enfr
Accueil / CANNES 2019 / [Critique Cannes 2019] « Le Jeune Ahmed » (2019) de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Le Jeune Ahmed critique film avis cannes 2019

[Critique Cannes 2019] « Le Jeune Ahmed » (2019) de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Le Jeune Ahmed concourt en compétition officielle au Festival de Cannes 2019. Le film des Frères Dardenne sort dans les salles de cinéma le 22 mai 2019. Les réalisateurs auront-ils leur troisième palme d’or ? La critique film et l’avis de Bulles de Culture.

Synopsis :

En Belgique, aujourd’hui, le destin du Jeune Ahmed (Idir Ben Addi), 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

Le Jeune Ahmed : l’appétence des Dardenne pour le portrait

Le processus créatif de Luc et Jean-Pierre Dardenne tourne depuis toujours autour de l’individu. Déjà 20 ans que les festivaliers de Cannes découvraient le portrait de Rosetta, jeune fille incarnée par Emilie Dequenne qui menait une guerre sans relâche pour sa survie. Résultat concluant puisque les réalisateurs repartent avec la palme d’or. Ils reviendront de nombreuses fois sur la croisette toujours avec des portraits touchants et plein de vérité. On se souvient par exemple de Deux Jours, une nuitMarion Cotillard incarnait une employée tout juste licenciée par son entreprise et qui cherchait du soutien auprès de ses ex-collègues. 

Le Jeune Ahmed s’inscrit dans cette mouvance portraitiste des cinéastes. On y suit un jeune musulman sur la voie de la déradicalisation. Au début du film, celui-ci ne souhaite plus toucher sa professeure de français, insulte sa mère et se bat avec sa soeur. Dans un élan d’ingérence, il va jusqu’à commettre un acte de violence le menant directement en centre de redressement. Grâce à son éducateur, et surtout à une jeune fille rencontrée en là-bas, il va réapprendre la sociabilité. 

Un récit trop contracté

Tous les ingrédients sont réunis pour faire un grand Dardenne. Pourtant, la sauce ne prend pas. Le destin de ce jeune Ahmed semble tellement tracé qu’on arrive à écrire le film dans notre tête avant même de complètement le voir. Les réalisateurs n’arrivent pas à surprendre, avec ce récit compacté à fort regain de prédictibilité. On croit peu à l’histoire d’amour naissante entre Ahmed et sa compagnon de labeur tant elle est conventionnelle.

Cette pauvreté dans la narration est cependant contrebalancée par des scènes touchantes. L’une d’elle évoque le premier baiser de l’adolescent. Petite madeleine de proust pour certains, elle se déroule en plein milieu d’un champ à l’abri des regards adultes. Ahmed est alors terriblement géné. Il se laisse embrasser, ouvre à peine la bouche puis se lève en signe de rejet. Pour autant, le héros est alors dans une confusion totale, entre honte d’avoir embrassé une non musulmane et désir naissant pour la gente féminine. Le Jeune Ahmed n’apporte aucune plus value à la filmographie des frères Dardenne qui restent dans leur zone de confort avec ce dernier film. Cependant, l’oeuvre comporte quelques moments plaisants où les sentiments prennent le pas sur la construction dramatique. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 22/05/2019
  • Distribution France : Diaphana Distribution

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.