enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Glass » (2019) : La fin de la Bête ?
Glass de M. Night Shyamalan affiche film cinéma

[Critique] « Glass » (2019) : La fin de la Bête ?

Après le succès de Split (2016), M. Night Shyamalan se lance dans une suite faisant également intervenir les protagonistes de son film Incassable (2000), bouclant ainsi une trilogie. L’avis et critique film de Bulles de Culture sur le long métrage Glass avec James McAvoy, Bruce Willis et Samuel L. Jackson.

Synopsis :

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn (Bruce Willis) — l’homme incassable — poursuit sa traque de La Bête, surnom donné àKevin Wendell Crumb (James McAvoy) depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price (Samuel L. Jackson ) suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Glass : la rencontre de trois acteurs d’envergure

Le film Glass réunit trois acteurs d’envergure. D’abord, James McAvoy, qui interprète Kevin Wendell Crumb, l’homme aux 23 personnalités de Split. Ensuite, les acteurs d’Incassable (2000) tels que Bruce Willis, qui incarne David Dunn, le seul survivant d’un accident de train, et Samuel L. Jackson, qui joue Elijah Price, l’homme à la maladie des os de verre et à la recherche de son contraire : un être humain aux capacités extraordinaires. Trois hommes particuliers dont les destins convergent pour en fermer un. Le long métrage Glass narre cette rencontre exceptionnelle.

Le surnaturel : un thème de prédilection

glass-photo-film-critique-avis
© Disney

Lorsque l’on regarde la filmographie du réalisateur M. Night Shyamalan, on peut remarquer un fil conducteur, une pièce maîtresse dans beaucoup de ses réalisations. Que ce soit The Visit (2015), Le Village (2004), Signes (2002) ou encore Sixième sens (2000), le surnaturel s’invite comme personnage essentiel. Et comme les faces d’une pièce, celui a deux visages.

Coté pile, c’est un phénomène inexplicable. Ni la science ni la raison ne peuvent en expliquer la source, ni le reproduire. Côté face, le surnaturel appartient à un monde supérieur, voire divin. Il peut être source d’angoisse, de tension ou de questionnement. Quoi qu’il en soit, les mains expertes de M. Night Shyamalan l’exploitent avec maîtrise et efficacité.

Un film réussi ?

Glass rassemble les deux figures de la pièce. Tout d’abord, l’irrationnel avec l’étrange Bête, incarné par James McAvoy (Split, 2016 ; X-Men Apocalypse, 2016 ; X-Men : Days of Future Past, 2014). Lorsque son corps revêt cette personnalité, il se transforme au point de lui conférer des compétences surhumaines. Tel Spiderman, il peut adhérer et se déplacer sur un mur. Comme Hulk, il peut envoyer à des kilomètres, le premier olibrius sur son passage. Une force surnaturelle, dépendante de la foi que lui portent les 22 autres personnalités, et qui sera l’arme de rédemption pour soigner l’espèce humaine de ses vices.

Ensuite, le surhomme, personnifié par les traits de Bruce Willis (Sin City : J’ai tué pour elle, 2014 ; Die Hard : belle journée pour mourir, 2013 ; Expendables : Unité spécial, 2010 ; Sin City, 2005). Celui-ci est l’opposé de la Bête. Face à la rédemption s’oppose la panacée. David Dunn est l’arme salvatrice de l’humanité.

Alors que le scénario de Split (2016) entretient un état de tension permanent en se concentrant sur le personnage de Kevin Wendell Crumb, l’homme aux 23 personnalités, Glass est une œuvre plus équilibrée en termes d’émotion. M. Night Shyamalan a su construire une intrigue qui s’affranchit de l’angoisse. Le suspens est cette fois-ci construit sur la question de la foi. Le surnaturel, symbolisé par Kevin Wendell Crumb et David Dunn, est-il réel ou une simple lubie ?

Ainsi, avec le film Glass, M. Night Shyamalan propose une œuvre intéressante qui sera appréciée par la majorité des spectateurs, même si elle ne créera pas le même enthousiasme provoqué par Sixième sens. Seule recommandation, afin d’apprécier Glass à sa juste valeur, il vous sera nécessaire de visionner les films dont il fait suite et référence : Incassable et Split, tous deux réalisés par M. Night Shyamalan.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/01/2019
  • Distribution France : The Walt Disney Company France
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Les derniers articles par Pierre L. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.