enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Conséquences » (2019) de Darko Štante
Consequences film cinema Photo Matej Zemljic
© Epicentre Films

[Critique] « Conséquences » (2019) de Darko Štante

Le film slovène Conséquences de Darko Stante est dans les salles de cinéma depuis le 26 juin 2019. On y découvre les rouages d’un centre de détention pour jeunes en suivant l’histoire d’Andrej, rattrapé par ses désirs homosexuels. La critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

A 17 ans, Andrej (Matej Zemljic)est placé dans un centre de détention pour jeunes. Il y intègre un groupe de garçons délinquants avec lesquels il se perd dans la drogue et la violence. Mais bientôt les désirs d’Andrej le rattrapent. Démasqué, il va devoir faire un choix pour rester fidèle à lui-même..

Pas de jeu sans Conséquences

Conséquences est construit presque comme un double court-métrage dont les deux problématiques principales, d’une part la délinquance et d’autre part l’homosexualité, finissent par s’entremêler. Dans sa première partie, le film montre l’arcane d’un centre de détention pour jeunes. On comprend que le comportement de cette institution n’est pas sans critique dans un milieu où l’encadrement est en sous effectif et inexpérimenté. Les clans se forment, les plus frêles résidents se font raquetter, maltraités parfois lors de séances de bizutages odieuses. Même sous tutelle de l’Etat, ces jeunes continuent à être livrés à eux-mêmes, empêchant leur chemin vers la rédemption. Le réalisateur s’emploie à montrer très efficacement l’échec cuisant d’une justice slovène impopulaire incapable de sauver ses enfants. Les protagonistes ont traversé une ligne de non retour.

A côté de cette tranche très politique, Conséquences se recentre peu à peu sur l’individu dans un second temps. Le protagoniste, Andrej, fait ses premières expériences homosexuelles. Darko Stante lève ici le tabou de l’homosexuel viril. Cette révélation fait ressurgir un désir latent, enfoui dans la tête du protagoniste depuis de nombreuses années. Ce dernier souffre alors une contradiction entre ce qu’il incarne, une petite frappe hétérosexuelle machiste, et ce qu’il est réellement, un jeune homosexuel en souffrance. Ce premier coup d’essai à la réalisation est tranché. On sent un réalisme affirmé, porté par l’envie bouleversante de déclamer un cri de douleurs face à la prise en charge de ces jeunes en difficultés.  La retranscription narrative est cependant très brusque. Le metteur en scène n’arrive pas à véritablement mêler jeunesse et délinquance dans ce récit compartimenté construit trop abruptement. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 26/06/2019
  • Distribution France : Epicentre Films

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.