enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « Tout contre elle » (2018) avec Astrid Whettnall, Patrick Timsit et Sophie Quinton
Tout contre elle de Gabriel Le Bomin image téléfilm
© Calt / Noon / Arte

[Critique] « Tout contre elle » (2018) avec Astrid Whettnall, Patrick Timsit et Sophie Quinton

Sélectionné en compétition officielle au Festival de Luchon en 2019, Tout contre elle est un thriller psychologique de Gabriel Le Bomin avec Astrid Whettnall, Patrick Timsit et Sophie Quinton. L’avis et critique de Bulles de Culture sur ce téléfilm diffusé sur ARTE le vendredi 12 avril 2019.

Synopsis :

S’éclipsant de la galerie d’art moderne, où elle travaille avec sa meilleure amie Lucie (Aurélia Petit), Hélène Dewallon (Astrid Whettnall) rejoint Svend Petersen (Nicolas Robin), son jeune amant. Lorsque ce dernier succombe à une crise cardiaque au cours de leurs ébats, Hélène, prise de panique, prend la fuite. Ébranlée par l’événement, elle tente de cacher son désarroi à son mari, Henri (Patrick Timsit). Dirigeant d’un grand laboratoire pharmaceutique, celui-ci a décidé de se lancer en politique et réclame son soutien pour la campagne électorale qui s’annonce difficile. Mais alors qu’Hélène pense son secret bien gardé, une certaine Alice Mercier (Sophie Quinton) demande à lui parler. La jeune femme tient à lui remettre la pochette contenant ses papiers d’identité qu’elle a oubliée dans l’appartement de Svend…

Tout contre elle : l’engrenage du mensonge

Avec un tournage à Lyon et ses alentours, un scénario de Gilles Taurand et Gabriel Le Bomin — librement adapté du roman Spirales de Tatiana de Rosnay, publié en 2004 aux éditions Plon —, une image de Jean-Marie Dreujou, une réalisation de Gabriel Le Bomin et une musique originale de Jérôme Dédina, le téléfilm Tout contre elle est un thriller qui n’est pas sans rappeler les films de Claude Chabrol dépeignant l’envers de la bourgeoisie de province. « On voulait faire une fable très cruelle sur deux mondes qui se rencontrent comme dans La Cérémonie de Claude Chabrol », nous a d’ailleurs confié Bruno Solo, le coproducteur du téléfilm.

Autour d’une étrange histoire de chantage social, trois personnages émergent dans Tout contre elle : un homme d’affaires qui se lance en campagne politique et son épouse qui commet un adultère et voit une jeune en profiter non pas pour lui proposer de l’argent mais pour s’immiscer dans sa vie. « On a gardé du livre la mécanique du mensonge, nous a expliqué réalisateur Gabriel Le Bomin. Une femme de la haute bourgeoisie trompe pour la première fois son mari avec un jeune amant de passage. Il meurt dans ses bras et quelqu’un est témoin de cela et va commettre une ‘effraction amicale’, c’est-à-dire qu’elle va utiliser ce point faible pour rentrer de force dans l’intimité et dans la vie de cette femme, non pas pour lui demander de l’argent mais pour lui demander de l’affection, de l’amitié, du temps. Et ça, cela crée forcément de l’effroi. Car autant on peut identifier quelqu’un qui nous veut de l’argent ou du mal, autant quelqu’un qui nous veut du bien, c’est un peu troublant ».

Un casting solide pour un thriller psychologique singulier

Côté casting, le téléfilm Tout contre elle s’appuie sur des comédiens solides pour ses trois personnages principaux. Henry, l’homme politique distant et aimant, est joué par l’acteur Patrick Timsit. Les deux femmes, Hélène et Alice, sont quand à elles interprétées par les comédiennes Astrid Whettnall et Sophie Quinton. Pour le réalisateur Gabriel Le Bomin, la première incarne l’épouse avec « quelque chose de mystérieux dans le personnage, une élégance, une allure, une façon d’être » tandis que la seconde est la jeune femme intrusive avec « un mélange de candeur et de quelque chose d’un peu inquiétant »

Enfin, un quatrième personnage est aussi très important et très présent dans ce téléfilm : la maison. « La maison ‘répond’ aux codes du film noir, soit la maison moderne comme dans The Ghost Writer de Roman Polanski. C’est la démonstration qu’on a de l’argent et du goût. On voit qu’Henry gagne beaucoup d’argent parce qu’il travaille dans l’industrie pharmaceutique et cette maison est vraiment la démonstration sociale de sa réussite. Et on trouvait intéressant que le personnage féminin y soit un peu perdu et qu’il n’y ait pas de place. Cette maison remplit l’espace mais suggère le vide ».

Bref, bien écrit, réalisé et interprété, le téléfilm Tout contre elle, qui décrit l’enfer vécu par une femme enfermée dans son mensonge, est certes un peu froid mais s’affirme comme un thriller psychologique singulier qui plaira aux amateurs du genre.

Propos recueillis au Festival de Luchon 2019 le vendredi 8 février.

https://twitter.com/CALTprod/status/1116581716204969984

En savoir plus  :

  • Tout contre elle est diffusé sur ARTE les vendredi 12 avril 2019 à 20h55, jeudi 18 avril 2019 à 01h40, jeudi 2 mai 2019 à 13h35 et mercredi 8 mai 2019 à 15h05. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur arte.tv
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

2 Commentaires

  1. J’ai beaucoup apprécié ce film singulier, au climat pesant, joué par des acteurs d’une justesse rare.
    Pouvez vous me préciser le titre de l’œuvre classique et de son auteur diffusé pendant que l’héroïne revisionne un ballet sur sa tablette ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :