enfr
Accueil / CANNES 2019 / [Critique Cannes 2019] « Sibyl » (2019) de Justine Triet
Sibyl critique avis film cannes 2019 justine triet

[Critique Cannes 2019] « Sibyl » (2019) de Justine Triet

Sibyl de Justine Triet était présenté hier soir en compétition officielle du Festival de Cannes 2019. Le film avec Virginie Efira sort au même moment dans les salles de cinéma. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Sibyl (Virginie Efira) est une romancière reconvertie en psychanalyste. Rattrapée par le désir d’écrire, elle décide de quitter la plupart de ses patients. Alors qu’elle cherche l’inspiration, Margot (Adèle Exarchopoulos), une jeune actrice en détresse, la supplie de la recevoir. En plein tournage, elle est enceinte de l’acteur principal… qui est en couple avec la réalisatrice du film (Sandra Hüller). Tandis qu’elle lui expose son dilemme passionnel, Sibyl, fascinée, l’enregistre secrètement. La parole de sa patiente nourrit son roman et la replonge dans le tourbillon de son passé. Quand Margot implore Sibyl de la rejoindre à Stromboli pour la fin du tournage, tout s’accélère à une allure vertigineuse…

Sibyl, portrait d’une femme perdue

Après la Bataille de Solférino et Victoria, Justine Triet suit une nouvelle fois les péripéties d’une femme quarantenaire qui doit mener de front sa vie professionnelle et ses angoisses personnelles. Dès la première scène, Sibyl confie à son ami ses envies de quitter son métier de psychiatre pour devenir romancière. Le long plan fixe se concentre le visage perdu de la protagoniste qui écoute avec expectative des conseils, plutôt pessimistes, sur ce changement de vie. A la différence de son précédent film déjà incarné par Virginie Efira, Justine Triet décide ici de construire son récit entre passé et présent. Cet effet de style permet de comprendre davantage les blessures du personnage principal. Sibyl a vécu la passion dévorante avec Gabriel (Niels Schneider). On sent d’ailleurs l’osmose des deux individus à travers des scènes de sexe intenses qui font la part belle à l’orgasme féminin. Ils font l’amour sans pénétration. L’homme excite sa partenaire rien qu’avec ses doigts. Puis, dans la séquence suivante, on découvre Sibyl complètement perdue en train de se sevrer d’une rupture délicate, dont l’enfant né de cette union est le vestige de cette relation douloureuse.  

Virginie Efira et Niels Schneider encore une fois réunis

Le couple Virginie Efira et Niels Schneider sont encore une fois réuni à l’écran en tant qu’amants après Un Amour Impossible de Catherine Corsini. Leur proximité passée donne une consistance profonde à leurs scènes en commun, toutes très passionnelles. Plus particulièrement, le film est une belle vitrine au talent de la comédienne. Celle-ci livre une prestation exceptionnelle. Elle y joue subtilement les transgressions de Sibyl en laissant penser au charisme d’Isabelle Huppert dans le film Elle (Paul Verhoeven). L’interdit est une source de stimulation. Sibyl sait d’ailleurs qu’elle s’embarque dans un jeu dangereux quand elle enregistre les conversations avec sa patiente, Margot, pour s’en servir pour son futur livre. La violation déontologique est totale quand la psychiatre accepte de partir sur son tournage du film . 

Virginie Efira époustouflante

Le drame psychologique possède quelques scènes comiques, qui ne sont pas les meilleures. Lors d’un moment sur un bateau, la réalisatrice du film dans lequel joue Margot n’en peut plus des discordes continuelles entre ses deux comédiens principaux. En furie, elle se jette à l’eau. C’est alors Sibyl qui prend en charge la direction des acteurs lors d’un passage ubuesque, qui montre l’actrice Sandra Hüller (Toni Erdmann) en démesure . Même sentiment d’une écriture poussive sur la scène suivante où Sibyl appelle sa soeur en pleure pour lui confier ses remords à être venue sur le tournage. Au final, Sibyl est un récit profond d’une femme perdue dont Justine Triet réussit particulièrement bien la caractérisation. La cinéaste se perd néanmoins dans la construction de l’intrigue, enchainant des situations pas toujours crédibles. Virginie Efira confirme son grand talent d’actrice avec une prestation époustouflante. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 24/05/2019
  • Distribution France : Le Pacte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.