enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Mon Bébé » (2018) de Liza Azuelos
Mon Bébé de Liza Azuelos affiche film cinéma

[Critique] « Mon Bébé » (2018) de Liza Azuelos

Mon Bébé de Liza Azuelos est dans les salles de cinéma depuis le 13 mars 2019. Pas exactement la suite de LOL (Laughing Out Loud) ®, le film est porté par des thématiques semblables autour de  l’amour familiale. Sandrine Kiberlain remplace en quelque sorte Sophie Marceau pour une comédie qui fait du bien. L’avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Héloïse (Sandrine Kiberlain) est mère de trois enfants. Jade (Thaïs Alessandrin), sa « petite dernière », vient d’avoir dix-huit ans et va bientôt quitter le nid pour continuer ses études au Canada. Au fur et à mesure que le couperet du baccalauréat et du départ de Jade se rapproche, et dans le stress que cela représente, Héloïse se remémore leurs souvenirs partagés, ceux d’une tendre et fusionnelle relation mère-fille, et anticipe ce départ en jouant les apprenties cinéastes avec son iPhone, de peur que certains souvenirs ne lui échappent… Elle veut tellement profiter de ces derniers moments ensemble, qu’elle en oublierait presque de vivre le présent, dans la joie et la complicité qu’elle a toujours su créer avec sa fille, « son bébé ».

Mon Bébé, inspiré de Boyhood

Après le film biopic sur Dalida, la réalisatrice Liza Azuelos se plonge dans un récit totalement autobiographique avec Mon Bébé. Quelques années après LOL (Laughing Out Loud) ® (2008) avec Sophie Marceau, la cinéaste a trouvé son inspiration en imaginant sa propre fille partir du cocon familiale. Pour autant, Liza Azuelos confie avoir commencé à travailler sur le film en regardant Boyhood (2004) de Richard Linklater avec Patricia Arquette. « La scène où Patricia Arquette est face à son fils qui ramasse ses affaires et part, l’air de rien, sans se retourner, m’a fascinée », dit-elle dans le dossier de presse du film. Pour incarner le rôle de cette mère en plein désarroi, il fallait trouver une personnalité digne de Sophie Marceau

Le choix s’est rapidement porté sur Sandrine Kiberlain. L’actrice est depuis quelques années une icône incontournable de la comédie française. Depuis son explosion comique dans 9 mois ferme d’Albert Dupontel pour lequel elle a eu le César de la Meilleure actrice, elle ne cesse de faire des choix audacieux et libérer. Dans Mon Bébé, la comédienne s’affirme encore une fois dans un rôle taillé à sa mesure, à la fois drôle et émouvant. Les scènes de complicité avec sa fille donne un côté très enfantin à son interprétation. Son personnage s’amuse de sa complicité avec elle, notamment quand elle est convoquée par la directrice du lycée. Celle-ci fait alors mine de gronder sa fille à l’excès devant une directrice médusée. A l’inverse, on sent à d’autres moments le poids des responsabilités maternelles. Héloise a ce complexe de vivre sa vie de femme au détriment de ses enfants. 

Une histoire en famille

Mon Bébé est aussi l’occasion pour Liza Azuelos de partager sa passion du cinéma avec sa propre fille, Thaïs Alessandrin. La jeune comédienne joue cette tendre enfant prête à devenir adulte. D’un charme cocasse, cette belle révélation est de caractère. Elle s’affirme en jouant une adolescente forte, pourtant pétrie d’incertitude. 

Grâce à un fil conducteur clair et précis, avec quelques flashback très mignons pour comprendre l’évolution de cette famille, Mon Bébé est dans l’efficacité. Pas de scène superflue, le film est court (pas plus de 1h30). Liza Azuelos y affiche l’essentiel sans chemin de traverse : une douleur naturelle dont l’échéance est la même pour tous. On passe un excellent moment au côté d’une réalisatrice qui s’affiche comme une valeur sûre des comédies familiales. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 13/03/2019
  • Distribution France : Pathé Dsitribution

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.