enfr
Accueil / KIDS / [Critique] « Hocus Pocus » de Philippe Saire : À la poursuite des monstres imaginaires
Hocus Pocus de PHILIPPE SAIRE image danse
© Philippe Pache

[Critique] « Hocus Pocus » de Philippe Saire : À la poursuite des monstres imaginaires

Un dispositif scénique original, deux danseurs fraternels, et de jolies pistes pour laisser l’imagination s’envoler avec eux. Hocus Pocus de Philippe Saire est un spectacle jeune public original et inventif, que Bulles de Culture a découvert aux Scènes du Jura. Notre avis et critique danse.

Synopsis :

Deux bandes lumineuses et parallèles pour seul décor. Autour d’elles, l’obscurité. Deux danseurs (Philippe Chosson et Mickaël Henrotay-Delaunay) font apparaître des portions de corps, deux personnages qui jouent, puis une mini-odyssée ponctuée de monstres et d’aventures.

Hocus Pocus :  la magie de l’imagination

Ce que l’on voit d’abord apparaître et disparaître, ce sont des portions de corps, puis un enchevêtrement de membres, et l’ensemble fait naître deux compères qui s’amusent et s’affrontent. Ce qu’Hocus Pocus réalise, c’est donc dans un premier temps de stimuler la curiosité autour des apparitions et des disparitions entre les deux barres lumineuses qui sont à la fois écran, vaisseau, abysses et radeau.

De cette entrée en matière minimaliste et sobre surgissent des espaces imaginaires. Des airs au fond de l’eau, de la séparation aux retrouvailles, nous suivons nos deux complices dans des aventures extraordinaires aux allures d’odyssée. Pas ou peu de dialogue, mais de belles émotions. Le parcours est suffisamment jalonné pour que la danse parle à tous, et suffisamment métaphorique pour que l’imagination de chacun-e se crée son propre voyage.

Des monstres et des mondes

Sommes-nous dans l’Odyssée d’Homère, dans Vingt-mille lieues sous les mers de Jules Verne, ou encore dans le Pinocchio de Carlo Collodi, voilà qui est difficile à dire. Mais Hocus Pocus, dont le titre renvoie d’ailleurs à l’incantation magique, comporte cette magie qui fait voyager petits et grands.

Avec une trame narrative à la fois simple et foisonnante, Hocus Pocus fait surgir l’univers aérien comme les abysses sous-marins, donne corps à d’étranges monstres et à de tendres aventures. Le spectacle met en tout cas à la portée des petits l’interprétation personnelle que l’on peut se construire à partir de la danse contemporaine.

En savoir plus :

  • Hocus Pocus a été présenté aux Scènes du Jura les 14 et 15 janvier 2019
  • Tournée : à l’espace Nuithonie de Fribourg (Suisse) le 2 février 2019 ; au festival Antigel de Genève (Suisse) les 11 et 12 février 2019 ; au Budapest Dance Theatre de Budapest (Hongrie) le 19 février 2019 ; au Spinrag Kinderkunstenfestival (Belgique) le 5 mars 2019 ; aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis (France) les 21 et 22 mai 2019 ; au Cirqu’Aarau (Suisse) les 6 et 7 juin 2019 ; au COLOURS – International Dance Festival de Stuttgart (Allemagne) les 6 et 7 juillets 2019
  • Durée du spectacle : 45 minutes
  • Spectacle à partir de 7 ans
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.