enfr
Accueil / SPECTACLES / [Découverte] Le TTO – Théâtre de la Toison d’Or : Un haut lieu de la comédie colorée bruxelloise
affiche Cherche l’amour de Myriam Leroy

[Découverte] Le TTO – Théâtre de la Toison d’Or : Un haut lieu de la comédie colorée bruxelloise

Bulles de Culture vous invite en ce début d’année 2019 à découvrir, pour vos futures escapades bruxelloises, un théâtre d’humour branché (souvent dit gay-friendly) qui fait toujours salle comble : le Théâtre de la Toison d’Or, bien connu sous le sobriquet de TTO pour les intimes et fidèles. Depuis maintenant 22 saisons, il est dirigé par Nathalie Uffner qui était la mieux placée pour nous parler de ce boulot « pas très sérieux » qu’elle fait pourtant très sérieusement. Avis et interview.

Le Théâtre de la Toison d’Or : l’ADN du TTO, c’est le rire

image Nathalie Uffner
© Fehd Zidouh

Un city-trip ne consiste pas uniquement en la visite de musées, d’églises ou de grandes places. Cela peut aussi être de la culture, une bulle de culture même. Bruxelles fonctionne différemment que Paris pour son financement des théâtres — comme nous l’explique plus bas l’inventive comédienne et metteuse en scène Nathalie Uffner — et nous vous emmenons aujourd’hui dans les coulisses du TTO, l’un des parents pauvres des subsides de la culture théâtrale belge. Sa dotation est pauvre mais ce lieu de divertissement, qui mise tout sur l’humour sans tabou, a trouvé comment avoir la tête haute : en affichant complet les 3/4 du temps. affiche King Kong Theorie de Virginie Despentes par Julie Nayer

Fondé en 1995, le TTO – Théâtre de la Toison d’Or, installé dans la Galerie Toison d’Or (d’où son nom), se dédie donc à la comédie et se diversifie depuis quelques années avec une seconde salle, plus laboratoire. « Nous y ré-accueillons pour la seconde fois cette saison King Kong Théorie, l’adaptation théâtrale du célèbre essai de Virginie Despentes, annonce Nathalie Uffner, la fondatrice et la propriétaire du lieu. Je mets moi-même en scène un one-man show intitulé Anti-héros Achille Ridolfi est excellent. Il a notamment tourné récemment le rôle d’un autiste au côté de Béatrice Dalle pour France 2. Nos frontières s’étendent car Achille nous rejoint alors qu’il avait l’habitude de jouer dans des choses plus sérieuses ». Car comme nous vous le disions : l’ADN du TTO, c’est le rire. Ses affiches et sa charte graphique colorées envahissent Bruxelles et c’est l’une de ses marques de fabrique, une manière de se différencier. Cette saison encore, les couleurs poudrées tirent leur épingle du jeu au moment où d’autres théâtres commencent désormais à comprendre l’importance des couleurs pour attirer l’œil. Idéal pour l’affiche de Frédéric qui s’est joué jusqu’au 12 janvier 2019 (et qui reviendra du 5 au 15 juin 2019), seul en scène sur la vie du « plus grand fan vivant » de Freddie Mercury.

affiche Bibot Distinguée de Laurence BibotAvec Laurence Bibot apparue sur Canal +

La saison 2018-2019 a été ouverte par Laurence Bibot, l’un des visages familiers de la programmation du TTO – Théâtre de la Toison d’Or. Le théâtre fonctionne aux coups de cœur et aux rencontres, de manière assez familiale. Le tout nouveau stand-up comedy de Laurence intitulée Bibot distinguée s’apprête à tourner dans toute la Belgique… et pourquoi pas en France car son visage est également connu dans l’Hexagone grâce à Guillermo Guiz. Découvert sur les ondes de France Inter puis passé par Canal+, celui-ci lui a fait jouer le rôle de sa mère dans ses capsules pour le site de la chaîne Le roi de la vanne. A près de 50 ans, Laurence Bibot déchire totalement dans ce Bibot Distinguée et n’a jamais été aussi belle et solaire.

Spectacles à voir rapidement

Il est rare de voir un spectacle à l’affiche durant trois mois. Ou alors ce serait le maximum. Comme l’explique Nathalie Uffner, c’est propre à la Belgique et à sa superficie : « Nous essayons toujours de proposer des classiques au public. A Paris, un spectacle peut se jouer durant six, neuf, douze mois. Même pendant deux ans parfois, c’est comme ça : ça ne désemplit pas. Bruxelles reste une plus petite ville, donc c’est plus compliqué et on passe vite à autre chose. Mais chez nous, contrairement à d’autres théâtres, sauf peut-être Le Public, nous jouons nos spectacles durant 5 à 8 semaines et grâce à notre autre salle, le Little TTO, nous avons doublé le nombre de spectacles et donc de créations. Il est vrai que nous aimons remettre en route des succès de la saison passée ou celle d’avant. Cela dépend comment le public reçoit les choses évidemment ». Budgétairement parlant, c’est d’ailleurs assez intéressant pour n’importe quel théâtre car la base n’est plus financée : on peut reprendre les décors et les costumes d’une ancienne salve de représentations. En effet, la création coûte cher. Or, l’étiquette « humour gras et queer » colle à la peau du TTO-Théâtre de la Toison d’Or, qui ne passe pas pour « sérieux » auprès des hautes instances qui décident des subsides.

Pourquoi y aller ?

Aux Français qui aiment les boulevards, Nathalie Uffner dit en tout cas de venir. « Nous ne faisons pas du boulevard mais surtout de la création. On fonctionne à la commande et à l’inédit. Nous sommes essentiellement axés humour et contenu. Le Théâtre de la Toison d’Or est drôle, décalé et parfois très belge dans son humour, c’est-à-dire sans nous prendre au sérieux. Je veux du contenu singulier et propre comme il y en a beaucoup plus à Paris. Certaines pièces de boulevard n’en ont pas ». Le gimmick « Sérieusement comique » du théâtre le prouve d’ailleurs : c’est fait sans se prendre au sérieux mais pas n’importe comment. « Nous devons garder une ligne de discipline notamment pour les finances car nous sommes un théâtre très peu subventionné. A Paris, on ne rémunère pas le théâtre privé mais les lieux privés cotisent ensemble et se rassemblent pour mieux redistribuer l’argent aux théâtres qui auraient moins engrangé d’entrées. En Belgique, il n’y a pas de privé, que du grandement subventionné ou du très peu ».

Anecdote amusante : il y a treize ans, le TTO est monté à Paris pour présenter deux pièces : Geluck si tu nous entends et EXIT. C’était à une époque où il y avait moins de pièces gay-friendly à Paris, contrairement à Bruxelles… Et plus récemment, la pièce Otto und Helmut a séduit pas mal de programmateurs au festival Avignon Le Off en 2018. « Aujourd’hui, l’humour belge est plus apprécié, plus compris et plus respecté par nos voisins. » conclut Nathalie Uffner.

Propos recueillis à Bruxelles le 20 septembre 2018.

En savoir plus :

  • TTO – Théâtre de la Toison d’Or
    396-398, Galerie Toison d’Or
    1050 Ixelles, Belgique
    Métro de la STIB lignes 2 et 6 ou bus (34-54-64-71-80), arrêt Porte de Namur. Il vous reste 100 m à faire dans la Chaussée d’Ixelles pour rejoindre le TTO
  • Avec le PASS TTO, vous disposez de 4, 6 ou 10 entrées pour la saison 2018-2019. Abonnez-vous en ligne sur le site officiel du théâtre

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.