enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Un Ange » (2019) de Koen Mortier
Un ange critique film avis affiche

[Critique] « Un Ange » (2019) de Koen Mortier

Après Yao (2019) de Philippe Godeau, c’est au tour Koen Mortier de nous montrer une des multiples facettes du Sénégal dans Un Ange. Toute ressemblance s’arrête là car l’univers du réalisateur belge est clairement plus sombre, illuminé cependant par la présence de Fatou N’Diaye et le magnétisme de Vincent Rottiers. L’avis et la critique film de Bulles de Culture

Synopsis :

Un sportif célèbre (Vincent Rottiers) tombe amoureux d’une prostituée (Fatou N’Diaye) lors d’un voyage au Sénégal. Lorsqu’il trouve la mort dans des circonstances douteuses, elle est arrêtée malgré son innocence. 

Chronique d’une mort annoncée

Un Ange critique film avis Photo Vincent Rottiers 2
© Stephan Vanfleteren

Adaptation d’un roman de Dimitri Verhulst, Un Ange donne une idée des circonstances dans lesquelles serait mort le meilleur espoir du cyclisme belge, Franck Vandenbroucke A.K.A. VDB, Franck Brasfort dans le film. Loin de s’intéresser aux méandres douteux du monde du vélo, le film va plutôt chercher dans la psychologie de cette star précoce. Le mélange d’une touchante fragilité et d’un abus de substances prohibées qui mènent à une issue pas si inattendue. C’est dans ce chaos psychologique que va débuter une  histoire d’amour, inimaginable pour certains, une évidence pour les deux protagonistes, comme pour tous les amoureux du monde. Une moment fulgurant, filmé magnifiquement, où les deux jeunes gens semblaient avoir trouvé enfin un sens à leurs vies…

Parcours accidenté

Un Ange critique film avis Photo Vincent Rottiers
© Stephan Vanfleteren

Tout comme accidents et incidents médiatiques ont jalonné la vie de VDB, Un Ange est ponctué de flashbacks et/ou cauchemars. Cela donne au film un rythme indéfinissable. Il arrive qu’on se demande dans quelle réalité on se trouve. Comme si le réalisateur avait construit le film à l’image de la confusion qui règne dans l’esprit du cycliste,tel une (Las Vegas) parano. Une parano d’ailleurs très finement jouée par Vincent Rottiers, dans un instant quasi claustrophobique du film. Le film est servi par une impeccable photographie de Nicolas Karakatsanis (Quand vient la nuit, Bulhead). 

Koen Mortier opte donc pour une structure complexe, avec une ambiance générale teintée de souffre. Certains pourraient d’ailleurs être choqués par certains aspects des relations entre locaux et étrangers que montre le film. 

Mais, Un Ange c’est aussi, une ambiance visuelle particulière qui sublime Fatou N’Diaye en femme de caractère, et accentue le magnétisme de Vincent Rottiers, en (gueule d’)ange finalement rattrapé par ses démons…

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 13/02/2019
  • Distribution France : Wayna Pitch

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.