enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / INTERVIEW TV / [Critique & Interviews] « Une mère sous influence » (2018) avec Caroline Anglade et Julie de Bona
Une mère sous influence d'Adeline Darraux image téléfilm
© Céline BRACHET / LA BOÎTE À IMAGE / FTV

[Critique & Interviews] « Une mère sous influence » (2018) avec Caroline Anglade et Julie de Bona

Adapté d’un polar éponyme de Patricia MacDonald, Une mère sous influence d’Adeline Darraux est un téléfilm avec Caroline Anglade et Julie de Bona dans les rôles-titres. L’avis et critique de Bulles de Culture sur ce drame, diffusé sur France 3 le mardi 19 mars 2019, ainsi que notre interview de l’équipe lors du Festival de Luchon en 2019.

Synopsis :

Juliette (Caroline Anglade) se rend au baptême de Lucas, le fils de sa meilleure amie Claire (Julie de Bona). Mais la jeune maman, fragilisée par son accouchement, donne des signes de dépression inquiétante. Le lendemain de la cérémonie, Juliette reçoit un appel désespéré de Claire : Jérôme (Piérick Tournier), son mari, et leur bébé ont été assassinés… Et elle vient d’avouer le meurtre… Est-elle devenue folle ? Juliette abandonne tout pour rejoindre son amie, dont elle ne peut pas croire qu’elle soit devenue une redoutable criminelle…

Une mère sous influence : un polar avec la dépression post-partum en arrière-plan

Avec un tournage à Bordeaux et dans le bassin d’Arcachon, un scénario d’Elsa Marpeau — qui signe avec ce téléfilm sa troisième adaptation d’un roman de Patricia MacDonald après J’ai épousé un inconnu (2015) et Le poids des mensonges (2017) —, une réalisation d’Adeline Darraux — dont c’est la première fiction unitaire — et une musique originale de Nicolas Jorelle — à noter que la chanson du générique de début est I’ll Be Your Woman de Michelle Gurevich —, le téléfilm Une mère sous influence est une histoire intime et d’amitié dont le point de départ est le terrible meurtre d’un nouveau-né — « La scène de l’enterrement à l’église, de voir ce petit cercueil a été compliqué, nous a d’ailleurs confié l’actrice Caroline Anglade, qui est une jeune maman dans la vie. J’ai peut-être décroché inconsciemment du personnage. Quand on est maman avec un enfant en bas-âge, ce n’est pas évident ».

Qui a tué cet enfant et son père ? Si tout accuse la mère, interprétée par Julie de Bona, sa meilleure amie, jouée par Caroline Anglade, est persuadée de son innocence et prête à tout pour la défendre. En toile de fond, c’est la dépression post-partum qui est évoquée par cette histoire, comme nous l’a expliqué la productrice Mathilde Muffang (La Boîte à Images) : « Ce qui nous a intéressé avec la romancière Patricia MacDonald et la scénariste Elsa Marpeau, c’est de parler aussi du post-partum, c’est-à-dire de quelque chose dont on ne parle pas beaucoup. Toutes les femmes font plus ou moins une petite déprime après l’accouchement. Cela peut durer juste un jour ou deux mais il y en a pour qui c’est beaucoup plus sévère. Alors toute la question ici est : pourquoi le personnage de Julie de Bona accepte…

Afficher spolier du téléfilm Une mère sous influence
… d’endosser un crime qu’elle n’a  pas commis ? C’est parce qu’en fait, ça ne va pas avec son bébé, parce qu’elle a l’impression de ne pas être une bonne mère et que cela l’a beaucoup fragilisé ».
.

Deux comédiennes à contre-emploi

Côté casting, Caroline Anglade et Julie de Bona interprètent les deux personnages principaux de la fiction Une mère sous influence, où l’on compte également Arnaud Binard, Sophie Broustal, André Marcon, Régis Maynard et François Briault. Habituée aux comédies, Caroline Anglade joue ici son premier rôle dramatique de femme battante : « J’ai eu envie d’être cette femme qui défend sa meilleure amie parce qu’elle est convaincue de son innocence », nous a ainsi dit la comédienne.
A ses côtés, Julie de Bona joue pour la première fois un personnage sombre. Un choix d’actrice avec peut-être l’envie inconsciente d’exorciser la peur de la période post-partum — elle était enceinte pendant le tournage —, mais surtout celle de défendre un sujet peu mis en avant : « J’ai des copines qui ont vécu des dépressions post-partum et elles n’osent pas en parler. C’est vraiment un drame qu’elles vivent très profondément parce qu’elles en ont honte. Même après, quand elles sont guéries, elles n’en parlent pas. Elles ont peur que leur bébé ait ressenti ce qu’elles ont ressenti. C’est un sujet qui m’a vraiment touché. On n’est pas à l’abri de vivre un drame comme ça, car c’est chimique, hormonal ou du à des choses qui ressurgissent du passé ».

Le résultat ? Hélas, malgré son arrière-plan intéressant, le téléfilm Une mère sous influence s’avère au final quelque peu décevant. En effet, les effets de mise en scène sont un peu trop appuyés, le duo Julie de Bona/Caroline Anglade n’est pas toujours convaincant, les dialogues sont (comme souvent) trop explicites, la musique est un poil trop présente et surtout, l’intrigue manque quelque peu de vraisemblance. Néanmoins, on peut se laisser malgré tout prendre par cette histoire d’amitié indéfectible qui lie deux femmes seules au monde et qui sont toutes l’une pour l’autre.

Propos recueillis au Festival de Luchon 2019 le jeudi 7 février.

En savoir plus :

  • Une mère sous influence a été diffusé sur France 3 le mercredi 19 mars 2019 à 21h. Ce téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.