enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / [Critique & Interviews] « Zone Blanche » saison 2 : Retour à Villefranche
ZONE BLANCHE Saison 02 EPISODE 8 série
© Nicolas Velter/ Ego prod/ Be films

[Critique & Interviews] « Zone Blanche » saison 2 : Retour à Villefranche

Récompensé du Prix de la meilleure photographie pour Christophe Nuyens et Brecht Goyvaerts au Festival de Luchon en 2019, Zone Blanche saison 2 de Mathieu Missoffe est diffusé sur France 2 depuis le lundi 11 février 2019. L’avis et critique série de Bulles de Culture ainsi que notre rencontre avec l’équipe à Luchon.

Synopsis :

Alors que le Major Laurène Weiss (Suliane Brahim) finit sa convalescence et que certains la croient revenue d’entre les morts, le meurtre d’un chauffeur des Steiner met Villefranche sous tension. Tout accuse les activistes écolos des Enfants d’Arduinna et, pour calmer les esprits, Laurène n’a d’autre choix que de tenter de les retrouver. Mais la découverte d’un crâne vieux de 2 000 ans la pousse à chercher ailleurs.

Zone Blanche saison 2 : le parcours d’une combattante

Retour dans le village très far west de Villefranche et dans la forêt à l’ambiance fantastique qui l’entoure. Nous y retrouvons de nombreux personnages encore bien marqués par la fin de Zone Blanche saison 1 tels que la major Laurène Weiss (Suliane Brahim), sa fille Cora (Camille Aguilar) et le maire Bertrand Steiner (Samuel Jouy). Du coup, cela donne une nouvelle saison qui prend un peu de temps à démarrer. Et surtout, Zone Blanche saison 2 ne s’ouvre pas par de la comédie, comme dans la saison 1 où le procureur Franck Siriani (Laurent Capelluto) s’écroulait au milieu de nulle part à cause des ses allergies, mais s’ancre immédiatement dans la partie fantastique et plus sombre de la série, c’est-à-dire sur les pas de la tourmentée Laurène, qui cherche toujours à percer dans la forêt le secret de son kidnapping d’il y a vingt ans. « Il y avait cette idée de faire quelque chose qui soit un parcours très physique pour notre héroïne, nous a expliqué le créateur et directeur artistique Mathieu Missoffe. Ce sont vraiment les étapes d’un calvaire. Il y avait l’envie de trouver un point de rupture, qui n’est pas encore arrivé et on s’amuse avec le surnaturel pour justifier qu’elle avance encore, mais j’avais envie d’une héroïne qui tombe et se relève, qui retombe et se re-relève… mais qui laisse à chaque fois un petit peu d’elle-même et on la sent fatiguée. Je suis très excitée de savoir où cela va nous mener pour la suite. A l’échelle des deux premières saisons, on est sur un parcours du combattant »

Quitte dans ce parcours à mettre à mal l’amitié de celle-ci avec son fidèle adjoint, Martial « Nounours » Ferrandis (Hubert Delattre), comme nous l’a prédit Mathieu Missoffe : « Jusqu’où peut-il aller dans la loyauté ? Nounours, c’est l’ami fidèle, le confident. Mais l’héroïne allant tellement loin dans la noirceur, l’obsession — il y a un coût pour elle-même évidemment —, comment peut-il partager ça ? Est-ce qu’il peut aller jusqu’au bout, être dans le don de soi ou alors à un moment donné, il doit choisir de se préserver ? »

Quelles sont les nouveautés de cette nouvelle saison ?

L’autre obsessionnel de Zone Blanche est aussi de retour, même s’il ne revient au premier plan qu’à partir de l’épisode 3. Il s’agit bien sûr de l’irrésistible procureur Franck Siriani, toujours obnubilé par son désir de faire tomber l’organisation criminelle du patriarche Gérald Steiner (Olivier Bonjour). Dans Zone Blanche saison 2, il va faire la connaissance — à sa manière très burlesque, bien entendu, et par l’entremise d’un corbeau — d’une inspectrice de l’environnement, Delphine Garnier, fraîchement débarquée et incarnée par la comédienne Marina Hands. Cette nouvelle arrivée va ainsi dévoiler une nouvelle facette de son personnage à travers un jeu amoureux entre elle et lui, qui donnera lieu à plusieurs séquences drôles, telles que cette scène où il se tient fièrement et comme un cowboy sur le marchepied d’un 4×4 lors d’une descente chez les Steiner. 

Sinon, la grande nouveauté de Zone Blanche saison 2 est l’exploration du passé gallo-romain de Villefranche à travers des séquences situées en 57 avant Jésus Christ qui vont prolonge le celtisme de la fin de la saison 1 avec des histoires de sacrifices celtes et de chasse au trésor, qui vont ouvrir la série à d’autres genres. « Dans la première saison, on était plus dans le western et le thriller, nous a confié le co-réalisateur Thierry Poiraud. Là, on est plus dans le film d’aventure, le fantastique et l’épique. Il y a toujours un peu de noir mais le thriller n’est plus le moteur de cette saison. On avait envie ici de pousser vers l’aventure et le romanesque. Ce qu’on fait très peu en France ».

Autre changement bienvenu, le feuilletonnement est plus prononcé dans cette nouvelle saison. Ainsi, si des épisodes d’enquêtes policières bouclés sont toujours présents, avec des guest-stars tels que Serge Riaboukine, Grégoire Colin ou Fabrizio Rongione, ils sont beaucoup mieux insérer dans l’univers global de la série et participent à son enrichissement. 

Enfin, difficile de ne pas parler de la musique originale de Zone Blanche qui participe toujours grandement à l’ambiance fantastique et surnaturelle de la série — elle sera d’ailleurs une nouvelle fois proposée bientôt à la vente. Pour Zone Blanche saison 2, la BO propose donc un orchestral plus noir que lors de la première saison. « On a amené de nouveaux timbres qu’on avait pas utilisé dans la saison précédente, qui sont les cuivres, pour donner plus d’ampleur et de noirceur », nous a dit le co-compositeur Frédéric Kooshmanian. Et concernant l’époque gallo-romaine de Villefranche, son acolyte Thomas Couzinier nous a précisé : « Pour les séquences gallo-romaines, on a sorti la viole de gambe et les cuivres mais c’est plus une évocation qu’un réalisme historique. Et on s’est même permis de reprendre le thème du banjo à la viole ».

Un univers toujours aussi fascinant

Bref, écrits par Mathieu Missoffe, Florent Meyer, Antonin Martin-Hilbert, Juliette Soubrier et Sylvie Chanteux, réalisés par Thierry Poiraud et Julien Despaux — tournage dans les Vosges et en Belgique, notamment dans les carrières de Porphyre —, Zone Blanche saison 2 et ses huit épisodes de 52 minutes se veulent plus riches et plus ambitieux qu’en première saison 1. Et si le début est un peu poussif, la tension et le suspense montent au fil des épisodes pour notre plus grand plaisir de sériephiles et des réponses commencent à se faire jour dans cet univers toujours aussi fascinant, notamment autour du trauma de Laurène lié à son enchaînement dans la forêt et du mystérieux Homme des bois.

Et Mathieu Missoffe de conclure : « Le défi de cette nouvelle saison, c’était de prendre frontalement des choses qu’on avait fait que suggérer en saison 1. Fondamentalement, on a brossé l’univers en saison 1 et maintenant, il faut assumer les genres qui y ont affleuré, à savoir l’aventure et le surnaturel, et les mettre au premier plan en inventant la manière de le faire dans une série française, aussi bien en écriture qu’en réalisation ».

Rien n’est encore confirmé par la chaîne France 2 mais vivement la saison 3 !

Propos recueillis au Festival de Luchon 2019 le vendredi 8 février.

En savoir plus :

  • Zone Blanche saison 2 est diffusé sur France 2 depuis le lundi 11 février 2019 à 21h. La série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur France.tv
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.