enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique] « Le Misanthrope » par Alain Françon : Du Molière et du mordant
Le Misanthrope de Molière par Alain Françon image pièce de théâtre
© Michel Corbou

♥ [Critique] « Le Misanthrope » par Alain Françon : Du Molière et du mordant

Cet article est le 23e sur 29 pour Spectacles Mars 2019

Bulles de Culture a assisté au Théâtre Dijon Bourgogne à la mise en scène de la pièce de théâtre Le Misanthrope de Molière, signée Alain Françon. Un vrai bijou ! Notre avis et critique théâtre sur ce spectacle coup de coeur.

Synopsis :

Alceste (Gilles Privat) aime Célimène (Marie Vialle), mais sa misanthropie n’a d’égale que la mondanité de la versatile Célimène. Alceste peut-il faire confiance à Célimène ou doit-il redouter la concurrence des deux marquis, Acaste (Pierre-Antoine Dubey) et Clitandre (David Casada), ou encore celle d’Oronte (Régis Royer) ? Quand la dure sincérité se frotte aux usages hypocrites d’un monde où l’apparence est reine, les étincelles que crée leur rencontre ont de fâcheuses conséquences. Même l’ami Philinte (Pierre-François Garel) ne peut aider Alceste.

Le Misanthrope d’Alain Françon : une fable intemporelle

L’histoire connue et reconnue de la mondaine Célimène et du sévère Alceste continue de traverser les siècles ; Alain Françon saisit dans sa mise en scène du Misanthrope sa dimension universelle et intemporelle.

Un décor à la fois majestueux et sobre comme écrin : celui de l’antichambre de ce qui paraît être une sorte d’hôtel particulier. Une forêt enneigée en fond de scène, qu’accompagne un bruitage animal qui rythme les entrées et sorties de personnages au fil des scènes, tout en nous rappelant que la faune qui évolue sous nos yeux est sauvage.

Les personnages, quant à eux, sont présentés dans des costumes chics et rétros, qui fleurent bon les années 50 ou 60, tout en restant suffisamment simples pour n’être pas trop datés. Ils sont l’indice récurrent de la classe sociale représentée, mais l’extraient de toute époque trop nette. L’équilibre entre la modernisation et le respect de l’esprit du texte est ainsi parfait.

Aussi l’intrigue qui se noue sur scène acquiert rapidement une dimension romanesque. On se croirait presque dans un très bon film moquant avec brio les travers des hautes sphères. Ce beau monde de flatteurs et d’hypocrites, de méchants et de procéduriers, de fats et de faux, attire l’œil, l’oreille et l’attention.

Le Misanthrope vu par Alain Françon : justesse et précision

S’il est un écueil entre tous dans le théâtre classique, c’est bien celui du texte, ou plutôt d’ailleurs celui de sa diction : Le Misanthrope fait partie des pièces de Molière écrites en vers, et si l’alexandrin cisèle le rythme du texte, son artifice éloigne du naturel de la conversation. Ce qui frappe l’oreille dès la première scène du Misanthrope, c’est la maîtrise parfaite de ce texte ardu que tous les comédiens font entendre avec une précision sublime.

Gilles Privat, à qui reviennent les longues répliques de réprimandes d’Alceste, excelle notamment à faire entendre la richesse du texte de Molière. Sa diction épouse intégralement son personnage d’homme bourru et il fond l’alexandrin dans une interprétation brillante et saisissante.

Sans surenchère, Alain Françon donne également à entendre tout le sel de ce texte du Misanthrope et parvient à mettre élégamment en valeur la dimension comique de la pièce. Car si le Misanthrope est une comédie, la gravité de son propos peut l’éloigner du genre comique. Alain Françon réussit toutefois à saisir l’excès risible d’Alceste, l’orgueil d’Oronte, la suffisance des marquis et la gracieuse arrogance de Célimène avec talent et justesse.

Aucun des personnages de la pièce ne tient lieu de caricature. Tous trouvent une interprétation pertinente et une place légitime. Les relations qui se nouent dans les creux de l’intrigue trouve la part belle, sans voler la superbe aux protagonistes. L’histoire qui se déroule paraît par conséquent simple et sincère, et c’est face à cela que se lit toute la réussite d’Alain Françon.

Ainsi les deux heures de représentation filent sans qu’on ait le temps de les trouver longues, et c’est encore l’un des défis que le théâtre classique somme de relever et qu’Alain Françon fait avec brio. Pièce de théâtre coup de coeur, Bulles de Culture ne saurait que trop vous conseiller de filer savourer ce beau moment de théâtre !

En savoir plus :

  • Le Misanthrope au Théâtre Dijon Bourgogne du 12 au 16 février 2019
  • Tournée du spectacle en France : au Théâtre du Nord de Lille du 27 février 2019 au 10 mars 2019 ; à Le Preau | Centre Dramatique National de Normandie-Vire les 14 et 15 mars 2019 ; à la Comédie de Reims du 20 au 22 mars 2019 ; au Théâtre du Jeu de Paume d’Aix-en-Provence du 26 au 30 mars 2019 ; à MC2: Maison de la culture – Scène nationale de Grenoble du 3 au 12 avril 2019 ; à Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire du 23 au 25 avril 2019
  • Durée du spectacle : 2h
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.