enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Forgiven » (2017) de Rolland Joffé
Forgiven Affiche film Forest Whitaker avis critique

[Critique] « Forgiven » (2017) de Rolland Joffé

Fidèle à son habitude de porter à l’écran des personnalités hors du commun, Roland Joffé nous raconte la rencontre atypique entre L’Archevêque Desmond Tutu et le tueur en série Piet Blomfeld dans Forgiven, visible dans les salles de cinéma depuis le 10 janvier 2018. Ce faisant, il nous offre également un duel au sommet en opposant Forest Whitaker et Eric Bana, le tout sur fond de fin d’Apartheid. L’avis et critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

En 1994, à la fin de l’Apartheid, Nelson Mandela nomme l’Archevêque Desmond Tutu (Forest Whitaker) président de la Commission Vérité et Réconciliation : aveux contre rédemption. Il se heurte le plus souvent au silence des anciens tortionnaires. Jusqu’au jour où il est mis à l’épreuve par Piet Blomfeld (Eric Bana), un assassin condamné à perpétuité. Desmond Tutu se bat alors pour retenir un pays qui menace de se déchirer une nouvelle fois…

Forgiven : de la difficulté d’adapter une pièce de théâtre

Forgiven critique avis film Forest Whitaker
© D.R.

En choisissant d’adapter L’Archevêque et l’Antéchrist, pièce de théâtre de Michael Ashton, Rolland Joffé n’a pas fait dans la facilité. Car si on veut coller à la pièce, cela implique d’inclure très peu d’éléments extérieurs et demande un très grand jeu d’acteur. Le réalisateur de Mission (1986) le prouve avec une mise en scène dépouillée, voire brute, apte à rebuter tout aficionado de film aux beaux plans techniques. On obtient un film au rythme lent, qui peut en lasser certains. Ils auront tort d’abandonner car le drame (et l’horreur) montent crescendo. Et c’est cette frugalité dans la mise en scène qui met le plus en valeur de véritables moments d’émotions. C’est cette sobriété qui permet d’autant plus de mesurer, voire l’intensité des événements ainsi relatés.

De la difficulté de pardonner

Forgiven photo film critique avis Eric Bana
© D.R.

La haine est plus facile que le pardon. Cela semble finalement être le sujet du film. Ceux qui s’attendent à voir la vie de l’Archevêque Desmond Tutu enfin portée à l’écran peuvent rester chez eux. Si le film Forgiven montre sa force de caractère, l’homme d’Eglise est un peu desservi par une interprétation pour le coup trop théâtrale de Forrest Whitaker. Les véritables « héros » sont tout d’abord Piet Blomfeld, un homme à priori mauvais jusqu’à l’os, interprété par Eric Bana, en grande forme et peu habitué à jouer les méchants, mais très juste ici — à un clignement d’œil près ! Et surtout Mrs Morobe, mère d’une de ses victime, tout d’abord en pleurs, voire geignarde, mais qui nous offre au final le clou du spectacle, la leçon du film. Chapeau bas à l’actrice Thandi Makhubele pour son intensité.

Forgiven est un duel de convictions, une opposition bien défendue de parts et d’autres de deux vérités, de deux mondes pourtant pas si loin éloignés que cela, si ce n’est par l’idée du pardon. Le pardon pour les autres, mais d’abord, comme cela arrive souvent, le pardon à soi-même, c’est-à-dire celui qu’on oublie, qu’on traîne en culpabilité, qu’on habille de mauvaise foi et qui éloigne de la réalité/vérité.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 09/01/2019
  • Distribution France : SAJE Distribution

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.