enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Continuer » (2018) : Sans nervosité, poésie et même émotion
Continuer de Joachim Lafosse affiche

[Critique] « Continuer » (2018) : Sans nervosité, poésie et même émotion

Ça y est, Continuer de Joachim Lafosse — dont Virginie Efira nous avait parlé en 2017 dans une interview exclusive —  est enfin sorti au cinéma. Le réalisateur belge et la comédienne belge (naturalisée française) ont uni leurs talents pour ce long métrage en salles depuis le 23 janvier 2019 en France. L’avis et critique film déçus de Bulles de Culture.

Synopsis :

Sibylle (Virginie Efira), mère divorcée, ne supporte plus de voir son fils adolescent (Kacey Mottet Klein) sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va jouer leur va-tout en entraînant celui-ci dans un long périple à travers le Kirghizistan. Avec deux chevaux pour seuls compagnons, mère et fils devront affronter un environnement naturel aussi splendide qu’hostile, ses dangers, son peuple… et surtout eux-mêmes !

Continuer : Virginie Efira dans un roman

Après Un amour impossible, Continuer est le deuxième film avec Virginie Efira en un peu plus de deux mois. Une comédienne tout à fait capable de faire oublier ce qu’elle avait joué dans son film précédent lorsqu’elle vous emporte dans une nouvelle histoire. Pourtant, dans ce Continuer, quelque chose ne fonctionne pas… Est-ce l’avalanche de films dans lesquels elle s’est plongée entre 2017 et 2019 ? Est-ce le fait que Joachim Lafosse ait privilégié un autre angle pour le roman (du même nom) de Laurent Mauvinier et que la comédienne a donc fait face à une histoire de relation mère/fils un peu modifiée ?

Mère/fils ou étrangers ?

Justement, pour ces deux héros, on a du mal à le savoir. Virginie Efira et Kacey Mottet Klein se donnent la réplique et se disputent beaucoup, sans provoquer d’empathie chez le spectateur. Virginie Efira ne paraît pas avoir 40 ans et le jeune comédien ne paraît pas avoir 18, 19 ou même 20 ans. Son personnage part en vrille à cause d’une mère trop absente. Une distance s’est alors installée entre eux et leur physique ne nous permet, hélas, pas de croire à cet éloignement temporel. Mais la haine, elle, n’ira que crescendo. Pourtant, on admire plus les merveilleux et hostiles décors que cette boule de colère qui prend de plus en plus de place dans le film jusqu’à une dernière demi-heure sous haute tension.

Il manque une partie à ce film qui débute trop tard, lors du deuxième ou troisième jour de voyage à travers le Kirghizistan. Le personnage de Virginie Efira et son fils sont alors déjà lancés à plein galop à travers le pays. Le développement de leurs névroses et de la teneur de leur relation est du coup hautement superficielle. On ne sait que penser… exactement comme lorsqu’on est invité chez un couple d’amis et qu’on les surprend, à notre arrivée, en pleine dispute conjugale.

Avec ses trop nombreux silences, ses maigres dialogues et une action qui ne décolle jamais, Continuer ne risque donc pas de faire date dans la carrière de Virginie Efira.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 23/01/2019
  • Distribution France : Le Pacte
  • Date de sortie Belgique : 30/01/2019
  • Distribution Belgique : O’Brother Distribution

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.