enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique Avignon Off] « Happy Mâle » de la compagnie Le Théâtre au Corps : un genre dominant
Happy Mâle de la compagnie Le Théâtre au Corps image spectacle pluridisciplinaire
© Christophe Raynaud de Lage

♥ [Critique Avignon Off] « Happy Mâle » de la compagnie Le Théâtre au Corps : un genre dominant

Écrit et mis en scène par Eliakim Sénégas-Lajus, Happy Mâle est une pièce chorégraphique et théâtrale qui interroge au Festival OFF d’Avignon 2019 les codes physiques de séduction que le genre nous inculque. L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture sur cette pièce coup de cœur.

Synopsis :

Jouer de sa taille, adopter une posture surplombante, montrer à la fois intérêt et indifférence, faire voir que l’on est un mâle dominant. La séduction, cet exercice genré par excellence, est passé au crible. Finement.

Happy Mâle, comme un mâlentendu au Festival OFF d’Avignon 2019

Un homme (Thomas Couppey) sur le plateau vous accueille ; il danse, fixe les femmes qui entrent en jouant d’une posture de séduction. Et c’est cela qui est questionné d’abord. Cette attitude prédatrice du mâle. Celle qui fait baisser les yeux à qui croise un regard appuyé et dérangeant ; celle qui fait hausser le pas quand on sent la pression qu’il exerce derrière nous.

Happy Mâle interroge par la danse, les postures, mais aussi par une documentation précise, minutieuse cette posture du mâle dominant qui a des fondements biologiques réels, cette posture qui conduit à une dérive évidente : celle de la domination masculine. Pourtant, on peut être homme et être gêné par cette domination que ses semblables pensent être de droit. 

C’est alors que la parole féminine entre en scène avec Myriam Jamache. Elle vient témoigner de ce à quoi conduit le besoin d’une domination quand on se place du point de vue d’une femme. C’est d’ailleurs d’abord un souvenir de jeune fille qu’on entend, et il touche, et il sonne terriblement fort. Le ton s’allège ensuite, mais pose la question aiguë de ces postures qui nous échappent.

Toute une éducation à revoir dans Happy Mâle

La question criante, hurlante que pose Happy Mâle, c’est celle de l’éducation que l’on donne, autant aux filles qu’aux garçons. Cette image du conquérant, du chevalier, de l’homme fort fait en cela autant souffrir que l’injonction à être apprêtée, silencieuse, en retrait.

Happy Mâle montre ainsi le malaise, le mal-être que créent ces injonctions pour qui se sent incapable d’y obéir, incapable de s’y soumettre. Le binôme splendide que forment Myriam Jarmache et Thomas Couppey l’incarne avec brio. Tant dans la danse que par le texte magnifique que signe Eliakim Sénégas-Lajus.

La danse parvient finalement à faire tomber ces codes de genre et crée une chorégraphie d’égalité, une chorégraphie mixte, pleinement mixte, qui transfigure l’assignation des rôles, imagine un espace de liberté dans lequel chacun-e peut s’épanouir tel-le qu’il ou elle veut être, en respect avec ses aspirations, ses rêves, ses préférences. C’est un spectacle coup de cœur de Bulles de Culture.

En savoir plus 

  • Happy Mâle se joue au festival Avignon Le Off 2019, au Théâtre Transversal Avignon, du 5 au 28 juillet à 10h40. Relâches les 9, 16, 23 juillet
  • Durée du spectacle : 1h05
  • Le Théâtre au Corps (site officiel)

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.