enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique Avignon Off] « Vies de papier » de la compagnie La Bande Passante
Vies de Papier de la comapgnie La Bande Passante image Marionnette-objet
© Thomas Faverjon

[Critique Avignon Off] « Vies de papier » de la compagnie La Bande Passante

Voici du théâtre d’objets documentaire au Festival OFF d’Avignon 2019. Si vous aimez chiner dans les brocantes, ces Vies de papier de la compagnie La Bande Passante vont vous parler. Qui est Christa photographiée dans l’Allemagne des années 40 ? Benoît Faivre et Tommy Laszlo vous convient à un véritable road-trip à travers l’Europe. Avis et critique.

Synopsis :

2015, Benoît Favre et Tommy Laszlo trouvent sur un marché aux puces de Bruxelles un album photo. Une enquête commence sur la vie d’une femme née à Berlin en 1933. La Compagnie La Bande Passante nous propose films et photos pour illustrer leur road-movie.

Vies de papier : une machine à rêves au Festival OFF d’Avignon 2019

Ce jour d’automne 2015, lors d’une résidence, Benoît Faivre et Tommy Laszlo se laissent captiver par leur trouvaille : un album photo à la couverture rouge et à la reliure dorée. Ils s’étaient pourtant promis de ne rien acheter ! Qui peut bien être cette petite fille que l’on voit naître et se marier sur cet album ? L’enquête dans ces Vies de papier devient alors nécessaire… jusqu’à ce qu’ils trouvent un cliché. La famille est à la plage, mais un drapeau à croix gammée flotte dans le ciel. La jeune femme de tous leurs fantasmes s’appelle Christa, elle est née en 1933. Maigre butin pour nos enquêteurs. A l’aide d’un sèche-cheveux ils décollent les photographies et déchiffrent les secrets qu’elles gardaient.  Mais derrière ces photos chinées par la compagnie La Bande Passante, un message essentiel ne se cache-t-il pas ?

Benoît Faivre est lié familialement à l’Allemagne. Sa grand-mère est née à Berlin. Tommy Laszlo lui a des racines en Hongrie… beau hasard ! Finalement, ne sont-ils pas à la recherche de leurs fantômes, de  leurs propre histoires, comme nous tous ? Pour savoir qui l’on est, ne faut-il pas connaître d’où l’on vient ?

Une enquête à travers l’Europe

La compagnie la Bande Passante opte ici pour une forme originale. Il s’agit d’une conférence-théâtre. Photos et vidéos ponctuent un voyage captivant. Entre documentaire et fiction, nous entrons dans la grande histoire par la petite porte. Les interviews des spécialistes de la Seconde Guerre mondiale nous resituent le contexte. Benoît Faivre et Tommy Laszlo rencontrent également des archivistes à Francfort, des généalogistes en Belgique et leur enquête sur Christa progresse. Le père d’un Toto, surnom de Tommy, qui enseignait l’histoire, leur est d’un grand secours. Entre passé et présent, ce petit album rouge si soigné devient vital. Ils le poseront à la fin sur la tombe de Christa.

Mais aurons-nous le fin mot de l’histoire de cette femme ? L’Histoire majuscule est-elle toujours aussi limpide ? Finalement, ne faut-il pas mieux garder une part de mystère pour ne pas déchirer nos Vies de papier ?

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, la chroniqueuse Fred Chavot.

En savoir plus  :

  • Vies de papier de Benoît Faivre, Kathleen Fortin, Pauline Jardel et Tommy Laszlo se joue au festival Avignon Le Off 2019, au 11 • Gilgamesh Belleville à Avignon, du 5 au 26 juillet à 15h10
  • Durée du spectacle : 1h20
  • Compagnie La Bande Passante (site officiel)

Bulles de Culture invite

Rédacteurs invités / Guest editors chez Bulles de Culture
Ouvert sur l'extérieur, Bulles de Culture accueille les écrits de rédactrices et rédacteurs extérieurs.
Bulles de Culture invite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.