enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « Chaudes Nuits d’Été » (2017) d’Elijah Bynum
Chaudes Nuits d'Été (Hot Summer Nights) d'Elijah Bynum affiche film cinéma vod

[Critique] « Chaudes Nuits d’Été » (2017) d’Elijah Bynum

Pour son premier film, Elijah Bynaum propose un retour aux années 90 et un été de toutes les découvertes et de tous les dangers avec au casting un certain Timothée Chalamet. L’avis et critique film de Bulles de Culture sur Chaudes Nuits d’Été (Hot Summer Nights), disponible en VOD et en téléchargement définitif.

Synopsis :

C’est l’histoire de Daniel Middleton (Timothée Chalamet), envoyé passer l’été 1991 chez sa tante. Timide, peu confiant, il finit par se lier d’amitié au cool kid de la ville, Hunter Strawberry (Alex Roe) et tomber amoureux de la fille la plus populaire du quartier (Malika Monroe). Ça, c’est pour le point de départ. Mais Daniel va vite être rattrapé par sa soif d’aventures… plus ou moins légales.

Chaudes Nuits d’Été : chronique d’une catastrophe annoncée

À la lecture du pitch du film Chaudes Nuits d’Été, pas besoin d’être bien malin pour savoir que les choses vont mal tourner. Quand Daniel Middleton arrive dans la petite bourgade tranquille, accompagné par la voix sardonique d’un jeune narrateur, on pense d’ailleurs à Wisteria Lane dans la série Desperate Housewifes. Or, comme on le sait maintenant, les adolescents de Wisteria Lane ne sont pas du tout tranquilles.

Après avoir présenté de façon plutôt décalée et assez drôle toutes les forces en présence dans son long métrage, Elijah Bynum va tranquillement mixer les différents ingrédients jusqu’au drame final. Toile et trames de l’intrigue vont ainsi se tisser et se resserrer au fur et à mesure que la température monte dans la petite ville. Le réalisateur ajoute en effet, et c’est plutôt malin, l’escalade des événements à la proximité d’une tempête qui va s’abattre sur les lieux. Une tornade qui va bien entendu transformer à jamais les protagonistes. 

Temperature rising  

Chaudes nuits d’été, a.k.a. Hot Summer Nights, n’a donc rien de révolutionnaire mais est plutôt bien exécuté. Le réalisateur/scénariste plonge le spectateur dans une sorte de langueur et réussit à ne pas l’ennuyer, alors même que le pic de l’action, l’orage, ne dure pas très longtemps. On observe ainsi l’évolution de Daniel Middleton, dans cette reconstitution plutôt fine du début des années 90, du look à la Axl Rose du cousin voyou au « Oh oh oh oh », refrain de Tarzan Boy. Plus qu’une reconstitution fidèle et criarde, celle d’Elijah Bynum sent la nostalgie et le vécu. Et lorsque la température monte d’un cran entre les personnages, on est plus dans Beverly Hills que dans Skins.

Le réalisateur reste ainsi fidèle à l’imagerie de l’époque, en restant tout aussi efficace pour évoquer le déchaînement des hormones. Il est appréciable qu’il évite la facilité du trash. Qu’il préfère à la grosse sexualité désormais assez répandue, un érotisme finalement très 90’s. 

Casting sexy

Si Timothée Chalamet est le centre de l’attention dans Chaudes Nuits d’Été, on ne peut pas empêcher un haussement de sourcils quand apparaît Hunter Stawberry (Alex Roe). L’acteur britannique incarne effectivement le bad boy au cœur tendre qui n’est pas sans rappeler Dylan Shaw, le personnage que jouait le regretté Luke Perry dans Beverly Hills, justement. Une aura propre aux vilains garçons qu’un Zac Effron peine à acquérir, même en jouant les tueurs en série. Mckayla, interprétée par Maika Monroe n’est pas non plus en reste. Elle est sexy dans sa façon d’être mais pas avec des seins qui arrivent sous le menton !

Quant à Timothée Chalamet,  il démontre une fois de plus une vraie intelligence dans son jeu d’acteur. On lui souhaite néanmoins que son physique évolue rapidement et surtout qualitativement, histoire de ne pas le cantonner à le répéter indéfiniment au même rôle, celui du jeune garçon fort charmant, mais finalement pas si innocent.

En savoir plus :

  • Chaudes Nuits d’Été est distribué par ACE Entertainment sur les plateformes de VOD et de téléchargement définitif depuis le jeudi 30 mai 2019

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.