enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Gloria Bell » (2019) de Sebastian Lelio
Gloria Bell sebastian Lelio affiche film critique avis

[Critique] « Gloria Bell » (2019) de Sebastian Lelio

Gloria Bell de Sébastian Lelio est sorti dans les salles de cinéma ce mercredi 1er mai 2019. Ce long métrage avec Julianne Moore est le remake américain du propre film du réalisateur chilien, Gloria (2014). L’avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

La cinquantaine frémissante, Gloria (Julianne Moore) est une femme farouchement indépendante. Tout en étant seule, elle s’étourdit, la nuit, dans les dancings pour célibataires de Los Angeles, en quête de rencontres de passage. Jusqu’au jour où elle croise la route d’Arnold (John Turturro). S’abandonnant totalement à une folle passion, elle alterne entre espoir et détresse. Mais elle se découvre alors une force insoupçonnée, comprenant qu’elle peut désormais s’épanouir comme jamais auparavant…

Gloria Bell, remake américain de Gloria

8 ans après Gloria, le réalisateur chilien imagine la destinée de son personnage féminin fétiche. Désormais avec un nom de famille, Gloria Bell a tout de l’icône à la Blue Jasmine (Woody Allen). La protagoniste se sent peu à peu vieillir. Il se forme en elle une sorte de pression pour retrouver l’être aimé, comme si elle était à la porte d’une ère de solitude qui serait irréversible avec la vieillesse. Du coup, Gloria fait des rencontres en boite de nuit, en dansant sur des tubes mythiques de sa jeunesse : Ring My Bell (Anita Ward) ou Gloria (Umberto Tozzi).

Derrière l’écran de fumée festif, c’est en fait une dure tragédie sur la situation des femmes que propose ici Sebastian Lelio. Cette quête du bonheur se mue en réalité en cadence routinière. L’héroïne accomplit toujours les mêmes rituels, sortant peu de sa zone de confort. A l’image, on a l’impression de voir une sorte de Paterson Jim Jarmush filmait déjà avec brio cette répétition quotidienne. Malheureusement, Gloria Bell n’arrive pas à passionner autant puisqu’ on tombe vite dans un sentiment de déjà vu lassant. 

Une mise en scène répétitive rapidement lassante

Julianne Moore assume en tout cas plus que jamais son âge dans ce film. Celle qui fût une scientifique retors face aux dinosaures dans Le Monde Perdu (Bob Keen) montre qu’il est possible de vieillir sans botox à Hollywood. Le cinéaste accentue le caractère désirable de l’actrice en montrant des scènes de sexe torrides avec John Turturro (récemment dans Le Nom de la Rose sur OCS). Regret du passé ou impossibilité de vieillir, Gloria Bell aborde bien la problématique de solitude pour une femme en quête d’amour. Cependant, le film le fait dans une morosité ambiante avec une mise en scène répétitive rapidement lassante. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 01/05/2019
  • Distribution France : Mars Films

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.