enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Les Lundis au soleil » (2001) de Fernando León de Aranoa
Les lundis au soleil de Fernando León de Aranoa affiche film cinéma

[Critique] « Les Lundis au soleil » (2001) de Fernando León de Aranoa

Projeté au Festival du Cinéma Espagnol de Nantes 2019, Les lundis au soleil (Los lunes al sol) de Fernando León de Aranoa, avec Javier Bardem, Luis Tosar et José Ángel Egido, est un touchant drame social sur le chômage en Espagne. L’avis et critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

C’est l’histoire d’une bande d’amis licenciés après la fermeture du chantier naval où ils travaillaient. Certains d’entre eux ont réussi à se reconvertir mais là plupart sont encore chômeurs. Et chaque jour, ils se retrouvent dans le bar de Reina (Enrique Villén) pour parler et boire.

Les lundis au soleil : un drame social sur des hommes brisés par la société mais qui gardent espoir

Le long métrage espagnol Les lundis au soleil s’ouvre sur des images télévisées de mouvements de grèves réprimés violemment par la police avant de s’intéresser ensuite à une petite communauté d’hommes, anciens collègues de travail avant leur licenciement, des hommes complètement perdus et trop vieux pour espérer retrouver un emploi.

Faire d’eux pour une fois les protagonistes, eux qui n’ont été jusqu’à présent que les acteurs principaux des faits divers des banlieues, des petites colonnes des journaux locaux. Ceux qui vivent dans les cités, ceux qui lisent la vie dans les magazines, ceux qui ont des fins de mois difficiles, et des milieux de mois difficiles, ceux qui ont des débuts de mois difficiles. Ce sont d’eux que doivent parler nos histoires, nos films, nos espoirs. Nos fictions doivent être les leurs, des morceaux de vie, des moments. Leurs forces, leurs convictions, leurs expulsions momentanées doivent nous bouleverser.
— Fernando León de Aranoa

C’est une palette d’hommes aux caractères très différents que nous offre le réalisateur dans Les lundis au soleil :

  • le chômeur extra-verti Santa (joué par le formidable acteur Javier Bardem) qui s’accroche désespérément à des principes presque absurdes (ne pas rembourser un réverbère qu’il a cassé, etc.) ;
  • le chômeur introverti José (Luis Tosar) qui a du mal à voir sa femme Ana (Nieve de Medina) partir au travail tous les jours ;
  • le chômeur qui veut s’en sortir, Lino (José Angel Egido), qui tous les jours se présente à des entretiens d’emploi mais qui est à chaque fois trahi par son corps et ses mains moites ;
  • le sympathique Reina (Enrique Villén) qui a su se reconvertir en barman et accueille tous les jours ses amis dans son bar ;
  • le vieux chômeur taciturne Amador (Celso Bugallo) qui parle peu et dans un langage incompréhensible ;
  • le bigleux Rico (Joaquin Climent) dont le métier de vigile éloigne peu à peu de ses amis ;
  • et Sergueï (joué par l’acteur français Serge Riaboukine), le Russe cosmonaute qui n’a jamais pu aller dans l’espace pour cause de chute de l’URSS.

Et dans cet univers d’hommes, les femmes symbolisent soit l’échec, soit l’espoir. Ainsi, d’un côté, Ana, la femme de José, va être la seule à travailler dans le couple et José aura bien du mal à l’accepter. De l’autre, Nata (Aida Folch), la fille de quinze ans du barman Reina, sera le petit vent de fraîcheur parmi ses hommes défaits.

Film à voir, Les Lundis au soleil est donc un drame social sur des hommes brisés par la société et qui à tâtons, tente de s’y refaire une place.

A noter que ce long métrage a reçu de nombreux prix dont 5 Goya, l’équivalent des César en Espagne : meilleur film, meilleur réalisateur (Fernando León de Aranoa), meilleur acteur principal (Javier Bardem), meilleur acteur secondaire (Luis Tosar) et meilleur espoir (José Ángel Egido).

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 12/03/2003
  • Distribution France : Colifilms Diffusion
  • Les lundis au soleil est projeté au Festival du Cinéma Espagnol de Nantes 2019 les lundi 1er avril à 16h20 et vendredi 5 avril à 13h50
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.