enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « La Révolte des innocents » (2018) avec Bruno Debrandt et Julie Ferrier
La Révolte des innocents de Philippe Niang image 1 téléfilm
© Rémy Grandroques / KIEN PRODUCTIONS-FTV

[Critique] « La Révolte des innocents » (2018) avec Bruno Debrandt et Julie Ferrier

Cet article est le 6e sur 294 pour Programme TV de Bulles de Culture

La Révolte des innocents de Philippe Niang évoque une affaire judiciaire de maltraitance et d’exploitation d’enfants dans un village d’enfants au début du 20e siècle. L’avis et critique de Bulles de Culture sur ce téléfilm avec Bruno Debrandt et Julie Ferrier.

Synopsis :

En 1911, Louise Perreau (Emilie de Preissac) a du mal à élever son fils Gaston (Marius Blivet), gamin vif, âgé d’une dizaine d’années. Un nouvel emploi à Paris lui permet d’espérer améliorer son quotidien et pouvoir payer un logement décent pour elle et son fils. D’ici là, elle doit placer Gaston aux Vermiraux, un établissement qui accueille des jeunes gens, où ils sont censés recevoir une bonne éducation. Ce qui était présenté comme un sanatorium est en réalité un lieu de maltraitance et d’exploitation. Une révolte éclate, les lieux sont saccagés, des gardiens molestés. Un jeune juge (Théo Frilet) entame une procédure à l’encontre des meneurs de la révolte, mais également contre les gérants de l’institution : Armand Sandrin (Bruno Debrandt) et Joséphine Poliveau (Julie Ferrier), deux notables de la région.

La Révolte des innocents : belle reconstitution et bon casting

Le tournage de La Révolte des innocents s’est déroulé près des lieux des faits réels dont s’est inspiré le téléfilm, soit dans la région de Bourgogne-Franche-Comté, du côté de la ville d’Avallon dans le Morvan. Il s’agit ainsi d’une fiction historique qui revient sur la révolte d’enfants exploités et maltraités d’un centre de l’Assistance publique et le procès qui s’ensuivit et amena l’Etat à prendre conscience de l’importance de la protection et de la défense des enfants — le premier tribunal pour enfants sera créé en 1912, un an après cette affaire des Vermiraux.  Et c’est donc le rappel de cette réalité historique oubliée que s’est attelé l’auteur-réalisateur Philippe Niang avec cette oeuvre.

Malgré un récit linéaire, quelques choix de réalisation regrettables — tels que l’utilisation de zooms brusques et intempestifs dans certaines scènes — et la quasi ellipse du procès tant espéré, La Révolte des innocents est un téléfilm sociétal globalement réussi et touchant. Mis en musique par Nicolas Errera, il offre une belle reconstitution d’époque et il est porté par un bon casting, dont en tête d’affiche les comédiens Julie Ferrier et Bruno Debrandt, dans les rôles d’exploiteurs d’enfants.

En savoir plus :

  • La Révolte des innocents est diffusé sur France 3 le mardi 20 novembre 2018 à 21h. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.