enfr
Accueil / ACTU / Fnac Live Paris 2019 : rencontre avec Benoit Brayer, programmateur du festival
Festival Fnac Live 2019 line-up

Fnac Live Paris 2019 : rencontre avec Benoit Brayer, programmateur du festival

A l’occasion du Fnac Live Paris 2019 à partir du 3 juillet 2019 sur le parvis de l’Hotel de Ville (Paris), Bulles de Culture a rencontré Benoit Brayer, le programmateur du festival. Le responsable des évènements pour le groupe FNAC nous révèle les coulisses de la sélection 2019.

Bulles de Culture : Depuis quand êtes-vous à la programmation du Fnac Live Paris ?

Benoit Brayer : Je suis au Fnac Live Paris depuis la création du festival en 2011. Nous avons imaginé le Fnac Live Paris sur la base d’un autre festival existant, le Fnac Indétendances. Nous fonctionnons en binôme sur la programmation avec Nicolas Preschey. Ensemble, nous avons une façon de programmer singulière. Nous fonctionnais à l’unanimité. Si l’un de nous deux n’est pas convaincu, nous n’y allons pas. Il faut trouver ce terrain de rencontre entre les deux univers. Heureusement, nous avons pas mal de point commun avec Nicolas, même si lui est plus spécialisé rock et mes appétences à moi tournent plus vers le jazz. 

« Une audace dans les enchaînements pour faire du Fnac Live Paris une énorme playlist« 

Bulles de Culture : Quelle tonalité avez-vous souhaité donné à cette édition 2019 du Fnac Live Paris ?

Benoit Brayer : C’est une édition marquée par la diversité. Nous avons un spectre d’artistes avec des genres musicaux très variés. C’est vraiment frappant. Nous avons des artistes fédérateurs auprès des jeunes avec Aya Nakamura ou Therapie Taxi, mais également des compositeurs qui sont installés depuis de nombreuses années comme Stéphan Eicher

Cette année, nous nous sommes permis une plus grande audace dans les enchaînements, pour faire du Fnac Live Paris une énorme playlist. Nous passons d’un style à l’autre, d’une affiche connue à une découverte totale. Comme toujours, cela nous intéresse de proposer des conditions d’expositions plus large aux artistes émergents. Cela remplit notre promesse vis-à-vis des artistes et du public.

A côté des artistes, j’ai des équipes fantastiques de techniciens qui sont hyper motivés et qui sont capables avec un peu de préparation de gérer des changements de plateau avec des délais très courts.

Bulles de Culture : Pourquoi avoir développé la scène Salon à côté de la scène principale ?

Benoit Brayer : C’est né d’une envie artistique. La scène du parvis peut fédérer 25.000 personnes. Mais plein de projets ne permettent pas d’être programmés sur ce genre de scène. Une programmation complémentaire avec des artistes en mode intime était nécessaire. Cette année Stephan Eicher crée par exemple un set acoustique de certaines de ses chansons. L’année dernière Dominique A réorchestrait certaines de ses chansons.

« 1 label indépendant par jour« 

Bulles de Culture : Les autres années, il y avait une soirée « label indépendant ». Est-ce une initiative qui va être réitérée ?

Benoit Brayer : Nous avions fait cela pendant plusieurs années. C’est assez complexe à mener. Désormais, c’est 1 label indépendant différent d’inaugurer chaque soirée du Fnac Live Paris 2019. Sur les écrans, nous diffusons également les artistes de ces labels pour que tout le monde puisse les connaitre. C’est une belle vitrine ! Les trois labels sélectionnés cette année sont : Talitre, Nowadays Records et Pias

Bulles de Culture : En 10 ans de festival, quel est sont plus gros succès ?

Benoit Brayer : Il y a deux périodes à distinguer, avant et après les attentats du Bataclan. Avant, il n’y avait pas de barrière pour délimiter la zone du festival. Nous avons eu une affluence considérable pour la prestation de Christine and the queens (nous y étions !). Depuis 2016, la fan zone réservé au Fnac Live Paris est limité à 25.000 personnes. Ce quota est très fréquemment atteint montrant le succès de fréquentation de l’évènement. 

Le concert de Mika en 2015 était aussi une très belle expérience. C’est le seul concert de cette édition 2015 où il a plu après plusieurs jours de canicule. Le chanteur avait profité de ce contexte pour repenser son set en 5 minutes. Il a donné l’énergie pour faire un best of afin que le public chantent.

Interview téléphonique réalisé le 21 juin 2019

En savoir plus :

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.