enfr
Accueil / LITTERATURE / [Critique] « Sodoma » (2019) de Frédéric Martel
Sodoma livre critique avis Frédéric Martel

[Critique] « Sodoma » (2019) de Frédéric Martel

Frédéric Martel, journaliste à France Culture et spécialiste de la cause gay, est l’auteur de Sodoma, un ouvrage choc sur les révélations gays dans l’Eglise catholique. Ce livre évènement a été traduit dans huit langues simultanément. L’avis et critique livre de Bulles de Culture sur cette enquête au cœur du Vatican. 

Sodoma : enquête passionnante sur le monde gay au Vatican

Depuis toujours, la question homosexuelle a été une sorte de tabou pour l’Eglise. La cause principale de ce rejet est inscrit directement dans la Bible où Sodome aurait été détruit par Dieu du fait de l’homosexualité de ses habitants. Les débats ont été nombreux ces dernières années autour de la sexualité. Or, il a pu être constaté que l’Eglise a toujours pris une posture mesurée, voire rétrograde sur le sujet. Le port du préservatif, la démission du pape Benoît XVI ou encore la lourde charge du célibat pour les prêtres… cette institution millénaire se cramponne à ses préceptes comme s’il en dépendait de sa survie. Dans Sodoma, Frédéric Martel révèle une grande hypocrisie avec le rejet de l’homosexualité alors qu’un grand nombre d’ecclésiastiques, parfois les plus hauts placés, sont « du bâtiment ». A travers une enquête fouillée, le journaliste livre ainsi une vision transformée de l’image « pure » du catholicisme. 

Les prêtres impudiques…

Sodoma est un pavé de 600 pages en total immersion dans un Vatican caché. Derrière les murs de la Chapelle Sixtine se cachent en effet bien des choses : des soirées gang bang organisées dans des appartements privés, avec comme seuls témoins les frêles membres de la garde suisse qui se font harceler sexuellement par des cardinaux en manque, aux évêques se rendant quartier de la gare à Rome pour trouver des prostitués qu’ils payent allègrement. Bref, Frédéric Martel utilise une plume sans tabou pour dénoncer ces pratiques plus ou moins catholiques. Néanmoins, l’auteur le rappelle à plusieurs moments de son livre, il ne s’agit à aucun moment de « outer » (révéler publiquement l’homosexualité de quelqu’un) les membres du clergé. Le livre est davantage là pour mettre en lumière cette face cachée d’une institution. 

Des faits historiques liés à la cause gay dans l’Eglise

Hormis l’aspect un brin impudique de l’ouvrage qui cherche parfois à faire le buzz, le livre devient vraiment intéressant quand Frédéric Martel évoque des faits historiques en lien avec son sujet. Par exemple, le journaliste étudie profondément la relation entre Jean Guitton, philosophe français qu’on disait proche du maréchal Pétain, avec l’Eglise. Il est question également de bourreaux de l’Eglise totalement homophobes, alors qu’ils sont eux-mêmes de la jaquette. Enfin, autre thème marquant longtemps passé sous silence, l’homosexualité possible du pape Benoit XVI qui, horrifié de voir un système ecclésiastique hypocrite et corrompu, aurait choisi la voix de la démission. 

Le Pape François, un grand communiquant

Même si Sodoma est intriguant de bout en bout, il peut néanmoins être reproché à l’auteur de faire un parallèle un peu facile entre homosexualité et pédophilie. Le livre, qui doit traiter du monde gay de l’Eglise, dérape vite dans une analyse presque exclusivement centrée sur les prêtres pédophiles, ce parallèle si efficace pour cacher tous les travers de ces gens d’Eglise.

Sodoma étudie minutieusement le système de communication du Vatican. Chaque parole du Saint-Père, en particulier celle du pape François, est décryptée avec minutie, même celles sujettes à interprétation. Ainsi, faut-il voir dans la fameuse phrase du Pape actuel « Que vous soyez gay importe peu » une abolition du conservatisme autour de la question gay ? Cette phrase est suffisamment énigmatique pour être reçue de différentes façons, selon la sensibilité de chacun sur la question. Aussi, loin d’être un pape réformateur, il faut surtout voir dans l’argentin un génie de la communication, qui évite les erreurs et maladresses de ses prédécesseurs. 

En savoir plus :

  • Sodoma, Frédéric Martel, éditions Robert Laffont, 21 février 2019, 638 pages, 23 euros
  • Le journaliste Frédéric Martel présente Soft Power, magazine hebdomadaire sur les industries créatives numériques sur France Culture, tous les dimanches à 19h 

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.