enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / [Critique] « Philharmonia » (2018) avec Marie-Sophie Ferdane et Lina El Arabi
PHILHARMONIA de Marine Gacem affiche série

[Critique] « Philharmonia » (2018) avec Marie-Sophie Ferdane et Lina El Arabi

Philharmonia de Marine Gacem est la nouvelle mini-série évènement de France 2 avec Marie-Sophie Ferdane et Lina El Arabi. L’avis et critique de Bulles de Culture sur cette série musicale diffusée à partir du mercredi 23 janvier 2019.

Synopsis :

Après vingt ans d’absence, Hélène Barizet (Marie-Sophie Ferdane), brillante cheffe d’orchestre aux méthodes atypiques, est de retour à Paris pour prendre la tête du Philharmonia, orchestre national réputé pour être un « tueur de chefs ». La maestro, bien décidée à transmettre sa passion et à sauver l’orchestre dans la tourmente, fait face à l’hostilité de la direction et d’Yvan Borowski (Laurent Bateau), le représentant des musiciens, ouvertement opposés à sa nomination. Hélène choisit pour l’aider Selena Rivière (Lina El Arabi), une jeune violoniste du troisième rang qu’elle nomme premier violon à la place de Vladimir Gregoriu (Tom Novembre), le vieil ami de son père. Mais comment transmettre quand tout ce que l’on souhaite, c’est rompre avec son passé ?

Philharmonia : une série évènement dans le magnifique décor de la Philharmonie de Paris

La musique classique est à l’honneur dans la mini-série Philharmonia et ce n’est que justice. En effet, si ce genre musical illustre très souvent des oeuvres de fiction, il n’est par contre plus rarement au centre des intérêts scénaristiques. Au côté de la nouvelle cheffe d’orchestre Hélène Barizet (Marie-Sophie Ferdane), venue remplacer le précédent chef décédé en plein concert de musique classique, Philharmonia nous plonge donc dans les coulisses de cet univers, souvent considéré comme réservé à une élite, et au au sein d’une des plus beaux complexes musicaux de France, la Philharmonie de Paris — où le tournage de la série a entre autres eu lieu.

Situé dans le parc de La Villette, au nord-est de Paris, ce lieu a été conçu par l’architecte Jean Nouvel. Et si son extérieur, recouvert de 265 000 « oiseaux » en feuilles d’aluminium, est devenu familier dans le paysage culturel, son intérieur l’est beaucoup moins. Avec cette série, créée par Marine Gacem, vous allez donc pouvoir pénétrer ce lieu d’exception avec en plus un casting de choix. En effet, la comédienne Marie-Sophie Ferdane, parfaitement crédible dans son rôle de cheffe, est entourée par d’une brochette d’acteurs tout aussi talentueux : Lina El Arabi, Tomer Sisley, Laurent Bateau, François Vincentelli, Tom Novembre, Olivier Chantreau, Charlie Bruneau, Jacques Weber… Et pour ne rien gâcher, car ce n’est pas toujours le cas, tous les acteurs paraissent tout à fait plausibles dans leurs rôles de percussionniste, hautboïste ou autre corniste lors des passages musicaux.

Le plaisir de voir l’envers du décor de la musique classique

Installée dans le magnifique écrin qu’est la Philharmonie de Paris, superbement mis en valeur par la réalisation de Louis Choquette et l’image de Pénélope Pourriat, écrite par Marine Gacem et Clara Bourreau, mise en musique par Étienne Perruchon (pour la musique symphonique) et Eduardo Noya (pour la musique originale), la série Philharmonia et ses six épisodes de 52 minutes ont tout pour plaire, avec notamment des séquences telles que la scène du bizutage du cheffe sur le thème de Mission impossible de Lalo Schifrin, la répétition de l’orchestre en présence de sourds-muets ou l’expression « Toï, Toï » que se lancent entre eux les membres de l’orchestre. Hélas, à l’instar de la série télé Chefs, dont l’univers des grands chefs cuisiniers a été tout aussi original, Philharmonia ne parvient pas à faire oeuvre de fiction à partir de sa matière première et éprouve le besoin de s’adosser à un genre abordé de si nombreuses fois à la télévision, le thriller. Au programme donc : des meurtres, des enquêtes, une malédiction familiale et des rebondissements pour une intrigue principale à suspense autour d’une cheffe d’orchestre de plus en plus fragilisée et isolée.

Ainsi, contrairement à une série telle que Mozart in the Jungle, qui avait su faire feu de tout bois de cet univers dès sa première saison, Philharmonia prend moins de risque et perd en intérêt au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la musique classique avec au fur et à mesure des épisodes, une surenchère d’enjeux thriller de moins en moins crédibles… jusqu’à une fin étonnante et peu plausible. Reste néanmoins le plaisir découvrir l’envers du décor de la musique classique et de la Philharmonie de Paris.

[amazon_link asins=’B07JYQTK7M’ template=’ProductGrid’ store=’bulldecult-21′ marketplace=’FR’ link_id=’22ee1013-4c74-4ca9-9482-da05213d02b4′]

En savoir plus :

  • Philharmonia est diffusé sur France 2 à partir du mercredi 23 janvier 2019 à 21h. La série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur France.tv
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Un commentaire

  1. Absolument bouleversant, du grand art d’une grande humanité sans mievrerie. Un chef d’oeuvre d’interprétation et de réalisation, intensité dramatique dans un huis clos dans un univers inconnu…. Moderne, magistral… Bon je continue volontiers à payer ma redevance TV pour de telles exceptions…
    Un grand merci aux comédiens pour cette transmission de vibrations.
    Isabelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.