna ; Violette de Leu, Colin Javaux et Émilien Vekemans qui se distribuent les rôles des membres de la famille, des ami-e-s et des amant-e-s. Et La théorie du Y‘, cest aussi une jeune et très talentueuse autrice et metteuse en scène : Caroline Taillet.

C’est Anna que l’on suit à travers différents épisodes de son enfance, de son adolescence et de son jeune âge adulte. La scène est couverte de boîtes de différentes tailles qui s’agencent pour créer le décor et qui s’ouvrent à chaque épisode pour que chacun-e y puise les accessoires nécessaires.

C’est une heure de spectacle sans temps mort. Un rythme soutenu et parfaitement maîtrisé. Un accompagnement musical pertinent et gonflé d’énergie et d’humour. Un jeu d’acteurs et d’actrices absolument magnifique. Un sans-faute absolu.

Une thématique audacieuse

C’est un thème peu abordé que Caroline Taillet a choisi pour La Théorie du Y, celui de la bisexualité. Elle le fait sans polémique, mais aussi sans tabou, montrant la construction d’une jeune fille, d’une simple jeune fille, d’une adolescente et jeune adulte comme il y en a tant d’autres.

Son propos se veut pédagogique, destiné aux adolescents mais aussi aux adultes qui méconnaissent ou méprisent le phénomène. On voit ainsi le personnage d’Anna se confronter aux impasses de deux relations, l’une homosexuelle et l’autre hétérosexuelle. On l’observe peser l’un et l’autre et accepter enfin que la personne qu’elle rencontre vaut davantage que son sexe. Sa portée pédagogique est telle que le groupe audiovisuel public belge RTBF l’a adaptée en websérie.

La fraîcheur, l’intelligence, l’énergie de La Théorie du Y en font un spectacle convaincant, touchant et magistralement mené. Tel talent mérite le détour. Tel propos mérite d’être entendu et devrait même l’être d’urgence tant il semble essentiel, nécessaire et incontournable afin que tombent les murs des stéréotypes de genre. C’est un spectacle coup de coeur de Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • La Théorie du Y a remporté le prix de la ministre de l’enseignement secondaire en Belgique, a remporté les prix Kiwanis et a été nominé au Prix de la critique belge en 2016
  • La Théorie du Y se joue au festival Avignon Le Off 2019, au Théâtre des Lucioles du 5 au 28 juillet à 13h40. Relâches les 9, 16 et 23 juillet
  • Durée du spectacle : 1h 
  • Spectacle à partir de 13 ans

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.