enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « J’ai rencontré Dieu sur Facebook » d’Ahmed Madani : racines radicales
J'ai rencontré Dieu sur Facebook de MADANI COMPAGNIE image théâtre
© François Louis Athénas

[Critique] « J’ai rencontré Dieu sur Facebook » d’Ahmed Madani : racines radicales

C’est à la thématique de la radicalisation que se frotte Ahmed Madani avec J’ai rencontré Dieu sur Facebook. Et il ne fait pas dans la nuance ! L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture sur cette pièce vue au Festival OFF d’Avignon 2019.

Synopsis :

C’est une mère (Mounira Barbouch) qui revient après avoir enterré la sienne au bled ; elle vit seule avec sa fille, Nina (Louise Legendre), dont la meilleure amie vient de mourir. Vulnérable, elle se fait aborder sur Facebook par Amar (Valentin Madani), un jeune homme qui joue les chevaliers et qui la convainc de rejoindre la Syrie.

J’ai rencontré Dieu sur Facebook : les racines en otage

Ce que réussit à saisir Ahmed Madani dans J’ai rencontré Dieu sur Facebook, c’est la question du rapport aux origines. C’est déjà ce qui l’intéressait dans le très beau F(l)ammes que nous avions découvert au Festival OFF d’Avignon il y a deux ans. Cette problématique s’incarne ici à travers les deux personnages féminins, la mère et la fille.

Norah s’est en effet détachée de la religion et s’est émancipée, l’identité qu’elle revendique est française. Le fantôme de sa mère qui désapprouve son rejet de la religion n’est pourtant jamais loin. Le personnage de Nina cherche quant à elle son identité, et se tourne du côté des origines de sa mère. Ce conflit entre mère et fille est d’autant plus prégnant qu’elles entretiennent, cela mis à part, une relation fusionnelle.

Louise Legendre et Mounira Barbouch excellent à incarner ce duo touchant ; on croit à ce binôme que l’on découvre dans son quotidien, et qui nous raconte avec une certaine forme de désinvolture et d’humour le drame qui s’est noué. En cela, la direction d’Ahmed Madani est parfaite. J’ai rencontré Dieu sur Facebook est une belle exploration du rapport difficile à ses racines.

Une lecture pédagogique de la radicalisation

J'ai rencontré Dieu sur Facebook de MADANI COMPAGNIE image théâtre
© François Louis Athénas

Ce qui intéresse Ahmed Madani, c’est de proposer une pièce pédagogique — proposée à partir de 13 ans, J’ai rencontré Dieu sur Facebook a donné lieu à des séances scolaires — sur le processus de radicalisation. On peut ainsi inscrire sa pièce dans le même sillage que le film Le Ciel Attendra. L’adolescente qu’il propose d’observer est plus jeune que celle que le film montrait. Autre élément, Ahmed Madani choisit d’étudier aussi le parcours du jeune homme qui sert d’appât à Nina, c’est l’un des atouts de sa pièce.

J’ai rencontré Dieu sur Facebook explore de fait le poids des réseaux sociaux et montre les ficelles. On regrette qu’elles soient parfois un peu grosses et sonnent comme une grande leçon, comme un cours magistral. Louise Legendre est néanmoins parfaite dans cette adolescente qui s’exalte et s’emporte fougueusement dans quelque chose qui semble donner sens à la mort de son amie. Mais l’ensemble pourrait gagner en nuances.

Il est vrai que le twist final apporte fraîcheur et légèreté à une thématique qui n’en a pas ; pas sûr toutefois qu’il rachète tout à fait les longs passages didactiques. On sort de la salle partagé-e car on se dit en effet que peut-être qu’il fallait cette lourdeur à la pièce pour qu’elle soit entendue devant un public adolescent. Mais en tant qu’adulte, on regrette certaines facilités. Ahmed Madani nous a habitué-e-s à mieux, c’est certain.

En savoir plus :

  • J’ai rencontré Dieu sur Facebook se joue au festival Avignon Le Off 2019, au 11 • Gilgamesh Belleville à Avignon du 5 au 26 juillet à 11h50. Relâches les 10, 17, 24 juillet.
  • Tournée 2019-2020 : du 21 au 23 novembre 2019 à Fontenay-en-Scènes à Fontenay-sous-Bois ; le 26 novembre 2019 au Théâtre de Chelles ; les 28 et 29 novembre 2019 à Les Passerelles de Pontault-Combault ; du 9 au 13 décembre 2019 au Théâtre de Montansier de Versailles ; le 17 décembre 2019 à l’Espace Jéliote de Oloron-Sainte-Marie ; le 19 décembre 2019 au Théâtre des Quatre Saisons de Gradignan ; le 16 janvier 2020 à l’Espace Albert Camus – Ville de Bron ; le 24 janvier 2019 au Théâtre de la Renaissance Mondeville – Normandie ; le 28 janvier 2020 aux Points communs de Cergy-Pontoise ; les 31 janvier et 1er février 2020 au Centre culturel Jean Vilar – Champigny-sur-Marne ; le 6 février 2020 à La Sucrerie – Coulommiers ; le 11 février 2020 au Quai des arts d’Argentan
  • Durée du spectacle : 1h30
  • Madani Compagnie (site officiel)

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.