enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique Avignon Off] « Vestiaire non surveillé » de Peter Shub
Peter Shub image humour
© Toofan Hashemi

[Critique Avignon Off] « Vestiaire non surveillé » de Peter Shub

Clown d’or au World Festival of Clowns in Yekaterinburg et Clown d’argent au Festival International du Cirque de Monte-Carlo, Peter Shub a investi les planches du Festival OFF d’Avignon 2019 avec Vestiaire non surveillé. Une performance drôle et originale. Avis et critique.

Synopsis :

Pas de fil conducteur mais des gags qui se succèdent. Tout à coup, les objets du quotidien prennent vie dans le Vestiaire non surveillé de Peter Shub. Cet américain triomphe depuis les années 80 en Europe. Une maîtrise intense de l’art clownesque.

Vestiaire non surveillé : une gueule au Festival OFF d’Avignon 2019

Peter Shub marque par son faciès. Il grimace et torture son visage. Maître de la clownerie, il est à la fois mime et  magicien. Il est agile de ses doigts et amuse le public avec ses manipulations. Loin de garder le silence, il parle (en anglais et un peu en français), chante et fait rire petits et grands. Tout semble brouillon mais en vérité, tout est maîtrisé.

Peter Shub est attendrissant. Tout en lui transpire l’humanité. Voilà pourquoi il transporte le public dans son imaginaire. Un spectateur éternue et il s’empare de ce moment, utilisant au vol toutes les interactions possibles. Il est de ceux qui sortent du théâtre le dernier. Il agite le bras sur scène pour dire adieu aux spectateurs ravis qui quittent la salle. Son univers est absurde, cocasse, mais on le suit avec plaisir.

Peter Shub nous propose un programme dans ce Vestiaire non surveillé : redevenir un enfant pendant une heure. Et à en croire les regards autour de moi, c’est une chance, voire un luxe !

Des objets déroutants

L’art de Peter Shub consiste à détourner l’usage des objets du quotidien. Son imperméable à la Columbo prend vie, lui fait face et lui permet un échange hilarant avec son double. Dans son Vestiaire non surveillé, véritable théâtre d’objet, le clown américain nous propose un inventaire à la Prévert : plusieurs  bobs soulignent ainsi sa folie. Et au cœur de la liste des objets absurdes, nous trouvons également : un pot de basilic à qui il offre une coupe de coiffeur, un micro emballé dans du papier scotché — ce qui provoque un son très désagréable —, un portant auquel il se pend… tous ces objets ordinaires prennent vie dans les mains magiques du clown.

Loin de la banalité originelle de ces objets, l’imagination du public décolle et voici celui-ci en partance vers une bulle poétique (et de Culture bien sûr !) ou vers un fou rire irrépressible. Merci de nous convier dans votre vestiaire, M. Shub ! Comme le dit la chanson que vous chantez au début et à la fin de votre show : «  Life is but a dream ! »

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, la chroniqueuse Fred Chavot.

En savoir plus 

  • Vestiaire non surveillé de Peter Shub se joue au festival d’Avignon Le Off 2019, au Théâtre de l’Alizé, du 5 au 28 juillet à 13h55
  • Durée du spectacle : 1h
  • Spectacles à partir de 12 ans

Bulles de Culture invite

Rédacteurs invités / Guest editors chez Bulles de Culture
Ouvert sur l'extérieur, Bulles de Culture accueille les écrits de rédactrices et rédacteurs extérieurs.
Bulles de Culture invite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.